Energie

L’État du Gabon et Veolia toujours en guerre

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 07 juin 2018 à 16h00
La SEEG, filiale de Veolia au Gabon, revendique 172 000 abonnés à l’eau potable et 394 600 à l’électricité.

La SEEG, filiale de Veolia au Gabon, revendique 172 000 abonnés à l'eau potable et 394 600 à l'électricité. © www.veolia.com

L’État gabonais et l’entreprise française sont toujours à couteaux tirés, malgré la conciliation amorcée à Paris, suite à la réquisition par le gouvernement gabonais de la Seeg, filiale de Veolia.

Bien qu’en conciliation, depuis le 7 mai, devant le Cirdi (tribunal arbitral de la Banque mondiale), le Gabon et Veolia restent en conflit. En février, le ministère de l’Eau avait réquisitionné la Société d’énergie et d’eau du Gabon ( Seeg), filiale du groupe français.

Le 29 mai, le ministre Patrick Eyogo Edzang a donné son accord à Veolia pour que se tienne en juin l’Assemblée générale de la Seeg, tout en interdisant au patron de cette société, Marcelin Massila-Akendengue de l’organiser.

Le 31, Patrice Fonlladosa « Monsieur Afrique » de Veolia, a signifié son mécontentement au ministre qui, sous la pression, a cédé vingt-quatre heures plus tard.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer