Économie

Business : les 50 femmes les plus influentes du continent

Parmi 50 les femmes les plus influentes du business africain (centre, de g. à d.) : Salwa Idrissi Akhannouch, Sola David-Borha, Laurence Do Rego ou Janine Kacou Diagou. © Montage JA

The Africa Report, Jeune Afrique et le Africa CEO Forum ont établi la liste des dirigeantes les plus en vue du continent. Des leaders encore rares, bien que leur présence contribue à une meilleure performance des entreprises.

Quand Snowy Khoza a été nommée présidente exécutive de la compagnie d’infrastructures Bigen Africa Group en juillet 2016, rien n’aurait pu la préparer à ce qui allait advenir ensuite. « Le jour où j’ai pris mes fonctions, 70 % des hommes ont démissionné », se remémorait-elle en mars lors du Women Initiative Panel durant le Africa CEO Forum, à Abidjan.

Elle avait beau avoir déjà acquis ses galons de patronne, ses capacités étaient remises en question. « Ils n’avaient jamais été dirigés par une femme, et par une femme noire qui plus est », avait-elle ajouté. Des dirigeantes provenant de tous les coins du continent se sont retrouvées à l’événement organisé par le groupe Jeune Afrique pour partager leurs stratégies afin de combler l’écart de leadership entre les deux sexes.

L’expérience de Snowy Khoza est tout sauf unique ; la plupart des femmes en position de leadership dans leur secteur d’activité ont dû faire face à un moment ou à un autre aux préjugés de genre dans le monde professionnel. Sans compter les difficultés inhérentes à l’ascension vers les sommets.

Partie de loin, l’Afrique a fait des progrès considérables au cours des dernières années. Le Rwanda, le Sénégal et l’Afrique du Sud sont classés parmi les dix pays les plus avancés en matière d’égalité de genre au Parlement en 2017, selon l’ONU. Le Rwanda, qui domine le classement, fait aujourd’hui figure d’exemple de par le monde pour avoir fait de l’émancipation des femmes l’une des clés de son développement. En 2008, le pays d’Afrique de l’Est est devenu le premier dont le gouvernement comprenait une majorité de femmes.

Un long chemin reste à parcourir

Si ces avancées ne peuvent être sous-estimées, un long chemin reste encore à parcourir. D’après l’étude Women Matter Africa réalisée par le cabinet de consultants McKinsey & Co., près de la moitié des femmes qui occupent un poste ministériel ont à leur charge un portefeuille qui a trait aux questions sociales, ne correspondant pas a priori à des rôles de tout premier ordre.

Aujourd’hui, à peine 29 % des postes de managers seniors en Afrique sont occupés par des femmes

La situation n’est pas plus enviable dans le secteur privé. Le nombre de femmes directrices générales en Afrique est certes au-dessus des 4 % de la moyenne mondiale. Mais avec 5 % seulement, il n’y a pas encore matière à pavoiser. Les entreprises ont besoin d’un afflux important de talents féminins – de bas en haut de l’échelle – alors qu’aujourd’hui à peine 29 % des postes de managers seniors en Afrique sont occupés par des femmes.

Ibukun Awosika, présidente de la banque nigériane First Bank et l’une des 50 personnalités de notre classement, a évoqué la solitude des sommets. « Mon expérience me fait dire que plus on grimpe, plus on est seule », regrettait-elle lors du Africa CEO Forum 2017. Une observation qui a influencé sa décision de rejoindre un groupe bancaire qui combat l’inégalité de genre dans le monde professionnel.


>>> A LIRE – Femmes d’affaires : un leadership engagé


Plus de femmes = plus de bénéfices

Comme l’ont montré différentes études, les entreprises ne comprennent toujours pas les nombreux avantages d’un leadership plus équilibré entre hommes et femmes. Il existe une corrélation directe entre une représentation égalitaire des genres dans les conseils d’administration et une meilleure performance financière. Selon l’étude précitée du cabinet McKinsey, les 25 % d’entreprises africaines les plus en pointe en matière d’égalité femmes-hommes ont des bénéfices avant intérêts et impôts de 20 % supérieurs à la moyenne de leur secteur.

Dans un rapport de la Société financière internationale (IFC) intitulé « La diversité de genre dans les conseils d’administration ghanéens », Ronke-Amoni Ogunsulire, directrice Ghana de l’IFC, abonde dans ce sens. Elle y écrit qu’il est important de promouvoir la parité entre les sexes et l’augmentation de la participation des femmes dans les conseils d’administration, car celle-ci ajoute de la valeur socialement et économiquement et joue un rôle important dans le renforcement des capacités institutionnelles et le développement du secteur privé.


Classement des 50 femmes les plus influentes du continent

Agro-Industrie

  • Anta Babacar Ngom

(Sénégal. Directrice générale, Sedima)

La dirigeante de 33 ans, formée en France et au Canada, mène vers de nouveaux sommets l’entreprise familiale, présente dans la volaille et l’immobilier, qu’elle a rejoint, en 2009 et qu’elle dirige depuis janvier 2016. Cette même année, Sedima a investi 29 millions de dollars dans deux nouvelles unités industrielles (une minoterie et un abattoir). Présente au Mali, en Guinée équatoriale et au Congo, Sedima se voit leader en Afrique de l’Ouest d’ici à quelques années.

  • Miriem Bensalah-Chaqroun

(Maroc. Directrice générale, Compagnie des eaux minérales d’Oulmès)

Africa CEO forum

Cette femme de caractère a de nombreuses casquettes, dont celles de pilote d’avion et de Harley-Davidson, d’humanitaire et de joueuse de golf de bon niveau, mais elle s’est surtout fait connaître du grand public comme la première « patronne des patrons marocains », dirigeant la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) de 2012 à mai 2018. Miriem Bensalah-Chaqroun pilote la Compagnie des eaux minérales d’Oulmès, leader du secteur de l’eau minérale au Maroc, filiale du groupe familial Holmarcom, fondé par son père, Abdelkader Bensalah. Elle est aussi administratrice des groupes français Suez et Renault. Actuellement, elle connaît une période plus difficile. Depuis avril, les Eaux minérales d’Oulmès font l’objet, avec d’autres entreprises, dont Centrale Danone, d’un boycott en raison du prix jugé trop élevé de ses produits. Ce que la dirigeante récuse.

  • Ghislane Guédira Bennouna

(Maroc. Vice-présidente de l’OCP) 

Cette spécialiste en ingénierie financière est à la fois responsable financière et vice-présidente exécutive du premier producteur d’engrais du continent. Elle doit s’assurer qu’il n’y a pas de problème de trésorerie, au moment où l’OCP acquiert une participation de 20 % de l’espagnol Fertinagro Biotech, et a engagé un plan d’investissement de 3,7 milliards de dollars en Éthiopie.

  • Kate Kanyi-Tometi Fotso

(Cameroun. PDG, Telcar Cocoa)

Avec son défunt mari André Fotso, elle formait le couple le plus puissant du pays. Elle dirige Telcar, une coentreprise avec le géant de l’agrobusiness Cargill qui contrôle presque un tiers du marché local des exportations de cacao. Elle est actionnaire d’Ecobank Cameroun et siège au conseil d’administration du Port autonome de Kribi.

  • Tabitha Karanja

(Kenya. Directrice générale, Keroche Breweries) 

S’attaquer aux multinationales pour créer la seule brasserie possédée par un Kényan est un défi de taille. Après un début dans les apéritifs à base de vin, Karanja a lancé Summit Lager, dont le succès a permis à l’entreprise d’étendre son usine, pour un coût de 29 millions de dollars. à terme, la société sera en mesure de produire 110 millions de litres. Cette réussite ne lui permet pas encore de faire de l’ombre au leader local East African Breweries, filiale du géant des boissons Diageo.

  • Rita Maria Zniber

 (Maroc. PDG, Diana Holding)

Diana Holding

En tant que PDG de Diana Holding (spiritueux, agro-industrie), Zniber a frappé fort en montant en 2014 et en 2015 au capital de la société française Marie Brizard Wine & Spirits. Son objectif est d’internationaliser la plus ancienne compagnie de vins et de spiritueux du Maroc tout en conservant le contrôle de la chaîne de valeur, de la production à la distribution.

Assurance

  • Janine Kacou Diagou

(Côte d’Ivoire. Directrice Générale, NSIA)

Heidinger Jean-Marie

Diriger la plus grande compagnie d’assurances d’Afrique francophone ne lui suffit pas. En novembre 2017, elle a été nommée présidente des anciennes filiales ouest-africaines de la nigériane Diamond Bank, rachetée par NSIA. La fille du fondateur déclare avoir été habituée à être dans l’ombre de son père, mais ne souhaite pas être définie comme fille de. Il y a quelques semaines, Jeune Afrique Business+ révélait le partenariat de NSIA avec Orange pour créer une banque digitale.

  • Ghita Lahlou

(Maroc. Directrice Saham Assurances, École centrale de Casablanca) 

La directrice de Saham Assurances, qui dirige les branches santé et sous-traitance, ne dépense pas uniquement son énergie dans le secteur des assurances. Elle est la présidente de la plateforme de la société civile Les Citoyens. Elle s’occupe aussi de l’École centrale de Casablanca, une école d’ingénieurs ouverte en 2015.

  • Lizé Lambrechts

(Afrique du Sud. Directrice générale, Santam) 

L’ancienne directrice exécutive de Sanlam Personal Finance dirige l’assureur à court terme sud-africain, propriété du géant des assurances Sanlam. En mars, Santam a coïnvesti avec sa maison mère lorsque cette dernière a pris le contrôle du marocain Saham, lui offrant l’occasion de devenir un acteur plus important dans les autres marchés africains.

  • Nonkululeko Nyembezi-Heita

(Afrique du Sud. Présidente, Alexander Forbes Group) 

Nyembezi-Heita, qui a démarré comme ingénieure chez IBM, a pris véritablement son envol lorsqu’elle s’est lancée dans les affaires. Après un passage à la direction du gestionnaire d’actifs Alliance Capital Management, elle prend la tête d’ArcelorMittal Afrique du Sud, puis d’IchorCoal. Elle préside le conseil d’administration de la Bourse de Johannesburg et celui de la compagnie d’assurances Alexander Forbes Group Holdings (première femme à ce poste).

  • Delphine Traoré Maidou

(Burkina Faso. Directrice des opérations, Allianz Africa) 

L’experte en assurances est les yeux et les oreilles d’Allianz sur le continent. Elle a officié en tant que directrice générale d’Allianz Global & Speciality depuis 2012 et est devenue la première directrice des opérations pour l’Afrique de l’entreprise. Allianz est à l’œuvre dans dix-sept pays africains et a racheté en 2017 la majorité des parts du nigérian Ensure Insurance.

  • Nadia Fettah

(Maroc, Directrice générale, Saham Finances )

Hassan Ouazzani pour JA

L’ascension météoritique de Nadia Fettah n’a guère surpris ceux qui la connaissent. Du conseil aux assurances, en passant par l’entrepreneuriat, Fettah s’est taillé une réputation d’efficacité et de sens des responsabilités. En mars 2017, elle a été nommée à la tête du géant marocain des assurances Saham Finances, ainsi qu’à celle de Saham Assurance Maroc. Pour conquérir les marchés du continent, cette Marocaine a imposé sa vision d’une approche centrée sur les demandes des clients locaux. « Par le passé, les assureurs ont importé, sans l’adapter, une vieille industrie sur le continent le plus jeune du monde. Or le client africain a des besoins très différents ! » fait-elle valoir.

Une année après sa nomination, le groupe sud-africain Sanlam a fait l’acquisition de Saham Finances, propulsant la Marocaine au comité exécutif de Sanlam Emerging Markets, issu de la fusion des deux entités, qui couvre dorénavant le nord et le sud du continent. Les ambitions de Nadia ont grandi avec ses responsabilités. Ainsi, même si Sanlam et Saham ont combiné leurs forces, le nouveau groupe ne dispose que d’une taille modeste dans deux marchés majeurs : le Nigeria et le Kenya. « Si nous voulons rester crédibles, nous devons nécessairement nous développer sur ces marchés », expliquait-elle récemment aux journalistes.

Conglomérat

  • Selma Babbou

(Tunisie. Directrice générale, Amen Group) 

Experte-comptable diplômée de l’IHEC, Selma Babbou occupe une place stratégique au sein du troisième plus important conglomérat tunisien présent dans les secteurs de l’agribusiness, de la santé et de la banque. En 2017, elle a notamment piloté la sortie de la SFI du capital d’Amen. La dirigeante siège également au comité des directeurs de la Société africaine de crédit automobile.

  • Wided Bouchamaoui

( Tunisie. Administratrice, HBG Holding) 

Michel Euler/AP/SIPA

Auparavant à la tête de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica), représentant quelque 150 000 entreprises du pays, elle a joué à ce titre un rôle actif dans la transition après la révolution de Jasmin de 2011. Wided Bouchamaoui a reçu le prix Nobel de la paix 2015 au nom de l’Utica, conjointement avec trois autres membres du quartet du dialogue national tunisien, pour leur rôle de consolidation de la démocratie dans le pays. Elle est administratrice du conglomérat familial HBG, fondé par son père, Hedi Bouchamaoui, très diversifié dans de nombreux secteurs, dont l’automobile, la grande distribution et l’immobilier.

  • Saïda Karim Lamrani

(Maroc. Vice-présidente exécutive, Safari-Sofipar-Cofimar) 

L’avocate a peu à peu gravit les échelons du groupe familial fondé par son père, Mohammed Karim Lamrani, ancien Premier ministre. Le groupe Safari comprend des holdings dans différents secteurs. Elle dirige Smeia, un concessionnaire qui dispose des droits d’importation pour Jaguar, Land Rover, BMW et Mazda. Elle est présente au conseil d’administration de la Fondation Mohammed V.

  • Mama Tajmouati

(Maroc. PDG, Ynna Holding)

À 81 ans, Mama Tajmouati est la femme d’affaires la plus chevronnée de notre liste. En 2016, elle a hérité de l’empire de son mari, composé de plus de trente entreprises contrôlées par Ynna Holding et dans lequel était déjà très impliquée. Le groupe couvre de nombreux secteurs (immobilier, construction, hôtellerie, pétrochimie, distribution…), tirant de sa diversité un moteur de sa croissance.

Consommation

  • Maidie Arkutu

(Ghana. Vice présidente Afrique Francophone, Unilever)

Après trois ans à la tête d’Unilever Ghana, Arkutu est devenue vice-présidente chargée de l’Afrique francophone en janvier 2017. Avec une idée en tête : vendre toujours plus de lessive Omo et de thé Lipton aux consommateurs, notamment ivoiriens.

  • Salwa Idrissi Akhannouch

(Maroc. PDG, groupe Aksal) 

DR

La femme du ministre marocain de l’Agriculture, Aziz Akhannouch est la fondatrice du groupe Aksal, spécialisé dans la distribution, le luxe et les centres commerciaux. L’entreprise détient 50 % du Morocco Mall de Casablanca, où elle a lancé en 2017 sa propre marque consacrée à la beauté, Yan&One.

  • Jalila Mezni

(Tunisie. PDG, Société d’articles hygiéniques, SAH Lilas) 

Capture écran Youtube/ALNmember

Voilà une femme d’affaires qui n’aime pas la lumière. Pourtant, sa réussite dans le business des produits bien-être a fait d’elle un membre influent du patronat tunisien. Elle est en effet l’une des rares femmes à diriger un groupe coté en Bourse. En 2016, SAH a reçu un coup d’accélérateur avec l’entrée au capital d’Abraaj (en liquidation, ses actifs sont repris par Colony Capital), promettant de l’aider à s’étendre dans les marchés ouest-africains. Mais Jalila Mezni ne s’arrête pas là. Récemment, elle a choisi d’investir une partie de son propre capital dans le secteur de l’éducation privée.

  • Heather Sonn

(Afrique du Sud. Présidente, Steinhoff international ) 

Présidente de l’Association sud-africaine des investisseurs, Sonn est l’ancienne directrice générale du courtier Legae Securities. En décembre 2017, elle est devenue présidente du conseil de surveillance de Steinhoff. Depuis, elle doit gérer le scandale de fraude qui a ébranlé l’entreprise à la fin de l’année dernière et a conduit à la démission de son directeur général.

Finance

  • Bola Adesola

(Nigeria. Directrice générale, Standard Chartered Nigeria) 

Avec plus de vingt-cinq ans d’expérience, Adesola est un vétéran du secteur bancaire. Avant de rejoindre Standard Chartered en tant que patronne de sa filiale nigériane en 2011, elle a travaillé au sein de First Bank Nigeria et de Citibank au Nigeria et en Tanzanie. Adesola a été récemment nommée présidente adjointe du comité de direction de l’initiative Pacte mondial des Nations unies, le plus important rassemblement d’entreprises pour le développement durable.

  • Patience Akyianu

(Ghana. Directrice générale, Barclays Ghana) 

Après cinq ans passés à la tête de la filiale ghanéenne de Barclays, Akyianu, qui aura été la première femme à occuper ce poste, quittera la banque en septembre. Elle prendra la direction de l’assureur Hollard Ghana Holdings. L’objectif sera de faire de son entreprise l’un des leaders du secteur.

  • Ibukun Awosika

(Nigeria. Présidente First Bank Nigéria) 

Awosika est la première femme à occuper le poste de PCA de First Bank Nigeria. Plusieurs fois récompensée en tant que dirigeante, elle est la fondatrice et la directrice générale de Chair Centre Group, qui fournit du mobilier de bureau et des systèmes de sécurité pour les banques. Awosika est membre du réseau entrepreneurial Aspen Global Leadership et l’auteur du livre Business, His Way, qui met en valeur une approche chrétienne des affaires.

  • Abiola Bawuah

(Nigeria. Directrice Générale, Afrique de l’Ouest, UBA)

En mars, Bawuah a été promue à la tête de la région Afrique de l’Ouest de United Bank for Africa, afin de piloter six pays. Avant cette nomination, elle dirigeait la filiale ghanéenne, où ses performances ont été saluées avec une progression des bénéfices de 134 % avant taxes et impôts.

  • Sola David-Borha

(Nigeria. Directrice générale Afrique, Standard Bank Group )

DR

Sola David-Borha va pouvoir montrer aux banques occidentales qui fuient l’Afrique qu’elles commettent une erreur stratégique. La banque qu’elle dirige, le sud-africain Standard Bank, s’étend de façon intensive en Afrique francophone. Elle vient par exemple d’ouvrir en avril une filiale en Côte d’Ivoire et en prévoit d’autres dans la sous-région.

« Nous cherchons à assurer à nos clients l’éventail entier de nos services financiers, aime à dire Sola David-Borha, contrairement à nos concurrents internationaux qui ont une stratégie réduite. » Ce qui n’empêche d’ailleurs pas l’établissement financier implanté à Johannesburg de travailler avec les géants du secteur pour assurer son expansion sur le continent et en dehors.

Cette banquière réputée coriace a fait ses classes à l’Atedo Peterside’s NAL, première banque commerciale du Nigeria. Quand Peterside a lancé IBTC Chartered Bank, David-Borha a fait partie des premières recrues. « À l’époque, se rappelle-t-elle, nous avions déjà chez IBTC des femmes qui occupaient des postes seniors, ce qui constituait une véritable anomalie par rapport au reste de l’industrie. » Lorsque IBTC et Standard Bank Nigeria ont fusionné, le chemin s’est naturellement ouvert devant elle. David-Borha a été nommée directrice générale de la nouvelle structure, Stanbic IBTC, en 2012, et y est restée en poste jusqu’en 2017. Un passage couronné de succès qui l’a conduite au conseil d’administration de Standard Bank Group à Johannesburg. Parallèlement, elle a malgré tout trouvé le temps pour remplir la fonction de vicaire à l’église évangélique Redeemed Christian Church of God.

  • Mosun Belo-Olusoga

(Nigeria. Présidente Access Bank) 

Présidente du conseil d’administration d’Access Bank depuis juillet 2015, qu’elle a rejoint en novembre 2007, cette Nigériane a plus de trente ans d’expérience dans le monde bancaire. Elle y est reconnue comme une experte en gestion des risques. Auparavant responsable de la banque d’investissement chez GT Bank, elle siège actuellement aussi au conseil d’administration de plusieurs autres établissements, et est consultante pour le fonds spécialisé KRC.

  • Aïda Diarra

(Mali. Vice présidente Afrique, Western Union) 

Avec un goût pour les affaires développé dès le plus jeune âge, encouragé par un entourage familial habitué à traverser les frontières, Aïda Diarra est entrée dès 1999 dans le groupe de transfert d’argent Western Union, qui domine ce secteur sur le continent. La Malienne parie sur les « nouvelles technologies et les nouveaux canaux » pour conserver cette position de leader, alors qu’elle fait face à un nombre grandissant de concurrents. En 2016, elle expliquait à JA n’avoir aucune intention de quitter Western Union de sitôt, au vu des « perspectives africaines phénoménales ».

  • Laurence Do Rego

(Bénin-France. Directrice de la banque commerciale, Ecobank) 

Vincent Fournier/JA

Après avoir mis en lumière de sérieux problèmes financiers sous la direction de l’ancien directeur Thierry Tanoh, cette experte-comptable s’est vu confier la mission d’éliminer les créances douteuses de la division banque commerciale. Le secteur représente 19 % de ses emprunts mais 39 % de ses mauvaises dettes. Le succès du revirement plus large de la stratégie de la banque reposera beaucoup sur ses épaules.

  • Yvonne Ike

(Nigeria-Royaume Uni. Directrice générale pour l’Afrique subsaharienne, Bank of America Merill Lynch)

L’ancienne directrice générale pour l’Afrique de l’Ouest de Renaissance Capital et de JPMorgan a plus de deux décennies d’expérience au plus haut niveau dans le domaine des services financiers. Elle va aider la banque à revoir son exposition continentale après une perte estimée à 292 millions de dollars consécutive au prêt à l’investisseur sud-africain Christo Wiese.

  • Nicky Newton-King

(Afrique du Sud. Directrice générale, Johannesburg Stock Exchange)

Tiisetso Motsoeneng/REUTERS

La patronne de la plus grande Bourse d’Afrique est occupée à défendre une institution attaquée de toutes parts à la suite de nombreux scandales, dont le dernier en date n’est autre que l’effondrement de Steinhoff International. Nicky Newton-King s’est engagée depuis à regagner la confiance du marché. Dans une récente tribune, elle déplorait : « Nous sommes désormais devenus tellement défiants à l’égard de ceux qui occupent des positions d’autorité (…) qu’on a peine à croire que quelqu’un pourrait désormais agir dans un autre intérêt que le sien propre. » Elle espère malgré tout qu’un prochain redressement de l’économie sud-africaine incitera une nouvelle série d’entreprises à entrer en Bourse.

  • Catherine Lesetedi

(Bostwana. Directrice générale, BIHL)

La directrice de l’un des groupes leaders en services financiers du Botswana a une lourde tâche devant elle, après que son investissement dans l’institution de microfinance Letshego s’est révélé moins rentable que prévu. Catherine Lesetedi dirige la compagnie depuis 2016. BIHL a présenté une croissance des primes à deux chiffres en 2017. Dans le même temps, elle accomplit un travail de lobbying auprès du gouvernement pour renforcer le secteur financier local.

  • Huguette Oyini

(Gabon. Directrice Générale adjointe, BGFIBank)

DR

Après seize ans chez BGFIBank, Oyini est désormais la numéro deux de la banque, au côté du PDG Henri-Claude Oyima. Elle veille sur l’efficacité des filiales du groupe, présent dans sept pays africains. Elle est également chargée de la numérisation des services et doit gérer le litige qui oppose BGFIBank à la société gabonaise e-Doley, qui l’accuse d’avoir usurpé sa technologie de paiement mobile.

  • Maria Ramos

(Afrique du Sud. Directrice générale, Absa – ex-barclays Africa) 

Auparavant directrice générale du Trésor national sud-africain, Ramos a pris les rênes de la société de transport public Transnet en 2004, qu’elle restructure et privatise partiellement. Aux commandes d’Absa depuis 2009, elle doit aujourd’hui superviser la séparation avec l’ex-maison mère britannique Barclays. Ramos siège également au conseil d’administration de la société de luxe Richemont.

  • Hania Sadek

(Égypte. Directrice des opérations, HSBC Bank Egypt) 

Directrice exécutive et directrice des opérations depuis 2010, Hania Sadek a gravi tous les échelons de la banque égyptienne, qu’elle a rejointe en 1983 comme responsable du département informatique. Ses trente-cinq années d’expérience et sa profonde compréhension de l’entreprise font d’elle une femme puissante dans le paysage financier du pays.

  • Gloria Serobe

(Afrique du Sud. Fondatrice de Wipohld et directrice générale, Wipcapital)

Administratrice de Sasol Mining et du fabricant d’armes sud-africain Denel, Serobe est connue pour sa contribution à l’autonomisation des femmes noires. Women Investment Portfolio Holdings (Wiphold), qu’elle a fondé en 1994, est détenu majoritairement par des Noirs et par des femmes.

  • Binta Touré Ndoye

(Mali. Directrice Générale, Oragroup) 

DR

La banquière a dirigé les filiales malienne et togolaise d’Ecobank avant d’arriver à la tête d’Oragroup, détenu par Emerging Capital Partners. Sa mission est d’accélérer la croissance de la banque et d’élargir sa clientèle de PME et de particuliers à travers la numérisation des offres.

  • Mary Vilakazi

(Afrique du Sud. Directrice des opérations, FirstRand) 

Experte-comptable, Mary Vilakazi a été débauchée en mars par FirstRand de son poste de directrice générale adjointe du groupe financier MMI. à partir du 1er juillet, elle sera la seule femme à siéger au conseil exécutif. Elle est responsable de l’audit interne, de la réglementation et de la gestion des risques d’entreprise, ainsi que de la stratégie dans l’assurance et dans le reste de l’Afrique.

Immobilier

  • Sharon Wapnick

(Afrique du Sud. Associée-fondatrice, Tugendhaft, Wapnick Banchetti and Partners) 

Sharon Wapnick a construit son empire grâce à la richesse de son père et à son propre travail. Magnat de l’immobilier, Alec Wapnick a fondé City Property, dont Sharon est maintenant une administratrice. Elle est également présidente d’Octodec Investments, société de placement immobilier cotée à Johannesburg, avocate et associée principale du cabinet TWB.

Institution

  • Maria Luisa Perdigão Abrantes

(Angola. Directrice, U.S.-Africa, Business Center) 

Ex-épouse de l’ancien président angolais José Eduardo dos Santos et ancienne présidente de l’Agence nationale pour l’investissement privé (ANIP), Perdigão Abrantes reste à mi-chemin entre les affaires et la politique. En 2016, elle a été nommée directrice non exécutive du U.S.-Africa Business Center, un programme de la Chambre de commerce des États-Unis visant à accroître le commerce et les investissements entre l’Afrique et la première puissance mondiale.

Logistique

  • Martine Coffi-Studer

(Cote d’Ivoire. Directrice, Bolloré Africa Logistics Côte d’Ivoire) 

DR

Bien connectée, l’ancienne ministre de la Communication ivoirienne a été confirmée en mai au poste qu’elle occupe depuis 2014. Elle a récemment remporté une victoire devant les tribunaux dans le conflit qui l’opposait à Adama Bictogo, concernant une parcelle de terrain située à Abidjan. Son rôle a été déterminant dans l’obtention du contrat du second terminal du port d’Abidjan. Fondatrice de l’agence de communication Océan Ogilvy, elle est présente au conseil d’administration de dix autres compagnies.

Pétrole

  • Folorunsho Alakija

(Nigeria. Vice-présidente du conseil d’administration, Famfa Oil)

Diane Bondareff/AP/SIPA

Le magazine Forbes a classé Alakija au deuxième rang des femmes les plus riches d’Afrique avec une fortune estimée en janvier 2018 à 1,6 milliard de dollars. La junior pétrolière Famfa, qui détient 60 % du champ offshore Agbami, constitue l’essentiel de son patrimoine. Alakija a aussi investi dans l’édition et la mode.

  • Ada Eze

(Nigeria. Vice-présidente exécutive, Total Afrique de l’Ouest) 

C’est une des femmes les plus haut placées dans le secteur pétrolier africain. Sous sa direction, Total a exploré de nouveaux projets en Guinée et en Mauritanie. Ada Eze préside aussi Total Sénégal, qui a signé un contrat pour un bloc d’exploration en eau profonde en mai 2016.

  • Amy Jadesimi

(Nigeria. Directrice exécutive, Ladol) 

Le Nigeria sort d’une grande récession et les prix du pétrole sont à la hausse, ce qui constitue deux bonnes nouvelles pour la base de Lagos Deep Offshore Logistics, qui fournit des services à l’industrie pétrolière. Pour saisir ces nouvelles opportunités, Amy Jadesimi envisage dans les deux prochaines années de coter l’entreprise à la Bourse nigériane, pour développer ses opérations, en particulier sur les 100 hectares de sa zone franche.

Santé

  • Hend El Sherbini

(Égypte. Directrice générale, Integrated Diagnostics Holdings) 

Excellant dans les domaines de la médecine et des affaires, El Sherbini a introduit avec succès en Bourse l’entreprise qu’elle a fondée à la London Stock Exchange en 2015. L’opération a valorisé l’entreprise qui fournit des services de diagnostic en Égypte, en Jordanie et au Soudan à hauteur de 668 millions de dollars. À la fin 2017, IDH a engagé un partenariat avec Man Capital and IFC pour racheter Echo-Scan.

  • Lamia Tazi

(Maroc. Directrice générale, Sothema) 

Pharmacienne de formation, Lamia Tazi dirige le groupe marocain fondé par son père, Omar Tazi. Elle a restructuré le département export de l’entreprise, tout en supervisant le démarrage de l’usine de Dakar et de la production de médicaments contre le cancer. à la fin de mai, elle a été élue secrétaire générale de l’Association marocaine de l’industrie pharmaceutique.

Télécoms

  • Yolanda Cuba

(Afrique du Sud. PDG de Vodafone Ghana) 

C’est l’une des Sud-Africaines les plus respectées du monde des affaires, nommée à 29 ans seulement PDG de Mvelaphanda Group, un conglomérat fondé par le politicien Tokyo Sexwale. Elle est devenue PDG de Vodafone Ghana en 2016, après avoir été directrice exécutive de South African Breweries, une filiale de SABMiller.

  • Nadia Fassi-Fehri

(Maroc. Directrice générale, Inwi) 

Le gestionnaire d’entreprises royales a lancé en mai une attaque cinglante contre Maroc Telecom, lui intentant un procès pour avoir ignoré la réglementation sur le partage d’infrastructures. La dirigeante envisage d’investir plus de 200 millions de dollars par an pour défier ses concurrents Maroc Telecom et Orange, en misant sur l’internet mobile à haut débit. Objectif : capter plus de revenus de la data, un segment à la croissance rapide.

  • Elisabeth Medou-Badang 

(Cameroun. Directrice de zone et porte-parole Moyen-Orient et Afrique, Orange)

La Camerounaise a gravi avec une régularité impressionnante les échelons de l’opérateur de télécoms français. En 2009, Elisabeth Medou-Badang devient PDG d’Orange Botswana. En 2013, elle retourne dans son pays d’origine pour devenir directrice générale d’Orange Cameroun. Et cette année, la voici nommée directrice de zone et porte-parole d’Orange Afrique et Moyen-Orient. Un poste dont elle espère se servir pour déployer plus avant les révolutions digitales et mobile money en cours.

  • Felleng Sekha

(Afrique du Sud. Directrice de réglementation et des affaires publiques, MTN)

De retour à MTN, qu’elle avait quitté en 2007 après avoir participé à son expansion au Nigeria, Sekha a pris la tête d’un tout nouveau département créé spécialement pour cette experte en droit des télécoms. Elle a également été vice-présidente de la South African Broadcasting Corporation.

  • Irene Charnley

(Afrique du Sud, Directrice générale, Smile Telecoms) 

La patronne de Smile Telecoms a un don inné pour l’organisation. Ancienne syndicaliste, elle s’est lancée dans le monde des affaires en créant le National Empowerment Consortium (NEC), une structure ciblant ceux que l’apartheid avait exclus des commandes de l’économie. NEC a ensuite acquis 35 % de Johnnic Holdings, dont Charnley était directrice exécutive, qui à son tour a pris une participation dans le futur géant des télécoms MTN et qui contribuera également à sa cotation à la Bourse de Johannesburg. L’engagement de la Sud-Africaine pour la redistribution des richesses n’a pas varié. À la tête de Johnnic Holdings, elle a promu le projet Ikageng, grâce auquel 32 millions de citoyens défavorisés sont devenus actionnaires de l’entreprise. Et en 2002, elle organise une prise de participation de 4 milliards de rands du management et des employés de MTN au capital de l’opérateur.

En tant que directrice commerciale de MTN, Irene Charnley a été le fer de lance de l’expansion du groupe en Afrique et au-delà, contribuant ainsi à en faire le leader des télécommunications sur le continent. Mais l’entrée de MTN en Iran reste controversée : son rival Turkcell l’accuse de lui avoir subtilisé une licence qui lui était promise. Une accusation rejetée par MTN et par Charnley.

Après sa démission de MTN, en dépit d’un bref passage en 2009 à la présidence de la South African Broadcasting Corporation – où elle met au jour plusieurs scandales –, les télécoms demeurent sa première passion. Son entreprise Smile Telecoms fondée en 2007 ne cesse de grandir et revendique maintenant l’un des plus grands réseaux 4G en Afrique, opérant au Nigeria, en Ouganda, en Tanzanie et bientôt en RD Congo.

Fermer

Je me connecte