Elections
Ali Bongo Ondimba au sommet Union Européenne-Afrique, à Abidjan, Côte d’Ivoire, le 29 novembre 2017.

Cet article est issu du dossier

Gabon : Ali Bongo Ondimba peut-il être contraint à la cohabition ?

Voir tout le sommaire
Politique

Législatives au Gabon : les enjeux diplomatiques derrière le scrutin

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 12 février 2018 à 12:57

Le président gabonais Ali Bongo lors d’un sommet Union européenne – Afrique, le 29 novembre 2017.

Les élections législatives se préparent à Libreville. Une ultime chance pour Ali Bongo Ondimba de retrouver une légitimité abîmée suite à la crise postélectorale.

L’image du Gabon auprès de ses partenaires occidentaux a souffert des dérapages verbaux et des violences physiques lors de la crise postélectorale de 2016. Bien organisé et quel que soit son résultat, le prochain scrutin devrait permettre à Libreville de normaliser ses rapports avec Bruxelles et surtout avec Paris.

Le président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, n’a toujours pas été reçu en tête à tête à l’Élysée, dans le cadre d’une rencontre bilatérale. Mieux, une Assemblée nationale où le parti au pouvoir serait majoritaire renforcerait sa crédibilité de président-VRP de « l’émergence », qu’il entend endosser sur la scène internationale.