Politique

Maroc : la garde rapprochée de Nasser Bourita, le ministre des Affaires étrangères

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 15 mars 2018 à 13:04

Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères

La nomination de Mohcine Jazouli, fin janvier, à la tête d’un nouveau ministère délégué, chargé des Affaires africaines, renforce le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita dans la gestion des questions liées au continent. Ce gros travailleur aime piloter lui-même ses dossiers. En particulier celui, très sensible, du Sahara occidental. Mais qui sont ses proches ?

Omar Hilale : représentant permanent du Maroc à l’ONU

C’est la pièce maîtresse de la diplomatie chérifienne. À Lisbonne, le 6 mars, il était présent lors de la rencontre entre Bourita et Horst Köhler, l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara.

Omar Hilale est le représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies (ici le 6 décembre 2017).

UN/Manuel Elias

• James Christoferson : lobbyiste à Washington

Depuis le début de l’année, ce républicain guide Bourita dans les méandres de la politique américaine. Il remplace le démocrate Edward Gabriel, principal supporter du royaume à Washington depuis 2002, et qui avait fini par lasser.

• Taïeb Fassi-Fihri : conseiller royal

Ex-ministre des Affaires étrangères (2007-2012), il est proche de Bourita, qui a été son directeur de cabinet. Brahim, son fils, préside l’Institut Amadeus, un outil du softpower marocain.


>>> À LIRE – Taïeb Fassi-Fihri : le diplomate de Mohammed VI


Taïeb Fassi Fihri, ex-ministre des Affaires étrangères et de la coopération du Maroc

Hamilton/REA

• Mohamed Methqal : directeur de l’Agence marocaine de la coopération

Ex-homme lige de Mezouar, le prédécesseur de Bourita. En 2017, à Maputo, il a été bousculé avec ce dernier (alors ministre délégué) par des hommes en treillis, après avoir protesté contre la présence d’une délégation du Polisario.