Politique

Côte d’Ivoire : des proches de Guillaume Soro échappent à un limogeage

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 09 juillet 2018 à 16h04
Le président ivoirien, Alassane Ouattara.

Le président ivoirien, Alassane Ouattara. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Convoqué par Alassane Ouattara, Guillaume Soro a refusé de limoger Moussa Touré et Franklin Nyamsi, deux de ses collaborateurs, accusés d’avoir insulté la secrétaire générale du RDR, Kandia Camara, notamment sur les réseaux sociaux.

Convoqué par Alassane Ouattara, le dimanche 1er juillet, à la résidence présidentielle de la Riviera, Guillaume Soro a renoncé au vol Air France qu’il devait prendre le soir même pour se rendre au Canada, l’entretien, tendu, s’étant prolongé.

Le président de l’Assemblée nationale, qui pensait s’entretenir uniquement avec le chef de l’État, s’est retrouvé également face à Téné Birahima Ouattara, frère d’ADO et ministre des Affaires présidentielles, à Amadou Gon Coulibaly, le Premier ministre, à Henriette Dagri Diabaté, la présidente du RDR, et à Kandia Camara, sa secrétaire générale.


>>> A LIRE –  Côte d’Ivoire – Kandia Camara : « Je n’ai jamais douté du PDCI »


Rappel à l’ordre

Tous sont très remontés contre deux des collaborateurs de Soro, Moussa Touré et Franklin Nyamsi, qu’ils accusent d’avoir insulté « Kandia », notamment sur les réseaux sociaux. Et ont exigé leur limogeage. Soro a refusé de s’y engager mais a présenté des excuses et promis de rappeler à l’ordre ses proches.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer