Dossier

Cet article est issu du dossier «Côte d'Ivoire : Bouaké la rebelle»

Voir tout le sommaire
Politique

Côte-d’Ivoire : les soutiens de Guillaume Soro à Bouaké

Guillaume Soro à Abidjan en décembre 2010. © Schalk van Zuydam/AP/SIPA

Même s'il est vivement critiqué dans la seconde ville de Côte-d'Ivoire, ancien fief de la rébellion, l'ex chef rebel, Guillaume Soro y conserve toujours des soutiens politiques actifs. La forteresse Soro n'a pas perdu son bastion.

Ancien chef de la rébellion, Guillaume Soro n’échappe pas aux critiques des habitants de Bouaké, qui lui reprochent de les avoir abandonnés. Mais il dispose toujours d’appuis politiques solides dans la ville. Parmi eux, Fatoumata Traoré Diop, membre du RDR.

Issue d’une grande famille commerçante locale, cette ancienne directrice de la Radiodiffusion-télévision ivoirienne (RTI), qui a appartenu à la commission électorale, a échoué par deux fois à se faire élire députée à Bouaké (en 2011 et en 2016). Mais elle demeure un élément important du « dispositif » de Soro sur place.

Le président de l’Assemblée nationale peut aussi compter sur Amadou Bamba, deuxième adjoint au maire : il appartient au Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (Raci), proche de l’ancien ministre.

Enfin, avant d’être placé en détention en octobre 2017, son directeur du protocole, Souleymane Kamagaté (alias Soul to Soul), était très actif à Bouaké.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte