Dossier

Cet article est issu du dossier «Électricité : le Nigeria face à l'échec de la privatisation du secteur»

Voir tout le sommaire
Electricité

Nigeria : Femi Otedola et les limites du réseau de transmission d’électricité

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 15 juillet 2018 à 14h25
Femi Otedola, le 7 juillet 2007, à Lagos.

Femi Otedola, le 7 juillet 2007, à Lagos. © PIUS UTOMI EKPEI/ AFP

Proche de l’ex-président Jonathan, Femi Otedola est l’un des investisseurs phares du secteur de l’électricité au Nigeria.

Proche de l’ex-président Jonathan, Femi Otedola est l’un des investisseurs phares du secteur. Sur son compte Twitter, il indiquait au début de 2018 avoir injecté 350 millions de dollars dans la centrale électrique de Geregu, au sud d’Abuja, rachetée pour 132 millions de dollars au moment de sa privatisation en 2013.
L’homme d’affaires, qui a fait fortune dans l’extraction et la distribution pétrolière avec son groupe Forte Oil, a annoncé avoir fait passer la capacité de production de l’usine de 414 à 434 MW. Mais il rapportait l’an dernier être toujours limité par la capacité du réseau de transport pour faire tourner ses turbines à plein régime. Otedola est aussi l’un des actionnaires de Zenith Bank Plc and United Bank for Africa (UBA), cette dernière étant la plus exposée aux créances douteuses contractées auprès du secteur électrique.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte