Dossier

Cet article est issu du dossier «Crise du golfe : Qatar-Arabie saoudite, la guerre fraticide»

Voir tout le sommaire
Politique

Qatar-Arabie Saoudite : Hamad, mentor ou tuteur ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 20h22
L'émir Hamad du Qatar a officiellement abdiqué au profit de son fils en 2013

L'émir Hamad du Qatar a officiellement abdiqué au profit de son fils en 2013 © witt/SIPA

Au Qatar, l’émir Hamad a officiellement abdiqué au profit de son fils en 2013. Cependant certaines rumeurs voudraient que ce soit toujours lui qui tienne les reines du royaume. Eclairage.

Pour les ennemis intimes de Tamim, l’accession de celui-ci au pouvoir après le retrait de son père, en 2013, n’aurait été qu’une façade érigée pour sauver les apparences d’un émirat dont les ambitieux projets politiques battaient de l’aile. L’« émir-père » Hamad tiendrait, avec son épouse favorite Mozah et son inséparable et puissant cousin Hamad Ibn Jassem, la réalité du pouvoir.

« C’est un faux procès, commente le politologue Joseph Bahout. Tamim n’est ni sous la tutelle de son père ni totalement indépendant. Lui ayant laissé le pouvoir et restant très puissant, il est normal qu’il le “mentorise” un moment pour l’installer aux affaires. Et sur les questions stratégiques, les décisions doivent être prises conjointement. Mais Tamim s’autonomise progressivement. »

Un schéma qui tranche avec ce que l’on voit de la relation entre le roi Salman d’Arabie et son fils, qui semble avoir carte blanche dans tous les domaines. Et pour cause : à 66 ans, Hamad du Qatar peut prendre son temps pour accompagner Tamim. À 82 ans, malade, le roi d’Arabie doit aller vite pour que son fils se mette en selle.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte