Politique

Le match de la semaine : Patrice Talon face à Nicéphore Soglo et Thomas Boni Yayi au Bénin

© ILLUSTRATIONS JA

Le président béninois doit désormais faire face à un duo d'autant plus surprenant que les deux hommes s'opposaient par le passé : Thomas Boni Yayi et Nicéphore Soglo. Mais les deux anciens chefs de l'État ont chacun des griefs différents à l'encontre de Patrice Talon.

Habitués à voir les alliances évoluer au gré des intérêts de leurs hommes politiques, les Béninois n’ont pas sursauté en voyant Thomas Boni Yayi et Nicéphore Soglo, dont les relations ont souvent été difficiles, se tenir côte à côte le 14 avril, à Djeffa. Ce jour-là, dans le fief de Sébastien Ajavon, les deux anciens présidents participaient à la mise en place d’une coalition de l’opposition censée « défendre la démocratie au Bénin ». La cible de toutes leurs critiques n’est autre que celui qui leur a succédé au palais de la Marina, Patrice Talon.

Les relations empoissonnées avec Boni Yayi

L’un et l’autre en veulent au président béninois pour des raisons bien différentes. Après avoir utilisé pendant des années les talents de stratège et la surface financière de l’ancien homme d’affaires, puis s’être brouillé avec lui sur fond d’accusations de tentative d’empoisonnement, Boni Yayi, 65 ans, a été contraint de lui céder le pouvoir en avril 2016. Depuis, il œuvre dans la coulisse pour lui compliquer la tâche, sans que la médiation organisée par les chefs d’État ivoirien, Alassane Ouattara, et togolais, Faure Gnassingbé, permette de les réconcilier.

[Boni Yayi] n’a toujours pas digéré la manière dont il a quitté le pouvoir et estime que Talon détruit tout ce qu’il a fait

Si plusieurs cadres des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) l’ont lâché, Boni Yayi peut toujours compter sur cette alliance qu’il a créée et dont il a été le leader, ainsi que sur l’activisme de Léonce Houngbadji, opposant acerbe et fidèle à l’ancien président.

« Certains le poussent à briguer un nouveau mandat, mais Boni Yayi ne l’envisage pas. Cependant, il n’a toujours pas digéré la manière dont il a quitté le pouvoir et estime que Talon détruit tout ce qu’il a fait », confie un de ses proches. Selon nos informations, Boni Yayi s’est personnellement déplacé au domicile de Soglo pour lui demander de participer au rassemblement de l’opposition.

L’ego abîmé de Nicéphore Soglo

Ce dernier n’a pas été trop difficile à convaincre. Patrice Talon a pourtant longtemps été proche de cette famille emblématique. Il a même financé pendant des années son parti, la Renaissance du Bénin (RB). Et si Nicéphore Soglo, 83 ans, n’a pas appelé à voter pour lui lors de la dernière présidentielle, il a tout fait pour que ses adversaires ne l’emportent pas.

La relation entre les deux hommes a commencé à se dégrader quelques mois après le scrutin, Soglo reprochant à Talon son manque de considération à son égard. L’exclusion en juin 2017 de son fils Léhady de la présidence de la RB, puis sa révocation le mois suivant de la mairie de Cotonou – deux événements que la famille Soglo impute directement à Talon – ont fini de brouiller les deux hommes.

« C’est surtout une histoire d’ego. Nicéphore a toujours considéré que ceux qui venaient après lui n’étaient pas à la hauteur », explique un homme politique qui le connaît bien.

[Patrice Talon] n’a que faire de ces deux dinosaures de la vie politique

Et Talon dans tout cela ? Le chef de L’État a un temps tenté de rendre inaudibles ses deux prédécesseurs. En août 2016, quand Boni Yayi a voulu se rendre sur le chantier de l’aéroport de Tourou, à Parakou, situé à environ 450 kilomètres au nord de Cotonou, un membre du gouvernement le lui a publiquement interdit.

Au cours de la même année, Talon a demandé à deux reprises à Nicéphore Soglo de mettre fin à ses prises de position critiques à son égard dans les médias. Aujourd’hui, le chef de l’État semble se désintéresser de ces attaques. En privé, il mentionne rarement les noms de Yayi et Soglo.

« Talon est concentré sur un objectif : la réforme du système partisan. Il n’a que faire de ces deux dinosaures de la vie politique. Il sait que cette alliance est circonstancielle et qu’elle n’a pas d’agenda précis », assène un de ses proches.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte