Politique

Affaire Sonatrach : Chakib Khelil définitivement hors d’atteinte ?

L’ex-ministre de l’Énergie est accusé de trafic d’influence © Nacerdine Zebar

Selon un magistrat d'Alger, qui a exercé au sein d'un organisme anticorruption, l'ex-ministre algérien de l’Énergie Chakib Khelil, accusé de trafic d'influence, ne serait pas à l'abri d'éventuelles poursuites de la justice algérienne.

L’ex-ministre algérien de l’Énergie Chakib Khelil est-il réellement à l’abri des poursuites engagées contre lui en août 2013, comme l’affirme le Premier ministre, Ahmed Ouyahia ? Pas si sûr, estime un magistrat d’Alger qui a exercé au sein d’un organisme de lutte contre la corruption.


>>> À LIRE – Algérie : le retour en grâce de Chakib Khelil


« Les crimes pour lesquels Chakib Khelil a été inculpé [corruption, trafic d’influence, abus de fonction, blanchiment d’argent et direction d’une association de malfaiteurs et d’une organisation criminelle transnationale] sont imprescriptibles aux yeux de la loi no 06-01 du 20 février 2006 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption, précise-t-il. L’action publique et les peines relatives à ces infractions ne peuvent pas faire l’objet d’une prescription, notamment dans le cas où le produit du crime aurait été transféré en dehors du territoire national. »

Les crimes pour lesquels Chakib Khelil a été inculpé sont imprescriptibles

Or la justice algérienne détient des preuves que des dizaines de millions de dollars provenant de contrats accordés par Sonatrach à des firmes étrangères ont été transférés sur des comptes détenus à l’étranger par Khelil, des membres de sa famille ainsi que des intermédiaires proches de lui.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte