Dossier

Cet article est issu du dossier «Élections : l'Afrique progresse-t-elle ?»

Voir tout le sommaire
Elections

Les nouvelles technologies, outil d’amélioration de la crédibilité des scrutins ?

Le président gambian Adama Barrow après son arrivée à l'aéroport de Banjul en Gambie, jeudi 26 janvier 2017. © Jerome Delay/AP/SIPA

Commissions, missions d'observation, biométrie, vote électronique... Tous ces outils déployés sur le continent doivent conduire à améliorer la fiabilité des scrutins.

Il n’est pas si éloigné le temps de l’omniprésence des partis uniques, des scrutins arrangés et du bourrage des urnes institutionnalisé : vingt-cinq ans. N’en déplaise aux incurables pessimistes, qui s’imaginent les élections africaines vouées à la fraude pour l’éternité, la démocratie fait des progrès en Afrique. À en croire le centre de recherche Les Afriques dans le monde (Bordeaux), moins de la moitié des scrutins organisés en 2015 et 2016 peuvent être considérés comme honnêtes et équitables.

L’exemple de la Gambie est révélateur. Si Yahya Jammeh, le président sortant, a fini par contester sa défaite, qu’il avait dans un premier temps reconnue, le résultat du scrutin présidentiel n’en a pas moins stupéfié la communauté internationale, tant, depuis des lustres, toute incertitude électorale semblait bannie dans ce pays. L’alternance l’a finalement emporté sans heurt.

Encadrement des processus électoraux

Plus récemment, au Liberia, une ex-star du foot a déjoué les pronostics et conquis la magistrature suprême face à un adversaire qui a admis sa défaite avant même l’annonce des résultats définitifs. Bref, le jeu démocratique en Afrique est de moins en moins biaisé. Tout n’est certes pas encore parfait, mais la plupart des observateurs interrogés dans le cadre de cette enquête choisissent de voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide.

À qui attribuer le mérite de cette évolution éminemment positive ? À la brusque conversion démocratique de la classe politique ? À la confiance contre toute attente retrouvée des citoyens dans leurs institutions ? Tout montre que les outils mis en place pour encadrer les processus électoraux – organismes de gestion des scrutins, missions d’observation, biométrie et/ou vote électronique – ont joué un rôle primordial.

Cibles d’attaques récurrentes – partialité, dysfonctionnements, ingérence étrangère, etc. –, lesdits instruments peuvent encore être améliorés. Mais ils demeurent à ce jour la meilleure protection contre le détournement éhonté de la volonté du peuple.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte