Dossier

Cet article est issu du dossier «Sahel : Iyad Ag Ghaly, l'insaisissable»

Voir tout le sommaire
Sécurité

Sahel : Iyad Ag Ghaly, l’insaisissable ennemi public n°1

Iyad Ag Ghaly, chef d'Ansar Eddine, allié à Aqmi © Capture d'écran/Image de propagande

Depuis le double attentat de Ouagadougou, Iyad Ag Ghaly est le chef jihadiste le plus recherché de la région. À moins que cet ancien interlocuteur privilégié d’Alger et de Bamako ne bénéficie toujours d’une protection…

Pour la troisième fois en un peu plus de deux ans, Ouagadougou a donc été frappée en plein cœur. Cette fois, les jihadistes n’ont pas tué indistinctement des civils dans un café, un hôtel ou un restaurant de l’avenue Kwame-NKrumah, comme en janvier 2016 et août 2017, mais se sont attaqués frontalement à deux cibles symboliques et osées. Le 2 mars au matin, à quelques minutes d’intervalle, deux commandos ont pris d’assaut l’ambassade de France et l’état-major général des armées, distants de moins de deux kilomètres en centre-ville.

Dès le lendemain, cette double opération de grande envergure était revendiquée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM). Dans son communiqué, cet agglomérat des principales katibas jihadistes actives au Mali, affilié à Al-Qaïda et dirigé par le Malien Iyad Ag Ghaly, a affirmé avoir agi en représailles à un raid français mené le 14 février dans l’extrême Nord malien.

Protection algérienne ?

Ce jour-là, les forces spéciales françaises du dispositif Sabre, basées à Ouagadougou, avaient attaqué trois campements et « neutralisé » 23 jihadistes entre Boghassa et Tinzawatène, à seulement 900 m de la frontière algérienne.

Pour le chef du GSIM, le coup est d’autant plus dur qu’il est porté dans son fief. Touareg de la tribu des Ifoghas, Ag Ghaly est natif de la région de Boghassa. Tinzawatène se trouve à quelques dizaines de kilomètres plus à l’est. Depuis 2013, cette petite localité algérienne, collée à la frontière, est pointée du doigt par les services de renseignements français comme étant la base arrière d’Ag Ghaly.

Entre la mi-2016 et la mi-2017, les services de renseignements français n’auraient relevé qu’un seul des déplacements d’Ag Ghaly : à Kidal

À Paris, voilà longtemps que les dirigeants français, sous François Hollande comme sous Emmanuel Macron, sont convaincus que l’ancien rebelle touareg bénéficie de la protection de l’Algérie et qu’il se terre de ce côté de la frontière. Selon un haut responsable du quinquennat Hollande, Ag Ghaly, 60 ans, passerait le plus clair de son temps dans une maison de Tinzawatène en compagnie de son épouse, Anna Walet Bicha et de sa fille.

Impossible, ajoute notre interlocuteur, que cela puisse se faire sans l’accord des puissants services de sécurité algériens. « Il est malin et sait très bien que l’armée française ne peut rien tenter contre lui tant qu’il est en Algérie pour des raisons historiques évidentes », affirme notre source. Ag Ghaly serait prudent et bougerait peu. À bord d’un pick-up ou deux maximum, et souvent en compagnie de femmes ou d’enfants en guise de boucliers humains.

Quel serait l’intérêt d’Alger de protéger le jihadiste le plus recherché du Sahel ?

Entre la mi-2016 et la mi-2017, les services de renseignements français n’auraient relevé qu’un seul de ses déplacements : à Kidal, pour voir Alghabass Ag Intalla, un ex-chef touareg d’Ansar Eddine aujourd’hui à la tête du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad. Depuis le déclenchement de l’opération Serval, les Français ont monté plusieurs opérations visant à le neutraliser en territoire malien, mais toutes ont échoué.

Quel serait l’intérêt d’Alger de protéger le jihadiste le plus recherché du Sahel ? « Depuis l’attaque d’In Amenas, en janvier 2013, les Algériens ne sont pas mécontents que les attentats aient lieu ailleurs que chez eux », affirme un décideur à Paris. Avoir Iyad Ag Ghaly de leur côté permettrait aux Algériens de garder un certain contrôle sur l’extrême nord du Mali pour sécuriser leur frontière sud.

Echanges tendus

Sans oublier que les Algériens n’apprécient guère la présence de troupes françaises si près de leur territoire. Après l’opération du 14 février près de Tinzawatène, ils ont d’ailleurs protesté auprès du président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK).

C’est peu dire que ces accusations françaises de collusion avec Ag Ghaly agacent à Alger. « C’est totalement faux de dire que nous savons où il se trouve ou que nous le protégeons, avance une source diplomatique algérienne. Nous n’arrêtons pas de dire que, si notre armée peut le tuer, elle le fera. Si les Français ont des preuves que nous savons où il se trouve ou que nous le protégeons, qu’ils les donnent ! »

En juin dernier, le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, n’a d’ailleurs pas fait mystère de son agacement à son homologue français, Jean-Yves Le Drian, en visite à Alger. « Si on trouve Ag Ghaly, on l’élimine », lui a-t-il dit en substance. Un diplomate algérien renvoie la balle du côté des Français. « Le désert est immense, mais ils disposent de multiples moyens de renseignement qui pourraient leur permettre de le localiser, lâche-t-il. Quand Ag Ghaly se fait prendre la tension artérielle, ils sont au courant ! »

RYAD KRAMDI/AFP

Lors de son déplacement à Alger, en décembre dernier, Emmanuel Macron n’a pas hésité à aborder l’épineux sujet avec Ahmed Gaïd Salah, le vice-ministre de la Défense et chef d’état-major général des armées. Entre le président français et le plus haut gradé algérien, les échanges sur le chef du GSIM ont été tendus.

Tinariwen, alcool et rebellion

Côté français, nul doute que les soupçons sont nourris par la vieille relation qui unit Ag Ghaly aux autorités algériennes. Ancien proche du groupe de musique touarègue Tinariwen, cet homme, souvent décrit comme un ex-séducteur, adepte de fêtes alcoolisées et de poésie dans sa jeunesse, a longtemps vécu dans le Sud algérien.

Jusqu’à un passé récent, les Algériens pensaient qu’Ag Ghaly pouvait être un atout dans la lutte antiterroriste

Figure des dernières rébellions touarègues maliennes, il a été un acteur majeur des accords de paix entre 1991 et 2006 au Mali. Il a, à ce titre, été un interlocuteur privilégié des autorités algériennes, qui ont toujours surveillé de très près les soubresauts indépendantistes chez leurs voisins maliens.

Jusqu’à un passé récent, les Algériens pensaient qu’Ag Ghaly pouvait être un atout dans la lutte antiterroriste. « Nous pensions qu’il pouvait jouer un rôle, mais il nous a trahis », assure une source diplomatique algérienne. Bien qu’ils le soupçonnent d’avoir été de mèche avec le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest, qui avait pris en otage sept membres du consulat d’Algérie à Gao, en avril 2012, les Algériens ont tout de même approché Ag Ghaly pour qu’il serve d’intermédiaire avec les ravisseurs. C’est ainsi qu’il séjourna à plusieurs reprises à Alger courant 2013.

« En fait, il n’a participé en aucune façon à la libération des trois derniers otages [deux avaient été relâchés en 2012], affirme un proche du dossier. Et nous avons perdu contact avec lui quand il a retourné sa veste à la fin de l’année 2013. » Depuis, les responsables algériens jurent ne plus être en lien avec le jihadiste, dont le nom figure sur les listes de personnes accusées de terrorisme par le Conseil de sécurité de l’ONU et par le département d’État américain.

Jeu ambigu de Bamako ?

À Bamako, IBK répète la même antienne : il n’a jamais été question de négocier quoi que ce soit avec ce terroriste qui a du sang malien sur les mains. Début 2017, pourtant, les services de renseignements français (notamment la DGSE) avaient la quasi-certitude que les autorités maliennes avaient pris langue avec Ag Ghaly.

Sous François Hollande, certains responsables français estimaient déjà que le pouvoir jouait un jeu ambigu avec le fondateur d’Ansar Eddine. Pour étayer leurs propos, ils citaient le nom de plusieurs personnalités soupçonnées de jouer les émissaires, comme Ahmada Ag Bibi, réputé proche d’Iyad Ag Ghaly et élu député de la circonscription d’Abeïbara sous les couleurs du Rassemblement pour le Mali (RPM, au pouvoir). Plusieurs responsables politiques bamakois sont quant à eux ouvertement favorables à un dialogue avec les jihadistes maliens, estimant qu’aucune paix ne sera possible s’ils sont exclus du processus.

Influent et craint, Ag Ghaly a aussi été longtemps un intermédiaire de choix dans les affaires de libération d’otages occidentaux

Les canaux de communication entre « Iyad » et Bamako sont-ils toujours actifs ? Les dirigeants maliens jurent que non, mais Ag Ghaly demeure un acteur incontournable dans le Nord. Il a longtemps disposé d’un important réseau dans les cercles de pouvoir, constitué au fil de ses années de rébellion, puis sous la présidence d’Amadou Toumani Touré, qui l’avait même nommé conseiller consulaire à Djeddah, en Arabie saoudite, de 2007 à 2010.

Influent et craint, il a aussi été longtemps un intermédiaire de choix dans les affaires de libération d’otages occidentaux. Ses nombreuses connexions ne se limitent pas au Mali : Ag Ghaly a noué des liens en Libye, au Niger ou encore au Burkina Faso – sa proximité présumée avec l’entourage de Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne en 2012-2013, alimente d’ailleurs aujourd’hui les interrogations des autorités burkinabè sur les récentes attaques à Ouagadougou.

Le patron du jihad sahélien

Habile et fin stratège, Iyad Ag Ghaly est parvenu à s’imposer progressivement comme le patron du jihad sahélien. Fin 2014, il se rapproche d’Amadou Koufa, un prédicateur radical peul rencontré dans les années 2000 sur les tapis d’une mosquée de la capitale. Ce dernier lance la katiba Macina, filiale d’Ansar Eddine dans le centre du pays essentiellement composée de combattants peuls.

En mars 2017, Ag Ghaly annonce la fusion des principaux mouvements jihadistes au Mali, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et Al-Mourabitoune, sous son commandement. Avec ses katibas implantées dans différentes régions du pays, le GSIM compterait aujourd’hui entre 500 et 1 000 combattants, selon les différentes estimations. « Il a réussi là où les chefs algériens d’Aqmi, comme Abou Zeïd, ont échoué : fédérer derrière lui des membres de différentes communautés du nord et du centre du Mali, comme des Peuls, des Songhaïs ou des Bambaras », explique une source sécuritaire malienne.

« C’est un opportuniste. Il a compris qu’il pouvait s’imposer comme le boss de la nébuleuse jihadiste régionale »

De fait, depuis la fin de 2015, les attentats de Bamako, Ouagadougou ou Grand-Bassam ont tous été menés par de jeunes Subsahariens. Ce fut encore le cas à Ouaga, le 2 mars, où le chef du commando était un certain Younous Al Fulani (« le Peul »).

Iyad Ag Ghaly a aussi profité de la perte d’influence d’Abdelmalek Droukdel, chef historique d’Aqmi, et de la disparition des écrans radars de Mokhtar Belmokhtar, le « Ben Laden du Sahara ». « C’est un opportuniste. Il a compris qu’il pouvait s’imposer comme le boss de la nébuleuse jihadiste régionale. Il est malheureusement en train d’y parvenir avec le GSIM, qui a montré ses capacités de nuisance bien au-delà des frontières maliennes », analyse une source onusienne.

Sophie Garcia/hanslucas.com

Sa volonté d’expansion ne semble pas s’arrêter là. Ces derniers mois, il s’est rapproché d’Abou Walid al-Sahraoui, leader de l’État islamique dans le Grand Sahara, actif dans la zone dite des « trois frontières » (Mali-Burkina-Niger), ainsi que d’Ansarul Islam, groupe jihadiste burkinabè qui sévit dans le nord du pays.

Reste une question centrale : pourquoi Ag Ghaly agit-il ainsi ? Pour imposer la charia au Mali ? Sanctuariser le Nord ? Laisser sa marque en tant que « grand » du jihad ? Sans doute un peu de tout cela. L’intéressé ne s’est plus exprimé depuis la diffusion de la vidéo annonçant la création du GSIM, le 1er mars 2017. Soit un peu plus d’un an au cours duquel il a confirmé jour après jour son statut d’ennemi public numéro un au Sahel.


Pour le meilleur et pour le pire

Anna Walet Bicha, l’épouse d’Iyad Ag Ghaly, est la fille d’un colon français et d’une Touarègue de la tribu des Ifoghas. En 1991, elle épouse El Hadj Ag Gamou, ancien rebelle devenu général de l’armée malienne. Cinq ans plus tard, elle divorce pour se remarier avec Iyad Ag Ghaly. Beaucoup estiment que cette histoire de cœur a largement attisé la haine que se vouent les deux hommes depuis plus d’un quart de siècle. Ancienne partisane de la rébellion touarègue, elle s’est radicalisée au fil de ses années de mariage avec Ag Ghaly.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte