BTP & Infrastructures

Affaire Zinsou : Bonkoungou blacklisté ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 20h33
Le patron d’Ebomaf.

Le patron d’Ebomaf. © Hippolyte Sama

Mahamadou Bonkoungou, patron d’Ebomaf, actuellement engagé dans un bras de fer judiciaire avec Lionel Zinsou, fait face à une solidarité de plusieurs chefs d’État avec l’ancien Premier ministre béninois.

Le 18 mai, Adama Kone, le ministre ivoirien de l’Économie, a demandé la passation d’un marché de 600 millions de F CFA (915 000 euros) portant sur la privatisation des activités du réseau de distribution de gaz butane de la Petroci à Southbridge, une banque d’affaires fondée par Donald Kaberuka et Lionel Zinsou. Celui-ci se positionne en Côte d’Ivoire au moment où Mahamadou Bonkoungou, avec qui il est en conflit, y perd du terrain.


>>> A LIRE – Affaire Zinsou-Bonkoungou : des enregistrements audio et vidéo versés au dossier


Introduit dans ce pays par Birahima Téné Ouattara (le frère d’Alassane Ouattara), le patron d’Ebomaf, qui a obtenu par le passé le marché de l’aéroport de San Pedro, négocie en vue d’obtenir la création d’un business lounge pour des vols privés à l’aéroport d’Abidjan. Sans succès pour le moment. Comme ADO, les chefs d’État de la sous-région, par solidarité avec Lionel Zinsou, prennent leurs distances avec l’homme d’affaires burkinabè, qui réclame 15 milliards de F CFA à l’ex-Premier ministre du Bénin.

Solidarité des chefs d’État

À la tête de la compagnie Liza Transport International, Bonkoungou prête des avions – qu’il gère en leasing – à plusieurs présidents. Selon nos sources, le Togolais Faure Gnassingbé lui a renvoyé son jet au moment où son conflit avec Zinsou était porté devant la justice. Le Nigérien Mahamadou Issoufou ne le prend plus au téléphone, tout comme le Burkinabè Roch Marc Christian Kaboré et Idriss Déby Itno, avec qui il était en négociation pour l’aménagement de routes au Tchad. Enfin, Ibrahim Boubacar Keïta a refusé son aide lorsqu’il est tombé en panne à l’aéroport d’Abidjan, en 2017.


>>> A LIRE – Affaire Zinsou-Bonkoungou : opération déminage en cours


Résultat : Bonkoungou recentre ses activités sur le Bénin, où il a obtenu quatre marchés de bitumage de routes. Reste que Patrice Talon n’a utilisé qu’une seule fois l’un de ses avions pour se rendre au sommet UA-UE d’Abidjan, en 2017.

Bonkoungou s’est néanmoins fait de nouveaux alliés, comme George Weah, qui a volé à bord de son Falcon 900 dès son élection à la tête du Liberia, en janvier. Le 16 mai, le patron d’Ebomaf a signé un contrat de 420,8 millions de dollars (354 millions d’euros) pour la construction de 256 km de routes à Monrovia et dans le nord-est du pays. Dans le litige qui l’oppose à Zinsou, Bonkoungou a renforcé son équipe d’avocats, avec les Français Jean-Pierre Mignard et Jean-Paul Benoit, qui cherchent « une solution équitable et rapide ».

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer