Justice

Le Rwanda s’oppose à la demande de libération anticipée de génocidaires emblématiques

Des photos d victimes du génocide, exposées en avril 2015 à Kigali. © Ben Curtis/AP/SIPA

Kigali a manifesté début juin à la justice internationale son désaccord concernant la demande de libération anticipée de plusieurs génocidaires, dont Hassan Ngeze, qui dirigeait le journal « Kangura ».

Kigali ne décolère pas contre le juge américain Theodor Meron, président du Mécanisme de l’ONU pour les tribunaux pénaux internationaux. Depuis 2012, celui-ci a libéré avant le terme de leur peine huit génocidaires rwandais.

L’ancien rédacteur en chef du journal Kangura

Le 1er juin, Johnston Busingye, le ministre de la Justice, a adressé au magistrat un dossier de 60 pages pour manifester l’opposition du Rwanda à la demande de libération anticipée de trois autres génocidaires emblématiques : Aloys Simba, Dominique Ntawukulilyayo, et surtout Hassan Ngeze, qui dirigeait le journal Kangura, fer de lance des médias de la haine.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte