Justice

Gabon : BGFIBank bientôt en justice à Paris et Libreville ?

Agence de la BGFI Bank à Libreville, au Gabon, le 11 mai 2012. © Xavier Bourgois pour Jeune Afrique

La société gabonaise e-Doley Finance accuse BGFIBank d'avoir usurpé sa technologie pour sa solution de paiement par mobile. L'affaire est devant la justice à Paris et à Libreville.

Deux équipes d’avocats (Hugues Désiré Boguikouma, Grâce Firmine Kieley Houndy, Éric Moutet et Virginia Barat), représentant la société gabonaise e-Doley Finance, s’apprêtent à diligenter des poursuites contre BGFIBank, établie à Libreville. Deux plaintes doivent être déposées : l’une devant le tribunal de commerce de Paris, la seconde, au Gabon.

E-Doley Finance accuse BGFI d’avoir usurpé sa technologie, dont elle possède le brevet, afin de lancer fin 2015 sa propre solution mobile (paiement, transfert…), BGFI Mobile. Depuis octobre 2013, les deux parties travaillaient en partenariat (« e-DoleyCash by BGFIBank ») dans le cadre d’un partage des bénéfices « pour chaque transaction réalisée ».


>>> A LIRE – Gabon : e-Doley préfère le porte-monnaie… sur mobile


Un préjudice estimé à des milliards de F CFA

Selon Ernest Akendengue Tewelyo, le gérant de e-Doley Finance, une phase de test avait même été engagée au premier trimestre de 2015. BGFIBank lui a ensuite proposé d’acheter sa technologie et d’abandonner le système de partage des revenus, ce à quoi il a répondu qu’il allait étudier la question. Depuis, les contacts ont été rompus.

Le 23 décembre 2015, cette banque a officiellement lancé son offre mobile, et Tewelyo l’accuse aujourd’hui d’utiliser sa technologie sans le rémunérer. Il estime le préjudice subi à plusieurs dizaines de milliards de F CFA.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte