Dossier

Cet article est issu du dossier «Côte d'Ivoire : deuxième souffle»

Voir tout le sommaire
Elections

Côte d’Ivoire : un corps électoral enfin représentatif ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 20h32
Un électeur ivoirien, lors du scrutin présidentiel d'octobre 2015.

Un électeur ivoirien, lors du scrutin présidentiel d'octobre 2015. © Schalk van Zuydam/AP/SIPA

La révision de la liste électorale, du 18 au 24 juin, ne réglera malheureusement pas complètement le problème de la représentativité du corps électoral.

La Côte d’Ivoire compte 6,3 millions d’électeurs pour une population de plus de 25 millions de personnes. C’est bien peu, comparé aux 16 millions d’électeurs ghanéens. Il va donc sans dire que la révision de la liste électorale, du 18 au 24 juin, revêt une importance primordiale pour la démocratie. Elle est également stratégique, ce que bon nombre de partis et d’acteurs politiques ont bien compris.

Manque de représentativité

Engagés dans une lutte pour le pouvoir aux allures de poker menteur, le Rassemblement des républicains (RDR) et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) ont multiplié les visites sur le terrain pour appeler leurs militants à s’approprier cette opération.

Mais cette révision ne réglera malheureusement pas complètement le problème de la représentativité du corps électoral. D’abord parce qu’elle ne dure qu’une semaine. Ensuite parce que l’opposition n’y participera pas dans son intégralité. Conscients que le pouvoir s’acquiert par les urnes, plusieurs partis ont appelé leurs militants à s’enrôler sur la liste.

DOM

© DOM

C’est le cas du mouvement Liberté et démocratie pour la république (Lider), de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Mamadou Koulibaly, de l’Union républicaine pour la démocratie (URD), dirigée par Danièle Boni-Claverie, et du Rassemblement pour la paix, le progrès et le partage (RPP), de Ouattara Gnonzié.

Appel au boycott

Les partisans de Laurent Gbagbo ont, eux, décidé d’appeler au boycott. La puissante frange du Front populaire ivoirien (FPI) menée par Aboudramane Sangaré estime que la révision de la liste électorale est une « décision inopportune et dangereuse pour la démocratie ».

Même chose pour Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), la plateforme politique regroupant une dizaine de formations, dont le FPI de Sangaré. « Les opérations d’enrôlement sur les listes électorales se feront lorsque la CEI [Commission électorale indépendante], dirigée par le très controversé Youssouf Bakayoko, aura été reformée », a déclaré son président, le professeur Georges Armand Ouégnin.

Cet appel au boycott laisse imaginer que cette aile de l’opposition ne participera pas aux élections locales. Et s’il est respecté, il maintiendra une partie des Ivoiriens hors du jeu politique, pour le plus grand plaisir d’un pouvoir qui pourra continuer à le contrôler.

Une situation qui ne devrait pas évoluer tant que toutes les questions portant sur le processus électoral, telle la composition de la CEI, n’auront pas été franchement débattues.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte