Justice

Bénin : ce que Bonkoungou a dit au procureur à propos de Zinsou

Lionel Zinsou, ancien Premier ministre du Bénin, et Mahamadou Bonkoungou, patron du groupe Ebomaf. © Photomontage / Vincent Fournier pour JA ; Hippolyte Sama.

Maha­madou Bonkoungou, patron d'Ebomaf, a porté plainte contre Lionel Zinsou pour « escroquerie aggravée », le 11 avril. Quelques jours plus tard, il a expliqué en détail ses griefs à l'encontre de l'ancien Premier ministre face au procureur de la République. Jeune Afrique a eu accès au contenu de cette audition.

Après avoir déposé plainte le 11 avril à Cotonou contre Lionel Zinsou pour « escroquerie aggravée » et « tentative d’escroquerie en bande organisée » devant le procureur de la République Gilbert Togbonon, Maha­madou Bonkoungou a été entendu par ce dernier. Le patron du groupe Ebomaf souhaite se voir rembourser une dette de 15 milliards de F CFA (23 millions d’euros) contractée par l’ex-Premier ministre en 2016, durant sa campagne présidentielle au Bénin.

Le 26 avril, Bonkoungou, accompagné de son avocat béninois Bastien Salami, est spécialement arrivé à Cotonou à 9 heures, avant d’être reçu durant deux heures par Togbonon.

Rendez-vous à La Marina

Selon les procès-verbaux d’audition, que Jeune Afrique a pu consulter, Bonkoungou a déclaré que Lionel Zinsou lui a été présenté par Thomas Boni Yayi, alors président du Bénin. « Notre première rencontre a eu lieu début 2016 chez le président, dans son bureau à la Marina, puis nous nous sommes revus au domicile de celui-ci à Cadjehoun, a-t-il précisé. Il m’a dit qu’il fallait que j’aide Lionel Zinsou dans le cadre de sa campagne présidentielle car il avait du mal à réunir l’argent. »

Il devait me remettre le fruit de la vente de ses actions chez PAI Partners

En retour, ce dernier lui aurait fait une promesse. « Il devait me remettre le fruit de la vente de ses actions chez PAI Partners, comme l’a confirmé le président Boni Yayi au cours de notre premier rendez-vous. Lors de cette rencontre, [Lionel Zinsou] a d’ailleurs exhibé les titres de ses actions. »

Bonkoungou soutient en outre qu’une « première partie de l’argent, 4 milliards de F CFA, a été décaissée sous l’insistance du président et remise à son domicile à Cadjehoun ».

Pour le moment, Zinsou n’a pas été notifié de cette plainte, qui vise également l’ancien chef de l’État et, en tant que témoin, l’ex-ministre des Finances Komi Koutché. Les convocations, qui se trouvent toujours sur le bureau du procureur, doivent être envoyées dans les prochaines semaines chez Lionel Zinsou à Cotonou et à Paris, par courrier DHL. Ce dernier est conseillé par les avocats français Nicolas Baverez et Pierre-Olivier Sur, et par le Béninois Robert Dossou. Contacté par JA, il n’a pas souhaité réagir.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte