Communication & Médias

Maroc : entre 2M et Al Aoula, une guerre d’audience fratricide

Sur le plateau de la chaîne de télévision marocaine 2M. © Hassan OUAZZANI pour JA

Boudées toute l'année, les deux principales chaînes de télévision marocaines 2M et Al Aoula profitent du ramadan pour se réconcilier avec les téléspectateurs du royaume.

Durant la période sacrée, elles cumulent 75% de l’audience nationale. Habituelle grande gagnante de ce mois béni, 2M, dirigée par Salim Cheikh, aura fait face en 2018 à une concurrence plus féroce que d’habitude de la part d’Al Aoula, première chaîne du bouquet de la Société nationale de radiodiffusion et de télévision, menée par son PDG, Fayçal Laraïchi.

2M, contrôlée aussi par l’État (ironie du sort, Fayçal Laraïchi préside également la société chargée de sa diffusion), a certes remporté cette bataille en raflant 53,1 % d’audience, mais, après plusieurs années de déclin, Al Aoula, qui avait plafonné l’an dernier à 8 %, a atteint de manière inespérée 19,3 %.

Guerre d’audiences entre les deux géants

C’est à coups de sitcoms et d’émissions de caméras cachées que 2M et Al Aoula se partagent l’audience nationale et les campagnes de publicité. Al Aoula a notamment profité du succès de la sitcom Derb, produite par la société Ali n’ de Nabil Ayouch et dont l’audience moyenne a atteint 26 %, tandis que 2M avait misé sur Hay Al Bahja, proposée par Najat Kobi, patron de la société Disconnected.


>>> À lire –  Maroc : trois médias prennent un carton jaune pour leur couverture des manifestations dans le Rif


Le mois de jeûne représente presque 40 % des revenus publicitaires annuels des chaînes. Cette année, la proximité de la Coupe du monde et le boycott qui touche plusieurs marques depuis avril ont incité les annonceurs à augmenter leurs investissements. À ce jeu, même si les chiffres restent confidentiels, 2M tire encore son épingle du jeu. Sa forte audience lui permet d’accaparer plus de 75 % de l’ensemble du marché publicitaire du mois de mai, soit un total dépassant les 275 millions de dirhams (24,8 millions d’euros). Incapable de rentabiliser son succès, Al Aoula n’a, elle, bénéficié que de 50 millions de dirhams en spots publicitaires, et ce malgré la hausse de l’audience enregistrée à la fin du mois de mai.

Fermer

Je me connecte