Musique

Dix choses à savoir sur Akon, artiste multi-casquette

Akon, sur scène le 31 octobre 2017 à Londres, en Angleterre. © Ollie Millington/WireImage/Getty

Chanteur, homme d’affaires, philanthrope à ses heures… Cet Américain d’origine sénégalaise s’implique de plus en plus en Afrique. Et comme toujours, il voit – très – grand.

  • Mégalo

L’artiste veut créer une monnaie virtuelle, l’« Akoin », qu’il espère voir utilisée sur tous les smartphones d’ici à la fin de l’année. Il imagine aussi bâtir une ville futuriste au sud de Dakar, à cinq minutes de l’aéroport, qu’il baptiserait « Akon Crypto City ».

  • Courtisé

Cette « Akon Crypto City » s’étendrait sur 2 000 ha que Macky Sall, le président, aurait offerts à l’artiste. Les deux hommes se sont rencontrés à de multiples reprises, mais ne seraient pas véritablement des proches.

  • Dogon

Né le 16 avril 1973 à Saint-Louis (Missouri), Akon, de son vrai nom Alioune Badara Thiam, est le fils de deux artistes d’origine sénégalaise : la danseuse Kine Gueye Thiam et le percussionniste Mor Thiam, aussi à l’aise dans des groupes de jazz que dans des ensembles de musique traditionnelle. Il appartient à l’ethnie dogon et possède une propriété à Dakar.

  • Carton

Il est le premier artiste à voir deux de ses titres classés simultanément en première et en deuxième position du Billboard Hot 100 (les meilleures ventes hebdomadaires aux États-Unis) : une première fois en décembre 2006, puis quatre mois plus tard.

  • Attente

Après trois albums solo au succès phénoménal (Trouble, Konvicted, Freedom), Akon annonce en 2009 qu’il lance Stadium. Des singles sont mis en ligne en 2015. En 2017, le chanteur continuait à faire du teasing… mais, à ce jour, aucune date de sortie officielle n’a été communiquée.

  • Énergie verte

En février 2014, il crée Akon Lighting Africa avec Thione Niang, un politicien d’origine sénégalaise, et Samba Bathily, un entrepreneur malien. Cette société présente dans quinze pays doit permettre à 16 millions d’Africains d’accéder à l’électricité d’ici à 2020. L’un de ses partenaires – inattendu –, la NBA, a inauguré à Dakar des terrains de basket éclairés grâce à l’énergie solaire.

  • Geste déplacé

Le 12 avril 2007, lors d’un concert dans une boîte de nuit à Trinidad (Caraïbes), Akon a simulé sur scène un acte sexuel avec une jeune fille, qui s’est révélée être âgée de 14 ans. Le chanteur a présenté ses excuses trois semaines plus tard. L’affaire lui a fait perdre un gros sponsor (3 millions de dollars), mais lui a inspiré un tube : Sorry, Blame It on Me.

  • Polygame

Selon Akon, il est naturel qu’un homme ait plusieurs femmes (mais pas l’inverse !). « Si l’Amérique adoptait la polygamie, il y aurait moins de disputes à la maison », a-t-il affirmé dans un entretien à TMZ, un média people américain. En 2007, il a déclaré avoir six enfants de trois femmes différentes. On n’en sait guère plus aujourd’hui, Universal, sa maison de disques, lui ayant demandé de se montrer plus discret sur sa vie privée.

  • Insatiable

En 2014, l’artiste a confié qu’il ambitionnait d’acheter Universal Music Group, qui n’était pourtant pas à vendre. En mars dernier, il se voyait même battre Donald Trump, avec Mark Zuckerberg comme colistier, lors de la présidentielle américaine de 2020.

  • Condamné

En juillet 2012, le businessman avait loué le 66e étage de l’Empire State Building pour y exposer Aliaune Milano, sa marque de vêtements. À son départ, sept mois plus tard (après que le projet a été un flop), il n’avait toujours pas payé le loyer. Saisie par la société de crédit-bail GTFM, la justice l’a condamné à payer près de 165 000 dollars.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte