Transport aérien

Le capital de Kenya Airways redistribué

Kenya Airways s'est séparé de ses Boeing 777 (photo) pour des modèles plus économiques

Kenya Airways s'est séparé de ses Boeing 777 (photo) pour des modèles plus économiques © Mark Harkin by Wikimédia Commons

Grâce à une complexe opération financière, Kenya Airways vient de transformer sa dette en participation.

« La dette est soldée, convertie, mais il y a encore beaucoup d’intérêts à payer », explique Sebastian Mikosz, qui a dû signer un jour, une à une, 600 pages de documents pour se libérer de ses créances.

C’est une complexe ingénierie financière qui a été mise au point pour procéder au désendettement de la compagnie. Après dix-huit mois d’âpres négociations, tous les créanciers ont transformé leur dette en participation.


>>> À LIRE – Aérien : le retour en force de l’État chez Kenya Airways


Après avoir accordé 217 millions de dollars (182,6 millions d’euros) de prêts, les banques et loueurs d’avions détiennent désormais 38,1 % du capital. Le gouvernement kényan, qui avait avancé près de 238,1 millions de dollars au transporteur, voit sa participation passer de 29,8 % à 48,9 %. À l’issue de cette opération, Air France-KLM ne détient plus que 7,8 % du capital.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte