Politique

RDC : ce que veut l’Union Africaine

Joseph Kabila, président de la RDC, le 29 juin 2010 à Kinshasa. © Olivier Pollet/AP/SIPA

Le dossier de la crise en RDC devrait être à nouveau abordé à Nouakchott, à l’occasion du sommet de l’UA (25 juin-2 juillet).

Depuis la rencontre de Moussa Faki Mahamat, président de la Commission, avec Joseph Kabila, fin septembre 2017, l’UA multiplie les missions de concertation avec les autorités congolaises afin d’expliquer sa position.

À savoir que la Constitution soit pleinement respectée et que soit organisée une élection « libre, régulière, apaisée et inclusive », avec la participation de tous les candidats, qu’ils soient à l’intérieur ou à l’extérieur du pays.

L’UA insiste sur le fait que ce scrutin doit s’inscrire dans le cadre de l’accord de la Saint-Sylvestre, ce qui induit la non-participation du chef de l’État.


>>> A LIRE –  Constitution, Kabila, accord du 31 décembre… Ce qu’il fallait retenir de la réunion organisée à New York sur la RDC


Enfin, elle soutient l’initiative régionale de la SADC, menée par João Lourenço, le président angolais. Il s’agit, peu ou prou, de la position de l’UE, à une exception près : l’UA se dit opposée aux sanctions internationales.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte