BTP & Infrastructures

Gabon : l’homme d’affaires italien Guido Santullo réclamerait un demi-milliard d’euros

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 11 avril 2018 à 09h48
Mr. Guido Santullo, ex-patron du groupe de BTP Sericom, dans son hôtel de luxe Mirasole, à Gaeta, Italie,  le 27 avril 2017.

Mr. Guido Santullo, ex-patron du groupe de BTP Sericom, dans son hôtel de luxe Mirasole, à Gaeta, Italie, le 27 avril 2017. © Marco d’Antonio pour JA

A en croire une indiscrétion d’une source très proche de cette affaire qui occupe les tribunaux à Paris et Libreville, c’est la somme à laquelle l’Italien estime son préjudice dans son bras de fer avec l’État du Gabon.

En France comme au Gabon, à la Cour internationale d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale de Paris comme à la Cour criminelle spéciale de Libreville, l’affaire Guido Santullo occupe les tribunaux. Cet homme d’affaires italien réclame à l’État gabonais le paiement de factures concernant la construction d’infrastructures en 2012, notamment le pont de Kango et les routes Akiéni-Onga et Mouila-Ndendé.

Le montant s’élèverait aujourd’hui, selon une indiscrétion d’un proche du dossier, à un demi-milliard d’euros en comptant les pénalités de retard. Libreville refuse de payer cette somme, arguant que des contrats, notamment supervisés par Magloire Ngambia, auraient été surfacturés et acquis en dehors du respect du code des marchés publics. La défense de l’ancien ministre a toujours nié ces accusations.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte