Elections
Un soldat de la Minusma à Kidal, pendant le vote de la présidentielle, le 28 juillet 2013.

Cet article est issu du dossier

Présidentielle 2018 : le Mali est-il vraiment prêt ?

Voir tout le sommaire
Politique

Présidentielle au Mali : l’Adema fait cavalier seul

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 mars 2018 à 16:25

Dramane Dembélé était candidat de l’Alliance pour la démocratie au Mali – Parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA/PASJ) à l’élection présidentielle de 2013. © Vincent Fournier pour JA

L’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-PASJ), le principal allié de la formation d’Ibrahim Boubacar Keïta, présentera bien un candidat à la présidentielle du 29 juillet. Une décision qui ne fait pas l’unanimité au sein du parti.

Après plusieurs semaines d’incertitude, l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-PASJ) a tranché : elle présentera bien un candidat à la présidentielle du 29 juillet.

Le parti de l’abeille, principal allié du Rassemblement pour le Mali (RPM), la formation d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), en a décidé ainsi à l’issue d’un comité exécutif houleux le 14 février, à Bamako. Les partisans d’une candidature interne l’ont donc emporté, au grand dam de ceux qui, comme son président, le professeur Tiémoko Sangaré, souhaitaient que le parti se range derrière IBK.

IBK devra choisir

Plusieurs candidats internes se sont déjà déclarés pour porter les couleurs – le rouge et le blanc – du parti : Kalfa Sanogo, le maire de Sikasso ; Moustapha Dicko, ancien ministre ; ou encore Dramane Dembélé déjà candidat de l’Adema-PASJ en 2013.

Le nom de Dioncounda Traoré, ex-président de la transition, circule également. Quoi qu’il en soit, cette candidature annoncée est un coup dur pour le chef de l’État sortant, qui va devoir décider du sort des quatre ministres Adema présents au gouvernement.