Vie des partis

Côte d’Ivoire – Sylvain N’guessan : « Parler de rupture entre Bédié et Ouattara est prématuré »

Sylvain N'GUESSAN. © DR

Alors que le parti unifié RHDP est porté sur les fonts baptismaux par Alassane Ouattara sans la participation de Henri Konan Bédié, le politologue ivoirien Sylvain N'guessan décrypte les relations entre les deux hommes.

Pour la première fois, Alassane Ouattara, a formé son nouveau gouvernement, le 10 juillet, sans avoir consulté Henri Konan Bédié. Peut-on parler de rupture entre les deux alliés ?

Ce serait prématuré. En nommant des cadres du PDCI [Parti démocratique de Côte d’Ivoire] à la tête de ministères sans même consulter Henri Konan Bédié, le RDR [Rassemblement des républicains] a forcé les choses en vue de la constitution du parti unifié.

Je ne crois pas qu’Alassane Ouattara veuille diviser le PDCI

Tout dépendra désormais de la manière dont va réagir le PDCI. S’il prend le risque de convoquer un conseil de discipline pour sanctionner ses ministres et présidents d’institution, il engagera une confrontation directe, mais il s’affaiblira aussi.

En conservant des ministres PDCI, Ouattara n’applique-t-il pas la vieille devise selon laquelle, il faut diviser pour  mieux régner ?

Je ne crois pas qu’Alassane Ouattara veuille diviser le PDCI. C’est ensemble que le PDCI et le RDR ont projeté de créer un parti unifié, cela faisait partie des vœux de Ouattara mais aussi de Bédié, qui l’a dit clairement dans son appel de Daoukro, en 2014. Maintenant, qu’est-ce qui pose problème ? La dénomination de ce parti ? La question de l’alternance ? Le nom du candidat à la prochaine présidentielle ? Ce sont ces points-là que les deux hommes doivent résoudre.

C’est un gouvernement résolument tourné vers le parti unifié, constitué des hommes partis au front pour Ouattara.


>>> À lire – Côte d’Ivoire : Bédié joue cartes sur table


Quel est alors le signal que Ouattara a voulu lancer avec la formation de ce nouveau gouvernement ?

C’est un gouvernement de combat, qui se prépare à la présidentielle de 2020. Un gouvernement résolument tourné vers le parti unifié, constitué des hommes partis au front pour lui, comme Kobenan Kouassi Adjoumani, qui reste ministre, et surtout Félix Anoblé.

Alassane Ouattara a renoncé aux négociations. Ceux qui veulent le parti unifié seront avec lui, les autres seront contre lui.

Le nouveau secrétaire d’État était délégué du PDCI de San Pedro et a été sanctionné il y a moins de deux mois par Bédié. Son arrivée au gouvernement est un signal fort.

Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’Alassane Ouattara a renoncé aux négociations. Ceux qui veulent le parti unifié seront avec lui, les autres seront contre lui. En Côte d’Ivoire, aucun des trois grands partis, RDR, PDCI et FPI [Front populaire ivoirien], pris séparément, ne peut remporter la présidentielle. Si le RDR essaie de conserver le pouvoir en 2020, c’est pour ne pas se retrouver dans la peau des cadres du FPI qui ont tout perdu en 2010. Nouer cette alliance, c’est se préserver du danger.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte