Dossier

Cet article est issu du dossier «RDC : le dilemme de Moïse Katumbi»

Voir tout le sommaire
Politique

RDC : Moïse Katumbi et l’affaire MCK

Réservé aux abonnés | | Par
Moïse Katumbi, dernier gouverneur du Katanga, dans le sud de la RDC, le 21 février 2015 à Lubumbashi.

Moïse Katumbi, dernier gouverneur du Katanga, dans le sud de la RDC, le 21 février 2015 à Lubumbashi. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

Avant d’officialiser sa candidature à la présidentielle, Katumbi avait pris ses précautions avec MCK. Où en est l’affaire aujourd’hui ?

Pour ne pas s’exposer à des représailles financières, Moïse Katumbi avait vendu son entreprise de sous-traitance minière, Mining Company of Katanga (MCK), au français Necotrans.

La transaction, d’un montant total de 120 millions de dollars (97 millions d’euros), avait été conclue fin 2015. Seuls 20 millions de dollars étaient payables comptant. Le solde devait être réglé dans un délai de trois ans, soit avant le 4 novembre 2018. Mais depuis, Necotrans a fait faillite.

« Je n’ai pas été payé ! » clame Moïse Katumbi. MCK, devenu NB Mining, a toutefois été repris par un Français, Pascal Beveraggi, à qui la créance pourrait être réclamée.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte