Diplomatie

Quand les États-Unis tentent de faire pression sur l’Union africaine

Paul Kagamé, le président rwandais et l'actuel président de l'Union africaine, lors de la signature de l'accord instituant la Zone de libre-échange continentale africaine le 21 mars à Kigali. © Stringer/AP/SIPA

Un courrier confidentiel, dont Jeune Afrique publie une copie, prouve que les États-Unis ont fait pression sur l'Union africaine pour bloquer la mise en place d'une taxe sur les importations destinée à financer l'institution panafricaine.

Le 2 mai 2017, la mission américaine à Addis-Abeba avait adressé à l’Union africaine une lettre, confidentielle jusqu’ici, mais dont Jeune Afrique a obtenu copie. Les Américains y expriment leurs inquiétudes concernant le projet de financement de l’UA par une taxe de 0,2 % sur les importations, proposée dix mois plus tôt à Kigali.


>>> A LIRE – [Tribune] Faisons de l’UA le fer de lance d’une Afrique prospère et en paix


« La mise en œuvre par les États membres [doit être] conforme aux obligations internationales, en particulier aux accords de l’Organisation mondiale du commerce », préviennent-ils.

« Nous craignons que le prélèvement ne s’applique qu’aux importations en provenance de pays non membres de l’UA […]. Les membres de l’OMC doivent veiller à ce que les redevances reflètent fidèlement le coût d’un service rendu lié à l’importation et ne constituent pas une taxe à des fins fiscales, ni un moyen de protection indirecte. »

Ces pressions n’ont pas eu l’effet escompté, puisque 21 pays avaient déjà signé l’accord lors du sommet d’Addis-Abeba (28-29 janvier).

 

Lettre confidentielle adressée le 2 mai 2018 à l’UA par la mission américaine à Addis-Abeba by jeuneafrique on Scribd

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte