Dossier

Cet article est issu du dossier «Présidentielle au Mali : dernière ligne droite»

Voir tout le sommaire
Politique

Mali : Ras batifole en politique

Mohamed Youssouf Bathily, alias Ras Bath, sur le plateau de TV5 Monde le 18 juillet 2017. © TV5 Monde/YouTube

Des dossiers poussiéreux s’empilent dans la petite pièce du Carrefour des jeunes de Bamako, qui sert de bureau à Mohamed Youssouf Bathily, alias Ras Bath. Sur un mur, le slogan du chroniqueur radio, connu pour ses critiques virulentes à l’égard de l’exécutif : « Choquer pour éduquer. »

À 44 ans, le porte-parole du Collectif pour la défense de la République (CDR), qui était parmi les icônes de la plateforme antirévision Touche pas à ma Constitution ! en 2017, est aujourd’hui l’homme le plus courtisé de Bamako. Ses téléphones sonnent sans arrêt et, devant les locaux du mouvement, des dizaines de personnes l’attendent. Quant aux leaders des partis politiques, ils font du pied à celui qui est censé leur apporter les votes d’une jeunesse qui le considère comme son « guide ». Son émission Carte sur table, diffusée sur la radio Renouveau FM, est la plus écoutée du Mali, et ses tournées dans les villages déplacent des foules. En revanche, à Koulouba, on le qualifie d’opportuniste.

Veille citoyenne

Le 3 août 2017, l’accueil de Ras Bath, lors de son retour à Bamako, a démontré sa capacité de mobilisation. De l’aéroport au centre-ville, des milliers de partisans étaient descendus dans les rues pour l’acclamer après sa tournée européenne. « Si, ce jour-là, il avait donné pour mot d’ordre de marcher sur Koulouba, on aurait vécu une insurrection comme au Burkina », commentent plusieurs observateurs.


>>> A LIRE – Mali : le célèbre chroniqueur Ras Bath libéré après de violents affrontements à Bamako


Cette aura, Ras Bath compte bien en tirer profit dans son « combat pour l’alternance en 2018 ». Depuis janvier, les comités du CDR planchent sur un « projet de société », qu’ils prévoient de retranscrire dans un manifeste. Le mouvement n’a ni les moyens ni l’implantation nécessaires pour porter cette vision à la présidentielle et a donc décidé de soutenir le candidat qui partagera sa vision.

L’essentiel semble être ailleurs pour le mouvement. Il ne vise pas l’exécutif. Il compte présenter des candidats aux législatives, Ras Bath estimant que c’est au Parlement qu’il pourra le mieux remplir sa mission de veille citoyenne. En se lançant lui-même dans l’arène, il va cependant jouer sa crédibilité auprès des jeunes.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte