Livres

Nelson Mandela, simplicité et complexité de l’ubuntu

Album "Grand-père Mandela". © Rue du monde.

Ce 18 juillet 2018, Nelson Mandela aurait eu 100 ans.

Cinq longues années après son décès, cet homme qui manque tant à l’Afrique continue d’être une source d’inspiration, tant sur le plan philosophique, politique qu’artistique.

Était déjà connu le roman graphique Nelson Mandela, une vie au service de la liberté (Lewis Helfand et Sankha Banerjee, éditions 21g) narrant en noir et blanc les combats de l’enfant de Mvezo.

La philosophie ubuntu, source d’inspiration de Nelson Mandela

Deux nouvelles productions viennent de sortir dans les librairies francophones, qui font le grand écart entre la simplicité enfantine et la complexité de certaines décisions cruciales.

Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous

Grand-père Mandela est une courte hagiographie à destination des enfants : grand-mère Zindzi Mandela y répond aux questions de ses petits-enfants, Zazi et Ziwelene, sur ce vieux monsieur qu’ils ont à peine connu. Ainsi, Zindzi leur explique le terme « ubuntu ». « Cela signifie : “ Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous. ” […] C’est la philosophie ubuntu qui a inspiré grand-père Mandela dans sa lutte, et c’est aussi ce qui l’a aidé à pardonner à ses ennemis. » Conte moral plus que leçon d’histoire, le livre est illustré par Sean Qualls, qui joue habilement sur les à-plats de couleur.

Une diplomatie à toute épreuve

Beaucoup plus complexe est l’approche du journaliste John Carlin qui, avec l’aide du dessinateur Oriol Malet, a choisi de se concentrer sur un épisode spécifique de la carrière du premier président noir de l’Afrique du Sud. Avec Mandela et le général, il raconte l’évolution intellectuelle du général Constand Viljoen et la manière dont Mandela parvint à le séduire.

Par le dialogue, avec Viljoen mais aussi avec ses propres troupes, Mandela parvient à éviter le bain de sang

Le militaire acquis à la cause de l’apartheid s’illustra sur les différents champs de bataille de l’armée sud-africaine avant de prendre la tête de la Force de défense nationale, en 1980. Retraité en 1985, retiré dans sa ferme, il assiste de loin à l’agonie du régime. En 1993, après l’assassinat du chef militaire de l’ANC Chris Hani, la tension est à son comble, et Constand Viljoen est contacté par Eugène Terre’Blanche et d’autres extrémistes blancs pour prendre la tête d’une insurrection armée. Convaincu de la justesse de ce combat, Viljoen accepte.


>>> À lire – Nelson Mandela, un patrimoine mondial numérique


C’est là que Mandela joue un coup de maître : il demande à le rencontrer. Il le reçoit chez lui, à Johannesburg, en octobre 1993, avec une tasse de thé. Par le dialogue, avec Viljoen mais aussi avec ses propres troupes, Mandela parvient à éviter le bain de sang : il convainc le général de former un parti plutôt que de suivre la voie haineuse de Terre’Blanche. Viljoen obtiendra 9 sièges à l’Assemblée nationale, en mai 1994. Il confiera à John Carlin, dans un bar du Cap : « Mandela a permis de sauver tellement de vies, d’éviter tant de souffrances. Mandela est un très grand homme. »


Histoires dessinées

Il y a bien longtemps, maintenant, que la bande dessinée est entrée dans l’âge adulte. La bande dessinée ? Le genre en lui-même offre tant de possibilités qu’il est parfois difficile de savoir quel vocable employer : roman graphique, essai dessiné, BD reportage… Et alors que le pixel règne en maître sur les écrans, le pastel et la gouache, le crayon et l’encre, l’aquarelle et le fusain font leur grand retour sur le papier.

Tous les sujets sont possibles, tous les modes de traitement permettant d’allier magie des mots et immédiateté du trait. Pas étonnant dès lors que l’on retrouve, dans la production qui concerne l’Afrique, des thèmes qui font souvent la une des médias, comme l’épidémie d’Ébola ou le recours aux enfants soldats… Mais le neuvième art permet aussi d’explorer des trajectoires intimes ou des sujets peu connus, en particulier historiques. Que ce soit autour d’une figure aussi célèbre que celle de Mandela, ou autour d’événements relativement méconnus concernant les sociétés marronnes d’Amérique du Sud. Notre sélection parmi les productions récentes.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte