Politique

Guinée équatoriale : quand le contribuable suisse boit la tasse

Teodoro Nguema Obiang Mangue, le fils du président, le 24 janvier 2012 à Mbini-Rio Benito. © ABDELHAK SENNA/AFP

Le contribuable suisse devra prendre en charge l'entretien d'un yacht, appartenant à une société que possède l'État équato-guinéen, après que le ministère public qui souhaitait le vendre a été débouté par le Tribunal fédéral.

Outre l’entretien des véhicules de luxe (JA n° 2995) que la justice helvétique soupçonne d’appartenir au vice-président de la Guinée équatoriale, Teodoro Nguema Obiang Mangue (dit Teodorín), le contribuable suisse devra prendre en charge celui du yacht Ebony Shine, saisi aux Pays-Bas à la demande de Berne, en décembre 2016. L’entretien de ce navire pourrait coûter près de 700 000 euros par an.

Une facture à 2,34 millions d’euros

Alors que le ministère public souhaitait vendre le bateau pour limiter ces « frais de conservation », il a été débouté par le Tribunal fédéral, le 7 décembre 2017, à la suite du recours de la société Dara, propriétaire officielle du yacht et dont l’actionnaire unique est l’État équato-guinéen.

La Suisse devra régler la facture jusqu’à la fin de la procédure, qui pourrait ne pas trouver d’issue avant la fin de 2019. La facture s’élèverait à 2,34 millions d’euros. Une somme relativement modeste comparée aux 100 millions d’euros que vaudrait ce navire de 76 m doté de sept cabines privées, d’une piscine, d’un spa, d’un sauna et d’un ascenseur.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte