Diplomatie

Le « Glam » veut défendre les intérêts de la Mauritanie en France

François Loncle, président du Glam. © Capture d'écran Youtube

Présidé par un ancien parlementaire socialiste français, ce Groupe de liaison des amis de la Mauritanie (Glam) entend faire du lobbying en faveur des intérêts mauritanien dans l'Hexagone. parmi les membres du conseil d'administration : Éric Besson, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy.

Un Groupe de liaison des amis de la Mauritanie (Glam) a été créé le 13 mars à Paris, afin de promouvoir les intérêts de ce pays en France. Présidée par l’ex-parlementaire socialiste François Loncle, cette association compte dans ses rangs sept députés, dont Jean-François M’Baye et Liliana Tanguy (LREM) ou Claude de Ganay (LR), président du groupe d’amitié France-Mauritanie.


>>> À LIRE – Mauritanie-France : Macron attendu à Nouakchott pour parler du G5 Sahel avec Aziz


Parmi les vice-présidents : l’ex-juge Jean-Louis Bruguière, qui conseille le gouvernement mauritanien sur les questions liées au terrorisme, l’écrivain Gaston Kelman et l’avocat Éric Diamantis. Ce dernier défend l’État mauritanien aux côtés de son confrère Jemal Taleb, à l’origine de la création du Glam et « conseiller spécial » de Loncle.

Ali Soumaré, conseiller régional d’Île-de-France et directeur conseil à l’agence Solicom, gérera la communication, tandis qu’Éric Besson, ancien ministre de Nicolas Sarkozy reconverti dans le lobbying, siégera au conseil d’administration. Marc d’Hombres, ex-collaborateur de Mohamed Ould Bouamatou à la Générale de banque de Mauritanie, sera le trésorier.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte