Politique

Cameroun : René Emmanuel Sadi, le dauphin de retour dans la chambre du roi

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 21 mars 2018 à 15h09
René Emmanuel Sadi, en janvier 2011.

René Emmanuel Sadi, en janvier 2011. © Nicolas Eyidi

René Emmanuel Sadi, souvent présenté comme un potentiel successeur de Paul Biya à la tête du Cameroun, est de retour au bureau de la présidence suite au remaniement de début mars 2018.

À 69 ans, René Emmanuel Sadi quitte un ministère de souveraineté, l’Administration territoriale, pour réintégrer son bureau à la présidence, où il aura effectué, au bout du compte, l’essentiel de sa carrière. Il reprend le fauteuil de ministre chargé de mission qu’il avait déjà occupé entre 2009 et 2011.

Paul Biya, qui lui trouve l’étoffe d’un potentiel successeur, aurait-il cherché à le soustraire du panier de crabes gouvernemental ? Sadi est un homme précautionneux et sans histoires, ascète égaré chez les Épicuriens. Mais le palais d’Etoudi n’est pas un lieu plus sûr : véritable triangle des Bermudes, il a déjà englouti plusieurs dauphins présumés.

Un temps décrit comme un autre potentiel successeur, Edgar Alain Mebe Ngo’o a, lui, été tout simplement licencié après avoir occupé pendant vingt ans les plus hautes fonctions de l’État (préfet, directeur du cabinet civil, patron de la police, ministre de la Défense, puis des Transports jusqu’au 2 mars dernier). Même s’il clame son innocence, il est cité dans plusieurs affaires de corruption.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte