Diplomatie

[Tribune] Arabie saoudite : le fait du prince

Mohammed Ibn Salman, en novembre 2015 © Hasan Jamali/AP/SIPA

Mohammed Ibn Salman (MBS), omniprésent prince héritier saoudien, se serait-il converti aux vertus de la frugalité médiatique, mois de ramadan oblige ?

Depuis son retour, en avril, d’une tournée mondiale qui l’a vu fouler la moquette impeccable de la Maison-Blanche, dîner en tête à tête avec Emmanuel Macron au milieu des chefs-d’œuvre du Louvre, boire le thé avec Élisabeth II à Buckingham Palace et prendre des selfies avec le Premier ministre libanais, Hariri, et le roi du Maroc, Mohammed VI, le prince trentenaire a subitement disparu de la circulation.

MBS est-il mal portant ? Voire décédé ?

Au point de faire courir les rumeurs les plus folles – est-il mal portant ? voire décédé ? – évidemment relayées par la presse iranienne, aux aguets.

N’a-t-on pas entendu une fusillade, le 21 avril, aux abords du palais royal de Riyad ? Pourquoi ne le voit-on sur aucune photo de la visite du secrétaire d’État américain Mike Pompeo, le 28 avril, comme c’est pourtant l’usage ? Et pourquoi n’a-t-il pas assisté à la finale de la Coupe du Roi, le 12 mai, à Djeddah, alors que le sport est au cœur de ses projets pharaoniques pour l’Arabie saoudite ?

Abondants commentaires

Sans doute est-ce le prix de son ubiquité : la moindre de ses absences au moindre événement suscite d’abondants commentaires. Inquiets, pour ses soutiens. Gourmands, pour ses adversaires.

Son entourage a depuis distillé des photos d’un MBS bien portant à l’inauguration de la Cité du divertissement à Riyad, prenant le frais en djellaba avec le président égyptien, Sissi, le prince émirati Mohamed Ibn Zayed et le roi de Bahreïn ou, dernière image publiée, dirigeant une réunion à Djeddah.

Il n’empêche. Rien ne permet de dater précisément les photos, notent ses détracteurs. Surtout, rien n’explique que le prince héritier, habile communicant, ne mette pas lui-même un terme à ces bruits persistants.

Le « Prince-Soleil » s’est éclipsé. À moins qu’il n’entretienne à dessein ce flou ?

Le « Prince-Soleil » s’est éclipsé. À moins qu’il n’entretienne à dessein ce flou ? Quoi qu’il en soit, ce jeu de cache-cache renforce les interrogations sur la méthode MBS. Depuis son avènement, en juillet dernier, il n’a cessé de surprendre, de déstabiliser, de rompre avec les us et coutumes du royaume.

Déstabilisation

D’abord, tabou ultime chez les Saoud, où il est d’usage de laver son linge sale en famille, il fait arrêter des princes dans le cadre d’une purge anticorruption. Point de jugement ni de prison. La méthode est expéditive.

Gardés à vue dans le luxueux Ritz-Carlton de Riyad, la plupart des détenus ont été libérés après avoir passé des « accords », que certains imaginent financiers. Nulle confirmation ou dénégation. Le flou, encore.


>>> À LIRE – Dix choses à savoir sur Mohamed Ben Salmane, le prince saoudien en visite en France


Ensuite, Mohammed Ibn Salman décide d’autoriser les Saoudiennes à conduire. Gage de modernité ? À la mi-mai, des militantes historiques du droit des femmes à conduire sont arrêtées. Début juin, pourtant, les premiers permis de conduire sont délivrés à des Saoudiennes. Déroutant. Le flou, toujours.

Contre toutes les règles de solidarité des pays du Golfe, MBS impose aussi, à la surprise générale et en plein ramadan, un blocus à son voisin qatari en fermant l’unique accès terrestre au richissime émirat. Avant d’émettre une liste d’exigences aussi nombreuses que difficiles voire impossibles à satisfaire. Un an après son lancement, les Qataris disent ne pas en saisir encore les raisons précises.

Plus personne ne saisit l’objectif exact d’une campagne militaire yéménite aussi brutale que brouillonne

Même incompréhension au Yémen : tout le monde s’accorde à attribuer la décision de l’offensive au prince héritier saoudien, mais plus personne ne saisit l’objectif exact d’une campagne militaire aussi brutale que brouillonne.

Les nominations de hauts fonctionnaires semblent davantage dictées par la recherche de loyauté que de compétences, accusent ses opposants. Fini le collège des experts, MBS déciderait seul ou presque !

Rupture

Capricieux, MBS ? Ou aurait-il adopté la mode du tout-disruptif, à la manière d’un Donald Trump gouvernant par à-coups ? Il ne s’inscrit pas, en tout cas, dans la tradition politique saoudienne, faite de consensus, de décisions collégiales (l’Arabie saoudite n’est pas une monarchie absolue) et de lentes et prudentes évolutions.

Le jeune prince est l’un des rares Saoud à ne pas avoir fait ses études à l’étranger

Ce dont certains observateurs s’étonnent, le jeune prince étant l’un des rares Saoud à ne pas avoir fait ses études à l’étranger et étant en principe, plus que les autres, marqué par sa « saoudité ».

Le prince héritier aura réussi, par une méthode qu’on pourrait qualifier d’imprévisibilité stratégique, à faire le vide autour de lui et à imposer son tempo en subjuguant ses rivaux. Qu’il prenne garde toutefois à ne pas se brûler les ailes en faisant ainsi feu de tout bois.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte