Politique

Gabon : quand les Chambrier rêvent du pouvoir

Alexandre Barro Chambrier, le 16 juillet 2015 à Libreville. © YVAN G.PICTURES POUR J.A

Entre médecine et politique, le cœur de cette grande famille balance. Si la plupart de ses frères et sœurs ont opté pour la blouse blanche, Alexandre s'est imposé en tant que poids lourd de l'opposition et compte participer aux législatives avec son parti, Héritage et Modernité.

Un acronyme scandé par des dizaines de partisans. Des danseurs et des musiciens au sein d’une foule de sympathisants et de curieux. Gervais Nguema Ndong et Michel Menga M’Essone, respectivement coordonnateur provincial et secrétaire général du parti Héritage et Modernité, ont fait du bon travail. Alexandre Barro Chambrier – « ABC » – lève les bras, serre des mains et sourit timidement. L’homme n’a jamais été expansif. Mais début avril, dans les rues de Mékambo, alors qu’il parcourt l’Ogooué-Ivindo, sur les terres du Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet, il sent qu’il se passe quelque chose.


>>> A LIRE – Gabon : comment Ali Bongo a semé la zizanie dans l’opposition


Peu lui importe que les grandes formations politiques, tant du côté du pouvoir que de l’opposition, ne le considèrent pas encore comme une menace. « On a vécu une vraie liesse populaire, s’enthousiasme ABC. C’est le signe d’une volonté de changement dans une province qui n’a pas été gâtée au niveau des investissements. » Quelques heures plus tard, le 10 avril, il tient une conférence de presse afin d’officialiser la participation de son parti aux législatives, dont la date définitive doit encore être annoncée. S’il affirme ne pas savoir s’il se portera candidat dans son fief du quatrième arrondissement de Libreville, il sera de la bataille. « C’est une étape dans notre volonté d’aller chercher l’alternance », justifie-t-il face aux partisans du boycott gravitant toujours autour de Jean Ping.

Participation aux législatives

Pouvait-il en être autrement ? Depuis plusieurs mois, la figure de proue de la famille Chambrier ne fait pas mystère de sa volonté d’aller aux législatives. Ses frères et sœurs, avec qui il se réunit au moins une fois par semaine, le savent : Alexandre est l’héritier politique de leur père, Marcel Éloi Rahandi Chambrier, né à Libreville en 1933, à la fois ancien ministre, ex-président de l’Assemblée nationale (1993-1996), cofondateur du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) et célèbre pédiatre d’ascendance mpongwée. « Mon père aurait voulu que je sois médecin, mais il a fini par accepter que je choisisse une autre voie, confie-t-il. Je voulais m’affirmer face à sa forte personnalité. »


>>> A LIRE – Gabon : autour d’Alexandre Barro Chambrier, une poignée de fidèles


À 59 ans, ABC détonne en effet au sein de cette famille dont le cœur est plus proche de la polyclinique réputée qui porte son nom, fondée par leur père en 1967, que du Parlement. La mère, Roselyne, était kinésithérapeute. La sœur aînée, Marceline, dont Alexandre dit être très proche, dirige l’établissement familial. Mariée au cardiologue Urbain Alawoe, elle est la chef de famille. Diane, leur cadette, est à la tête du service d’imagerie médicale de la clinique, tandis que Patricia est angiologue en France. Patronne de PharmaGabon, Éloïse est pharmacienne à Libreville, tout comme son frère Franck, qui travaille aussi dans l’industrie du bois. Quant à Audrey, elle est directrice adjointe de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale.

Alassane Dramane Ouattara est un frère et une personne que j’admire beaucoup

Seule « anomalie » de cette fratrie, Sandra Chambrier Omanda est avocate spécialisée dans le droit des affaires, relais local des avocats parisiens de Guido Santullo, en conflit avec l’État gabonais – l’homme d’affaires italien lui réclame le paiement d’un demi-milliard d’euros de factures. Une affaire sensible que Sandra refuse de commenter. « Il ne faut rien y voir de suspect. Ma sœur fait son travail comme elle l’entend et elle a un caractère bien trempé », commente ABC.

Économiste, élève de Raymond Barre à Paris-Dauphine, Alexandre Barro Chambrier a enseigné à l’université Omar-Bongo de Libreville avant de devenir conseiller du Premier ministre Casimir Oyé Mba jusqu’en 1994, puis d’intégrer le FMI. Il y fait la connaissance d’un certain Alassane Dramane Ouattara (ADO). Les deux hommes s’apprécient et, aujourd’hui encore, se voient régulièrement à Abidjan. « C’est un frère et une personne que j’admire beaucoup », confirme ABC. Ce dernier fait d’ailleurs partie des dirigeants de l’Institut international pour l’Afrique, fondé par l’Ivoirien en 1999 pour prodiguer conseils et assistance aux gouvernements africains dans leurs relations avec les institutions de Bretton Woods. Il y côtoie ceux qui resteront ses amis : Téné Birahima Ouattara, frère d’ADO, et Philippe Serey-Eiffel, un intime du Palais.

Divorce consommé avec Ali Bongo Ondimba

À son retour au Gabon, il enchaîne les strapontins : de 2004 à 2012, il est nommé plusieurs fois ministre délégué (Forêts, Privatisation, Eau, Pêche, Développement…) avant d’être installé aux Mines et au Pétrole. Son nom circule un temps pour prendre la tête de la Banque des États de l’Afrique de l’Ouest, en 2007. Et même celle de la BAD. Outre le soutien du Gabon, il espère obtenir dans cette campagne celui du Congo, avec un atout – une nouvelle fois familial – dans la manche : sa femme, Helena, est la nièce d’Antoinette Sassou Nguesso, la première dame, qui l’a en partie élevée et dont elle est toujours proche. Mais il échoue à deux reprises et est écarté du gouvernement par le Premier ministre Raymond Ndong Sima en 2012.


>>> A LIRE – Gabon : Chambrier et Gondjout, une alliance politique familiale


Membre du PDG, député, il crée en juin 2015 Héritage et Modernité, un courant qui réclame une refondation du parti. ABC agace. Le président Ali Bongo Ondimba (ABO) le fait savoir : le linge sale se lave en famille, et les frondeurs sont priés de rentrer dans le rang. Mais le divorce est consommé. Début mars 2016, alors que le PDG tente de se regrouper autour d’ABO pour la présidentielle, ABC, Michel Menga M’Essone et Jonathan Ignoumba sont exclus. ABC passe alors dans l’opposition. Après avoir un temps souhaité être lui-même candidat, il se rallie à Jean Ping, en accord avec son père. Ce dernier, qui avait favorisé ABO en 2009, s’est progressivement tourné vers l’ancien patron de l’UA comme candidat unique de l’opposition, le préférant notamment à Guy Nzouba-Ndama, qui lui en tient toujours rigueur.

 Nous sommes très soudés. C’est l’héritage de notre mère, qui nous a inculqué les valeurs d’unité et de solidarité

« Mon père n’est plus impliqué en politique mais il continue d’être un observateur que je consulte régulièrement », résume Alexandre. C’est d’ailleurs depuis le domaine familial du cinquième arrondissement de Libreville qu’il avait fait, « pour des raisons pratiques », sa déclaration après son exclusion du PDG, afin de lancer sa carrière d’opposant. La famille, toujours. « Nous sommes très soudés. C’est l’héritage de notre mère, qui nous a inculqué les valeurs d’unité et de solidarité. » Suffiront-elles à faire de sa famille une dynastie politique ? Si ABC est l’un des poids lourds de l’opposition et s’apprête à affronter ses premières législatives en tant que président de parti (après avoir été élu député du PDG par deux fois), la génération suivante n’a pas encore sauté le pas.

Sa fille Roselyne s’épanouit dans le privé, en tant que directrice du développement du groupe Olam au Gabon. Formée à l’École supérieure de commerce de Paris, cette ancienne de BGFIBank – « une jeune femme brillante, vive et dynamique », comme la décrit son père – n’hésite pas à porter son regard sur des terres qu’ABC connaît bien, à Abidjan. Elle vient d’orchestrer le rapprochement d’Olam avec Snedai, groupe dirigé par Adama Bictogo, un proche de la présidence ivoirienne. Dynastie mpongwée évoluant dans les couloirs d’hôpitaux mais jamais loin des palais de la République, les Chambrier ont déjà un pied au cœur du pouvoir. Iront-ils plus loin ?


Une opposition sans divisions ?

Pas question pour l’opposition d’afficher des divisions. Alexandre Barro Chambrier n’a eu aucune brouille avec Jean Ping au sujet de sa participation aux élections, « bien au contraire », selon la version officielle. À l’Union nationale, les relations avec Paul-Marie Gondjout sont « excellentes », et aucun désaccord avec le président, Zacharie Myboto, n’est signalé. Reste Guy Nzouba-Ndama, avec qui les tensions sont difficiles à gommer…

Le patron des démocrates n’a guère apprécié de n’être soutenu ni par le père ni par le fils Chambrier face à Ping pour la présidentielle, alors qu’il avait favorisé en sous-main la montée en puissance d’Héritage et Modernité puis facilité son arrivée dans l’opposition. Se sentant trahi, « Nzouba » n’est pas loin de considérer l’économiste comme un adversaire de plus.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte