Politique

Burkina Faso : le premier cercle de Roch Kaboré

Rosine Sori-Coulibaly, la ministre burkinabè des Finances. © Jose Luis Magana/AP/SIPA

Autour du président burkinabè Roch Kaboré, certains sont présents depuis la première heure. Galerie de portraits.

Stéphane Ouédraogo, le promoteur

Quadra formé à la finance, ancien cadre de l’américain Arysta LifeScience, spécialisé dans les produits phytopharmaceutiques, il fait le lien entre le chef de l’État et de possibles investisseurs (Kaboré mise sur 1 000 milliards de F CFA – 1,5 milliard d’euros – consacrés à des projets structurants). Il a aussi contribué à la refonte de l’Agence de promotion des investissements et convaincu l’exécutif de faciliter l’arrivée sur son sol du turc Ayka Textile, qui va participer à la construction d’une unité de fabrication de prêt-à-porter.

Rosine Sori-Coulibaly, la dame de fer

À 60 ans, la grande argentière du pays incarne la politique de relance de l’économie prônée par Kaboré. Elle est tout aussi connue pour sa maîtrise des dossiers que pour son franc-parler et son intransigeance. La réforme qui lui tient à cœur ? Le paiement des impôts sur téléphone mobile, auquel les syndicats sont hostiles.

Mathias Tankoano, l’expert ès institutions

Cet avocat de 43 ans a de nombreuses connexions au sein de la société civile et parmi les défenseurs des droits de l’homme. Ancien conseiller spécial de Pierre Buyoya, le haut représentant de l’UA pour le Mali et le Sahel, il est fréquemment consulté sur les questions politiques et institutionnelles (réforme de la Constitution, vote des Burkinabè de l’étranger…).


>>> À lire – Burkina Faso : dans la tête de Roch Kaboré


Seydou Zagré, le fidèle bras droit

Ex-maire de Koudougou, le directeur de cabinet de Kaboré a travaillé pendant dix ans à ses côtés au Parlement. Souvent décrit comme le gardien du temple, il est, à 56 ans, l’un de ses plus fidèles collaborateurs. Il l’accompagne dans la gestion des dossiers et peaufine ses discours.

Thierry Hot, l’influent communicant

Ancien journaliste à la BBC, fondateur du magazine Notre Afrik et un temps patron de l’information au sein de la chaîne Africa24, Thierry Hot, 45 ans, connaît parfaitement le landerneau politique burkinabè et dispose d’un carnet d’adresses étoffé – y compris sur la scène internationale. Bien introduit du Sénégal à la Guinée équatoriale en passant par le Cameroun, son pays d’origine, il a des prérogatives étendues.

Mathias Somé, le contrôleur de gestion

C’est ce médecin à la retraite de 69 ans, président de la Fédération africaine des associations de santé publique, qui est chargé d’évaluer l’action des ministres au regard des 626 engagements pris par le chef de l’État.

Chérif Sy, le Monsieur réseau

Ses amis surnomment ce journaliste de 58 ans, très critique sous l’ère Compaoré, El Commandante. Porté à la présidence du Conseil national de la transition fin 2014, il avait appelé à la résistance après le putsch de septembre 2015. Nommé Haut représentant du chef de l’État, il a une bonne connaissance des questions sécuritaires et représente le président à certaines occasions.

Raymond Balima, l’ordonnateur

Natif de Tenkodogo, il fut le chef de protocole de Kaboré lorsqu’il présidait l’Assemblée nationale, puis officia comme ambassadeur du Burkina à Rome, en Italie. Ce diplomate raffiné et affable gère l’agenda du chef de l’État.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte