Religion

L’œil de Glez : au Ghana, l’appel à la prière par SMS et sur WhatsApp ?

Réservé aux abonnés | |

Par  Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

Glez

Glez © Glez

Le ministre ghanéen de l’Environnement a avancé l’idée de remplacer les haut-parleurs utilisés pour appeler à la prière, par des messages téléphoniques ou par WhatsApp. Certains dénoncent une atteinte à la liberté religieuse.

Et si les mosquées n’appelaient plus à la prière par l’intermédiaire de haut-parleurs ? L’idée est celle du ministre ghanéen de l’Environnement, Kwabena Frimpong-Boateng, qui suggère que les muezzins communiquent désormais par SMS ou sur WhatsApp.


>>> A LIRE – L’islam et internet font-ils bon ménage ?


Il s’inspire du Rwanda, où les harangues sonorisées sont déjà interdites dans certains lieux de culte. Pour l’heure, au Ghana, il ne s’agit que d’un projet, mais les plus réfractaires dénoncent une atteinte à la liberté religieuse.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte