Dossier

Cet article est issu du dossier «Cameroun : l'éternel retour»

Voir tout le sommaire
Économie

Cameroun : François-Xavier Tembiwa met les gaz

Le fondateur d’AZA Group, François-Xavier Tembiwa, à Douala, le 29 juin. © Adrienne Surprenant/Collectif Item pour JA

Le fondateur d’AZA Group, François-Xavier Tembiwa, ne lésine pas sur les investissements pour consolider la deuxième place de son holding sur le marché local des bouteilles de gaz domestique (GPL).

En 2017, il a investi 2 milliards de F CFA (plus de 3 millions d’euros) pour renforcer sa logistique et construire l’unique unité de fabrication de bouteilles de gaz domestique (GPL) du pays, dans la zone industrielle de Bonaberi, à Douala. Cette année, il a consacré 3 milliards de F CFA à l’installation, entre autres, de deux centres d’emplissage, à Bafoussam et à Kribi, portant ainsi le total à dix.

François-Xavier Tembiwa, 50 ans, n’a pas l’intention de freiner sa boulimie d’investissements et compte bien conforter la deuxième place qu’occupe Afrigaz, le fleuron de son groupe, Actives Zones of Africa (AZA), sur le marché local de la distribution de GPL. Malgré un chiffre d’affaires de 20 milliards de F CFA, le holding a en effet vu sa part de marché stagner à 18 % en 2017, alors qu’il visait 22 %, derrière la Société camerounaise de transformation métallique (SCTM, 25 %), notamment à cause de l’arrivée de quatre nouveaux acteurs, décidés à mener une guerre des prix aux neuf opérateurs déjà présents. Le natif de Bafang (Ouest) en a tiré les conséquences.


>>> A LIRE – Énergie : pourquoi l’Afrique met les gaz


Une volonté de diversification 

Le choix d’une implantation à Kribi ne doit rien au hasard. Outre le démarrage des activités de son port, la cité océane a bénéficié du fait que, pour alimenter sa centrale à gaz, la Société nationale des hydrocarbures (SNH) a décidé de séparer le GPL (jusqu’alors torché) du gaz naturel liquéfié (GNL), extrait au large par son partenaire Perenco.

« Il s’agit tout de même de 400 tonnes de combustible, soit le cinquième de la consommation mensuelle nationale, souligne François-Xavier Tembiwa. Notre centre permettra de conditionner ce gaz au plus près. »

Le promoteur a obtenu l’agrément pour distribuer des produits pétroliers en Centrafrique

Le holding emploie 450 personnes. En plus d’Afrigaz, il possède AZA Manufacturing (bouteilles de gaz), AZA Logistics (transport), AZA Energy (vente de produits pétroliers), et envisage des incursions dans la finance et l’immobilier. Une volonté de diversification affirmée dès la création du groupe, en 2003, et qui s’est concrétisée à partir de 2015. Elle se conjugue aussi à un développement à l’étranger. Le promoteur a obtenu l’agrément pour distribuer des produits pétroliers en Centrafrique et mise sur une levée de fonds afin d’y investir. Également dans sa ligne de mire : le Gabon, le Tchad et même le Nigeria.

Ingénieur en génie mécanique, diplômé de l’École nationale supérieure polytechnique de Yaoundé et amateur de belles mécaniques américaines, François-Xavier Tembiwa a eu très tôt l’envie de monter son entreprise. Fort des économies qu’il a pu réaliser en travaillant chez Schlumberger et Pathfinder Energy Services au Cameroun et aux États-Unis, il décide de lancer, avec quelques partenaires, Actives Zones of America, dont il détient 75 %, pour participer à la construction du pipeline Tchad-Cameroun.

C’est un échec, mais cela réveille chez l’ingénieur l’idée d’un projet gazier, née en décrochant son premier emploi chez SCTM. Dans la foulée, il fonde Actives Zones of Africa. Et sa réussite aujourd’hui est la preuve que le maître-mot de François-Xavier Tembiwa, « détermination », a fini par payer.

Fermer

Je me connecte