Politique

Côte d’Ivoire : que devient… Lucien Tapé Doh ?

Lucien Tape Doh, aujourd'hui baron déchu de la filière ivoirienne du café-cacao, le 23 octobre 2007. © KAMBOU SIA/AFP

Lucien Tapé Doh, grand cultivateur ivoirien de café-cacao, a occupé des fonctions éminentes dans ce secteur par le passé. Avant d'avoir affaire avec la justice de son pays...

Vice-président de l’Association nationale des producteurs de café-cacao de Côte d’Ivoire (Anaproci), puis président du conseil d’administration de la Bourse du café-cacao (BCC) sous le régime de Laurent Gbagbo, Lucien Tapé Doh, aujourd’hui retraité, partage son temps entre Abidjan et son village d’Issia, dans le Haut-Sassandra.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : le Conseil café-cacao en pleine restructuration


Ce grand cultivateur bété en est le chef de canton et y possède des plantations. Proche du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), puis de Gbagbo, il a ensuite soutenu Alassane Ouattara lors de l’élection d’octobre 2015.

Condamné en novembre 2013 à vingt ans de prison ferme, mais sans mandat de dépôt, et à plusieurs dizaines de milliards de F CFA de dommages et intérêt pour « détournement de fonds, abus de confiance, abus de biens sociaux, escroquerie, faux et usage de faux en écriture privée de banque », Tapé Doh avait fait appel. Son dossier, comme celui des treize autres barons déchus de la filière condamnés lors de ce procès emblématique, est toujours au point mort.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte