Diplomatie

UE : comment Tunis est sorti du paradis ?

Pierre Moscovici en juillet 2016 © Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

Après un peu plus d'un an de liste noire, la Tunisie est sortie de la liste européenne des paradis fiscaux grâce à un important lobbying.

Depuis que l’UE l’a classée, le 5 décembre 2017, sur la liste des paradis fiscaux, la Tunisie s’est livrée à un intense lobbying diplomatique auprès de ses partenaires européens (France, Allemagne, Italie…) tandis que l’équipe de Hichem Ben Ahmed, le secrétaire d’État au Commerce extérieur, multipliait les visites à Bruxelles. Avec succès : le pays a été retiré de cette liste noire le 23 janvier.


>>> A LIRE – La Tunisie sort de la « liste noire » européenne des paradis fiscaux


Dans l’ombre, Patrice Bergamini, l’ambassadeur de l’UE à Tunis, s’est employé à expliciter les exigences européennes. Désormais classée parmi les « pays et juridictions coopératifs qui doivent respecter leurs engagements », la Tunisie a adopté une fiscalité plus transparente.

Cette décision devrait apaiser les tensions avec Bruxelles. Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, avait annulé sa visite à Tunis en février, Carthage n’ayant pas souhaité le recevoir tant que la crise n’était pas résolue…

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte