Sport

Dix choses à savoir sur Mohamed Salah, le footballeur international égyptien

Le footballeur Mohamed Salah lors d'un match de Ligue des champions, en août 2017. © Peter Byrne/AP/SIPA

Le 22 avril, le footballeur égyptien du club de Liverpool a été couronné joueur de l’année du championnat d’Angleterre. À quand le Ballon d’or ?

• Petit Poucet

Né en 1992 dans une famille modeste d’un village du delta du Nil, il fait ses débuts au Nadi Al Mokawloon, club cairote beaucoup moins bien classé que les deux autres équipes de la capitale égyptienne, les populaires Al Ahly et Zamalek. Il y évolue jusqu’en 2012.

• Devenu grand 

À Chelsea, entre 2014 et 2015, il est souvent sur le banc de touche. Prêté à l’AS Roma, il se révèle. Mais c’est à Liverpool, qui s’offre ses talents en juin 2017 pour 42 millions d’euros, que Salah explose : il marque 31 buts en une saison


>>> A Lire – Égypte : Mohamed Salah, le prestige du Pharaon


• Discret

En Égypte, son visage est partout. Pourtant, le très pieux Salah parle peu – et jamais de politique ni de religion. Quant à sa femme, voilée, elle n’apparaît pas en public.

• Antidote 

« S’il en marque un autre, je serai musulman moi aussi ! » La vidéo de supporters britanniques clamant leur envie de suivre leur idole jusqu’à la mosquée, en février, a fait le tour des réseaux sociaux. La très sérieuse BBC se demande même s’il ne pourrait pas être un remède à l’islamophobie, très répandue dans les stades anglais.

• Légendaire 

C’est tout le monde arabe qui s’enflamme pour l’Egyptian King, au point que son pays a renoncé à lui faire faire son service militaire. Le 22 avril, il a reçu le prix du joueur de l’année du championnat d’Angleterre. Sur son compte Twitter (4 millions de followers), la star libanaise de la chanson Yara a aussitôt rendu hommage à al ostoura, « la légende ».

• Habile 

En 2013, le FC Bâle, où il évolue alors, rencontre le Maccabi Tel-Aviv. La situation est compliquée : le club exige qu’il respecte le protocole – échanger une poignée de main avec ses adversaires –, mais le public arabe pourrait mal le prendre. Salah prétexte un changement de chaussures au match aller pour éviter de serrer la main des joueurs israéliens. Au match retour, il les salue avec un handshake viril et jeune, poing fermé.

• Alter Ego 

Des selfies en attestent : Salah est un proche de Mohamed Aboutrika. L’ancienne superstar d’Al Ahly réside aujourd’hui au Qatar ; son soutien au président Mohamed Morsi, en 2012, et ses prises de position lui ont valu d’apparaître sur les listes égyptiennes de personnes considérées comme terroristes.

• Sponsorisé 

Le 20 avril, l’agent de Salah s’est plaint que la Fédération égyptienne avait utilisé l’image du joueur pour un contrat avec WE – l’opérateur téléphonique égyptien est le concurrent direct de Vodafone, avec lequel Salah est sous contrat. Quelques jours plus tard, le gouvernement promettait d’intervenir pour régler la situation. Salah a déjà prêté son image pour des campagnes gouvernementales pour les droits des femmes et contre l’usage de drogues.


>>> A Lire – L’œil de Glez : Mohamed Salah Airlines, toujours plus haut !


• Rival 

Est-il l’ami ou le rival de Sadio Mané, le buteur sénégalais qui porte lui aussi les couleurs de Liverpool ? La question obsède les tabloïds. Sur Instagram, ils affichent leur proximité, mais c’est d’un joueur de Chelsea, Antonio Rüdiger, Allemand d’origine sierra-léonaise, que Salah paraît vraiment complice.

• Sissi aussi 

Salah est si populaire qu’Abdel Fattah al-Sissi ne peut l’ignorer. Il l’a reçu, en janvier 2017, au palais présidentiel. Et ne s’est pas privé de communiquer sur le fait que le joueur avait versé environ 250 000 euros à un fonds gouvernemental, le Tahiya Masr Fund. Depuis, il le félicite en public régulièrement.

 

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte