Dossier

Cet article est issu du dossier «RDC : le dilemme de Moïse Katumbi»

Voir tout le sommaire
Politique

RDC : Moïse Katumbi a rencontré le chef des opérations de maintien de la paix de l’ONU à Addis Abeba

Moïse Katumbi, ancien gouverneur du Katanga. © Vincent Fournier/Jeune Afrique

L'opposant congolais était présent dans la capitale éthiopienne lors du 30e sommet de l'Union africaine. S'il ne figurait parmi aucune délégation officielle, il a cependant multiplié les rencontres, en catimini.

Après avoir assisté, à Davos, au Forum économique mondial, l’opposant congolais Moïse Katumbi est arrivé le 26 janvier à Addis-­Abeba, où se déroulait le sommet de l’UA. Il a été rejoint par son allié, Félix Tshisekedi, qui venait de Kinshasa.

Même s’il n’a pas pu loger dans les hôtels réservés aux délégations de chefs d’État, ni accéder au siège de la Commission de l’UA (il n’y est pas habilité), il en a profité pour mener de discrètes consultations.


>>> A LIRE – RDC : Moïse Katumbi perd un allié, Dany Banza quitte le G7


Il s’est ainsi entretenu avec le Français Jean-Pierre Lacroix, chef des opérations de maintien de la paix de l’ONU. Parmi ses objectifs : obtenir que la mission de l’ONU en RDC (Monusco) offre sa protection aux candidats (dont lui) à la prochaine présidentielle.

Il a également croisé fortuitement Rémi Maréchaux, le directeur Afrique du Quai d’Orsay, avant de regagner Bruxelles le 30 janvier.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte