Politique

Algérie : que devient Layla Haddad, depuis sa vidéo hostile à Abdelaziz Bouteflika ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Layla Hadad, dans la vidéo tournée dans l’enceinte du Parlement européen.

Layla Hadad, dans la vidéo tournée dans l’enceinte du Parlement européen. © Capture écran/YouTube/AlgérieMondeInfosTV

Depuis la publication, le 31 mai, d’une vidéo hostile à Abdelaziz Bouteflika, le soufflé est retombé mais la journaliste Layla Haddad, elle, continue à défrayer la chronique.

Sa vidéo tournée dans l’enceinte du Parlement européen a provoqué un incident diplomatique entre l’institution et l’Algérie. Le 31 mai, la journaliste Layla Haddad, ressortissante belge d’origine algérienne, interpelle Abdelaziz Bouteflika depuis Bruxelles, lui enjoignant en des termes d’une grande violence de renoncer au pouvoir dont il s’est emparé, dit-elle, « par effraction ».


>>> A LIRE – Colère d’Alger contre l’UE à la suite d’une vidéo hostile à Abdelaziz Bouteflika


Plusieurs affaires médiatiques

Ce message provoque l’ire du régime, qui convoque aussitôt l’ambassadeur de l’UE à Alger pour exiger des excuses. Si le soufflé est retombé, la polémiste, elle, continue à défrayer la chronique. Début juin, elle déclare avoir été agressée en bas de chez elle en Belgique.

Un mois plus tard, elle affirme être la fille cachée du général Nezzar. Mensonge ? Canular, plutôt, repris par la presse algérienne, au premier degré. Objectif atteint pour Layla Haddad, qui explique avoir voulu alerter les lecteurs sur l’amateurisme et la malveillance des médias.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer