Justice

Mauritanie : où en est l’affaire Mohamed Ould Ghadda ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 20h30
Mohammed Ould Abdelaziz à Nouakchott, en 2012.

Mohammed Ould Abdelaziz à Nouakchott, en 2012. © AMI pour JA

Accusés d’avoir acheté des voix de sénateurs, en mars 2017, pour obtenir le rejet du projet de réforme constitutionnelle voulu par le président Mohamed Ould Abdel Aziz, Mohamed Ould Ghadda et ses coaccusés sont toujours dans l’expectative.

Les avocats du sénateur Mohamed Ould Ghadda et de ses coaccusés attendent toujours que le juge d’instruction réponde à leur demande de non-lieu ou renvoie le dossier devant un tribunal. Les prévenus sont accusés d’avoir acheté les voix des sénateurs ayant rejeté, en mars 2017, un projet de réforme constitutionnelle. 

Mohamed Ould Ghadda avait été arrêté le 10 août 2017, cinq jours après le référendum de réforme constitutionnelle voulu par le président Mohamed Ould Abdel Aziz. La victoire du « oui » avait alors débouché sur la suppression du Sénat, remplacé par des conseils régionaux élus, et la fusion de plusieurs institutions dans un Haut Conseil de la fatwa.

Le référendum portait également sur la modification du drapeau national, adjoint depuis cette date de deux bandes rouges symbolisant le sang versé par les martyrs de la nation face aux colons français.

Par ailleurs, le juge d’instruction a ouvert une procédure contre X pour blanchiment et évasion fiscale. Des perquisitions ont été ordonnées, notamment au domicile de l’homme d’affaires Mohamed Ould Bouamatou. Ses conseils ont dénoncé des « persécutions judiciaires sans fin ».

 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte