Elections
Un soldat de la Minusma à Kidal, pendant le vote de la présidentielle, le 28 juillet 2013.

Cet article est issu du dossier

Présidentielle 2018 : le Mali est-il vraiment prêt ?

Voir tout le sommaire
Politique

Présidentielle au Mali : quel candidat unique pour l’opposition ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 mars 2018 à 16:25

Dernier rallye du candidat Soumaïla Cissé à Bamako avant le jour du vote, le 9 août 2013. © Emilie Regner pour Jeune Afrique

Pour tenter de battre le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta à la présidentielle du 29 juillet, les leaders de l’opposition tentent d’unir leurs forces dans un projet d’alliance. Rester à trouver le candidat qui sera chargé de porter leurs couleurs, et la liste est longue.

Les leaders de l’opposition le répètent haut et fort : tout ce qui compte est de battre le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) à la présidentielle du 29 juillet, afin d’obtenir l’alternance et « sauver le Mali ». Conscients qu’ils devront unir leurs forces, ils travaillent à un projet d’alliance.

Certains espèrent même aboutir à une candidature unique. Reste à trouver celui qui pourrait faire consensus – et surtout obtenir des autres qu’ils retirent leur candidature à son profit –, et là rien n’est gagné…

Cissé, Dramé, Sidibé, Mara…

Parmi les principaux opposants figurent Soumaïla Cissé, président de l’Union pour la république et la démocratie (URD) et challenger malheureux d’IBK en 2013 ; Tiébilé Dramé, président du Parti pour la renaissance nationale (Parena) ; Modibo Sidibé, président des Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (Fare An Ka Wili) ; Moussa Mara, président de Yelema ; ou encore Moussa Sinko Coulibaly, un général qui a récemment quitté l’armée.