Politique

Cameroun : Paul Biya en colère contre les services de sécurité et de renseignements

Paul Biya lors du sommet UA-UE, le 29 novembre 2017 à Abidjan. © Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

Le président camerounais en veut à ses services suite à la fuite de Basile Atangana Kouna, l’ex-ministre de l’Eau et de l’Énergie, finalement arrêté au Nigeria. Police, Sécurité militaire et services de renseignements sont sur le gril.

Depuis la cavale de Basile Atangana Kouna, l’ex-ministre de l’Eau et de l’Énergie, finalement arrêté le 22 mars au Nigeria puis extradé, Paul Biya ne décolère pas contre ses services de sécurité.

La responsabilité de Martin Mbarga Nguélé, le patron de la police, est engagée, puisqu’une mesure d’interdiction de quitter le territoire visant le ministre, limogé le 2 mars, avait été adressée à la police aux frontières.


>>> A LIRE – Cameroun : premières heures en prison pour les dernières « proies » de l’opération Épervier


Également critiquée, la Sécurité militaire, dont un adjudant a frauduleusement fourni au fugitif des plaques minéralogiques du ministère de la Défense – un passe-droit qui lui a permis d’échapper aux contrôles routiers.

Quant aux services de renseignements, ils sont tancés pour n’avoir pas pu retrouver le fuyard. Avant de quitter le pays, ce dernier avait été hébergé trois jours durant par l’abbé Dieudonné Nkodo, vicaire d’une paroisse de Yaoundé.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte