Actualités

Grandes Ecoles : HEC et Sciences-Po, une rivalité française

Par ,  | 

Science Po Paris et HEC Paris cherchent à étendre leur influence sur le continent africain. À la tête de cette quête de nouveaux marchés, Muriel Dubois pour la première école, Jean-Luc Ricci pour la seconde. La rivalité parisienne qui opposent ces deux grandes institutions est ainsi transposée en Afrique...

Très présentes en Afrique, les deux écoles françaises revendiquent des identités bien différentes pour séduire les talents locaux. L’une est privée, l’autre dispose d’un statut public-privé particulier. Mais sur le terrain, HEC Paris et Sciences-Po se ressemblent beaucoup. S’il ne possède pas de campus, le duo surfe sur la demande grandissante en formation continue en partageant le même objectif : attirer les décideurs de demain et développer ses revenus.

On peut penser que le continent est assez grand pour les fleurons hexagonaux, mais du côté de HEC, où Jean-Luc Ricci, directeur Afrique de l’école de commerce, parcourt depuis plus de dix ans le continent, on a du mal à accepter cette concurrence en partie alimentée par des deniers publics. La montée en puissance du rival de la rue Saint-Guillaume agace d’autant plus que l’offensive est menée par Muriel Dubois, transfuge de HEC, où elle gérait les programmes de formation à la haute fonction publique et aux grandes entreprises privées en Afrique.

Partenariats pour HEC

L’école de commerce a néanmoins encore une longueur d’avance. Si Sciences-Po dispose de chargés de mission qui collectionnent les allers-­retours, à l’inverse, HEC va poser ses valises à Abidjan, dans les locaux du patronat local. Opérationnelle dans les prochains mois, sa nouvelle permanence va promouvoir un certificat en management « d’une unité stratégique » et un cours de finance en ligne.

Sciences-Po joue plutôt la carte du nombre et de la proximité

En Afrique comme ailleurs, HEC veut changer une image trop franco-française à son goût, tout en conservant un positionnement élitiste. Pour ce faire, elle mise sur des partenariats avec des écoles africaines reconnues telles la Wits University de Johannesburg, la Lagos Business School, l’université Mohammed-VI à Casablanca et l’Institut national polytechnique Félix-Houphouët-Boigny de Yamoussoukro.

De son côté, Sciences-Po joue plutôt la carte du nombre et de la proximité. Pour développer de nouveaux programmes, elle a noué vingt accords d’égal à égal. Une approche qui a ses adeptes : en 2015, elle a remporté l’appel d’offres ­d’AfricaFrance pour son projet de certificat panafricain cocréé avec l’ISM Dakar et l’université du Cap.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Mozambique

| Banque-Finance-Assurance
TITRE DU POSTE :   CHEF DE BUREAU PAYS – COMZ
COMPLEXE :   DÉVELOPPEMENT REGIONAL, INTÉGRATION & PRESTATION DE SERVICES (RDVP)
DÉPARTEMENT :   DÉVELOPPEMENT REGIONAL, D’INTÉGRATION ET DE PRESTATION DE SERVICES
GRADE :   PL2
SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE :     DIRECTEUR GÉNÉRAL – AFRIQUE AUSTRALE (RDGS)
LIEU D’AFFECTATION :   MAPUTO, MOZAMBIQUE
INFORMATIONS SUR LE POSTE :   CE POSTE EST CLASSE DANS LA CATEGORIE INTERNATIONALE ET EST ASSORTI DE CONDITIONS DE RECRUTEMENT INTERNATIONAL
COMMENT POSTULER :   Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou en envoyant une capture écran indiquant le problème à : HR Direct HRDirect@AFDB.ORG
SAP N°:   50093536
DATE DE CLÔTURE :   24 MARS  2021 (à 23h59 GMT)
Pour postuler: https://www.afdb.org/fr/vacancies/chef-de-bureau-pays-comz-rdgs-42348
LA BANQUE : Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 81 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le Programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique nécessaire aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. En plus de fournir du financement, la Banque est la voix de l’Afrique sur les questions économiques, financières et de développement mondial, un rôle qui a pris une grande importance à la lumière d’une intégration globale et de l’interconnexion croissantes. La Banque s’est assigné Cinq grandes priorités (High 5), dont la réalisation accélérera son impact sur le développement de l’Afrique. Ces priorités sont : Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie ; Nourrir l’Afrique ; Industrialiser l’Afrique ; Intégrer l’Afrique ; et Améliorer la qualité de vie des populations africaines. La Banque est en train de se doter d’une équipe de cadres dirigeants de stature mondiale pour piloter avec succès la mise en œuvre de cette vision. LE COMPLEXE : La Banque a procédé à une restructuration et met actuellement en place le Complexe chargé du développement, de l’intégration et de la prestation de services à l’échelle régionale, qui vise principalement à renforcer les capacités régionales et à rapprocher la Banque des régions pour une meilleure prise en charge des activités des clients. Cinq bureaux régionaux dirigés chacun par un Directeur général ont été créés, à savoir : l’Afrique australe, l’Afrique du Nord, l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique de l’Est et l’Afrique centrale. La Banque africaine de développement a instauré un nouveau Modèle de développement et de prestation de services en vue de rapprocher ses opérations de ses clients, d’étoffer le portefeuille des opérations souveraines et du secteur privé et d’accroître le revenu de la Banque. Ce modèle permettra à la Banque de mieux déployer des connaissances et des services consultatifs de qualité, et surtout, d’accélérer son impact sur le développement en Afrique. LE DÉPARTEMENT/DIVISION RECRUTEUR :   Le bureau pays de la Banque au Mozambique relève du Bureau de développement, d’intégration et de prestation de services de la région d’Afrique australe. Le Bureau régional supervise aussi bien les bureaux extérieurs et de liaison, que les pays dans lesquels la Banque ne dispose pas de bureau. Le Chef de bureau pays relève du Directeur général de la région. Chaque bureau régional regroupe les fonctions et les capacités administratives dont la région a besoin au sein d’un service partagé en vue d’un déploiement rapide dans les différents pays, l’objectif étant d’aider au déroulement efficace des activités de la Banque sur le terrain. LE POSTE : Le/La Chef(fe) de bureau pays dirigera les activités de développement et de prestation de services de la BAD pour les investissements souverains et non souverains, et fournira des services consultatifs dans le pays dont il/elle a la responsabilité. Il/elle apportera un appui aux équipes de la Banque dans l’exécution des transactions, la gestion et l’expansion des portefeuilles et pilotera l’exécution des projets et des programmes de travail concernés, y compris les domaines prioritaires du High 5 de la Banque. Il/elle établira et entretiendra des relations solides, non seulement avec les partenaires et les bailleurs de fonds et représentants nationaux de haut niveau, mais aussi avec les organisations gouvernementales et non gouvernementales, en vue de maximiser l’impact et l’efficacité des interventions de la Banque sur le développement, contribuant ainsi au développement global du pays, y compris le secteur privé. FONCTIONS CLÉS : Gestion du portefeuille national 1.      Initier et mener le dialogue avec le Gouvernement et le secteur privé sur des questions systémiques liées à la gestion de portefeuille, en vue d’améliorer la performance et la qualité des opérations de la Banque selon un cadre convenu de résultat, qui sera évalué à l’aune d’indicateurs et de cibles de performance clés ; 2.      Identifier et aborder les questions transversales et spécifiques au pays relatives au portefeuille, et conseiller l’Équipe pays dans la conception, la mise en œuvre et la supervision du portefeuille, ainsi que dans le développement de nouvelles activités ; 3.      Superviser tous les aspects de la gestion du portefeuille, souverain et non souverain, afin de garantir le respect de la qualité à l’entrée et pendant la mise en œuvre, notamment le suivi de la performance, conformément aux politiques, stratégies, orientations et directives de la Banque ; 4.      Examiner constamment le portefeuille pays, les opérations et les programmes de travail du pays afin de s’assurer qu’ils sont en harmonie avec la mise en œuvre du nouveau Modèle de développement et de prestation de services ; 5.      Initier la mobilisation de ressources dans le pays et l’appuyer, et assurer le suivi des activités connexes, notamment les contributions des partenaires, les possibilités de cofinancement, mais aussi l’évaluation de la politique et des institutions nationales. Gestion des relations 1.      Gérer et développer les relations avec les principaux clients (gouvernements, autorités centrales et locales et acteurs du secteur privé) au plus haut niveau, et permettre à la Banque africaine de développement (BAD) d’être le partenaire de choix dans l’appui fourni aux opérations ayant un impact majeur sur le développement du pays. Renforcer les relations avec les principales parties prenantes (notamment les autorités de régulation, entreprises, ONG et investisseurs institutionnels et privés concernés) ; 2.      Établir et entretenir des relations solides avec les départements sectoriels en vue du montage, de l’exploitation et de la gestion d’une réserve évolutive de projets d’investissement de qualité, et soutenir la réalisation proactive et stratégique des activités économiques et sectorielles et le développement et la gestion du portefeuille, afin de répondre aux objectifs visés par la BAD ; 3.      Faire preuve de diplomatie et de respect vis-à-vis du protocole, en particulier en ce qui concerne les relations avec les autorités du pays hôte et la protection de la réputation et de l’image de la Banque dans le pays. Élaboration de stratégie 1.      Élaborer et mettre en œuvre, en consultation avec le Directeur régional, une stratégie intégrée d’investissement et d’appui-conseil pour les activités de la BAD, y compris les priorités et cibles pour les principaux groupes d’industries et les engagements clés, avec un accent particulier sur le Top 5 et d’autres projets à grand impact en harmonie avec la stratégie de la Banque, afin de soutenir les efforts de développement du pays ; 2.      Piloter/coordonner le renforcement des capacités, en vue de permettre au pays de collaborer avec les principaux acteurs actifs dans le domaine du développement durable, inclusif et vert du pays ; 3.      Évaluer et conseiller la Banque et le pays, particulièrement en ce qui concerne la gestion appropriée des situations de fragilité et l’appui à un développement résilient face aux changements climatiques dans le pays ; 4.      Appuyer l’alignement de la stratégie pays sur les priorités du High 5. Évaluation de la fragilité 1.      Évaluer la fragilité conformément aux exigences des activités ; 2.      Veiller à ce que la fragilité soit prise en compte lors de la conception et de l’exécution des opérations du Groupe de la Banque dans le pays. Identification des opportunités 1.      Identifier les domaines dans lesquels la Banque peut, non seulement servir de catalyseur du développement durable, inclusif et vert grâce à l’innovation basée sur une compréhension approfondie des marchés locaux et des pratiques phares découlant de l’expérience internationale de la Banque, mais également se servir de l’expertise de partenaires au développement similaires, en particulier pour la conduite du dialogue avec les autorités, la mobilisation de ressources et les possibilités de cofinancement. 2.      Développer les connaissances pour s’assurer que la BAD travaille effectivement en étroite collaboration et coordination avec les parties prenantes concernées dans le pays. Établir et entretenir des relations avec ces parties et identifier des possibilités d’activités au regard de la stratégie de la BAD, de ses avantages comparatifs et de ses politiques, instruments, procédures et produits opérationnels ; 3.      Recenser et lancer des opportunités liées directement aux 5 domaines prioritaires du High 5 de la Banque. Gestion du bureau pays 1.      Piloter, gérer, développer et orienter la performance du bureau en veillant à ce que l’équipe soit très performante, bien motivée, innovante, bien formée, ait des objectifs clairs et demeure profondément engagée pour la réussite des activités de la BAD dans le pays ; 2.      Superviser le personnel du bureau, favoriser le perfectionnement et réaliser l’évaluation de la performance du personnel. L’évaluation des experts sectoriels sera réalisée conjointement par le Directeur Pays et le département sectoriel concerné ; 3.      Préparer, superviser et gérer l’exécution du budget du bureau extérieur et soumettre des rapports périodiques, conformément aux règles de gestion budgétaire de la Banque ; 4.      Planifier et superviser les services administratifs, financiers et d’appui au personnel dont le bureau a besoin; préparer les rapports budgétaires et financiers ; autoriser les dépenses, les actions concernant le personnel, les acquisitions et autres actions administratives, et veiller à la meilleure contribution possible du Système d’enregistrement du temps de travail (SETA) au Système de comptabilité analytique de la Banque ; 5.      Coopérer et travailler en étroite collaboration avec le personnel des autres départements sur des questions telles que les audits du bureau, les ressources humaines, la création de la réserve de projet dans SRAS, la gestion du portefeuille dans BPPS et la gestion des actifs (CHGS), et les questions liées aux TI (CHIS) ; 6.      Promouvoir la mission et l’objectif du Complexe/régional – offrir un appui opérationnel direct et indirect qui contribuera à la réalisation des résultats et de la mission de la région dans le pays dont il/elle a la responsabilité ; 7.      Communications externes – développer sur le plan local la « marque » BAD, en renforçant l’image de marque et la stratégie globale de communication, notamment en collaborant avec la société civile, les organisations non gouvernementales, et les médias locaux ; 8.      Visibilité de la BAD – représenter et rendre la Banque visible, notamment en organisant/participant à des événements de haut niveau (visites de haut niveau, interviews, séminaires, événements d’affaires et conférences) ; 9.      Gestion de la qualité – accorder un intérêt particulier au respect de la qualité et de la performance du portefeuille pays ; veiller à ce que tous les rapports soient soumis à temps et soient d’une qualité irréprochable ; travailler conjointement avec les équipes pays concernées et les managers en vue d’atteindre les cibles de performance fixées ; 10.  Jouer un rôle clé et conseiller l’équipe pays sur les questions d’ordre économique, politique, social et sur d’autres aspects importants pour les opérations de la Banque dans le pays. COMPÉTENCES (qualifications, expérience et connaissances) : 1.      Être titulaire au moins d’un Master 2 en Administration des Affaires, Relations Internationales, Sciences Politiques, Economie ou dans une discipline connexe ; 2.      Justifier d’une expérience vaste et progressive d’au moins huit (8) années dans le domaine des opérations des programmes nationaux au sein d’une organisation internationale avec, de préférence, trois (3) années à un poste d’encadrement ou de supervision ; 3.      Une expérience de haut niveau en gestion macroéconomique, en particulier en finances publiques et de la dette, est essentielle ; 4.      Une expérience en gestion de portefeuille et une expertise en qualité d’économiste constitueraient un atout, et une expérience avérée en matière de développement des activités, un avantage indéniable ; 5.      Avoir de solides connaissances et une bonne maîtrise, tant de l’économie politique, que des questions socio-économiques et de développement en Afrique, en particulier dans la région d’affectation ; 6.      Avoir d’excellentes compétences analytiques, une capacité avérée à analyser les actions du point de vue des parties prenantes et à traduire la réflexion stratégique en un plan d’action convaincant ; 7.      Faire preuve d’un degré élevé d’engagement, avoir des compétences interpersonnelles et des compétences en communication, leadership, gestion, gestion des personnes et supervision avérées ; 8.      Être capable de travailler efficacement avec des individus ayant des points de vue et des cultures différents, et de nationalité, de sexe et d’âge différents ; 9.      Avoir une forte aptitude à faire face à des demandes multiples et à des priorités concurrentes, sous pression ; 10.  Faire montre d’un leadership dans la conduite du dialogue avec les autres partenaires au développement, en particulier dans les domaines centraux du DBDM où la Banque dispose d'un avantage comparatif. 11.  Avoir d’excellentes compétences en communication orale et écrite en français ou anglais, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue. La connaissance du portugais serait un avantage ; 12.  Être apte à utiliser les applications standard de la suite Microsoft Office et de préférence, SAP.  
Seul(e)s les candidat(e)s répondant à toutes les exigences du poste et retenu(e)s pour une évaluation plus approfondie seront contacté(e)s. Les candidat(e)s devront soumettre un curriculum vitae (CV) complet et tout autre document complémentaire pouvant être requis. Le Président de la Banque africaine de développement se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé. La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances. Les candidatures féminines sont vivement encouragées. http://www.afdb.org   Le Groupe de la Banque africaine de développement ne perçoit aucun frais ou contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt des candidatures, étude des CV, entretien d’embauche, traitement final des candidatures). En outre, le Groupe de la Banque ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Le Groupe de la Banque africaine de développement décline toute responsabilité de publications frauduleuses d’offres d’emploi en son nom ou, de manière générale, d’utilisation frauduleuse de son nom de quelque manière que ce soit   Country Manager Mozambique    
2021-02-25 13:36:54
full-time
Côte d'Ivoire

| Banque-Finance-Assurance
TITRE DU POSTE : DIRECTEUR DU DÉPARTEMENT DE L’INTÉGRITÉ ET DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION COMPLEXE : PRÉSIDENCE (PRST) DÉPARTEMENT/DIVISION : DÉPARTEMENT DE L’INTÉGRITÉ ET DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION (PIAC) GRADE : EL 4 SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE : LE PRÉSIDENT LIEU D’AFFECTATION : ABIDJAN – CÔTE D’IVOIRE INFORMATION SUR LE POSTE : CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES. Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou une capture d’écran indiquant le problème à: HR Direct HRDirect@AFDB.ORG SAP N° : 50092340 DATE DE CLÔTURE : 20 Mars 2021 (23h59 GMT) Pour postuler: https://www.afdb.org/fr/vacancies/directeur-du-departement-de-lintegrite-et-de-la-lutte-contre-la-corruption-piac-42288 LA BANQUE : Créée en 1964, la Banque africaine de développement (BAD) est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 81 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le Programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique nécessaire aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines (High 5), dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour accélérer l’obtention de résultats en Afrique ont été identifiés, à savoir : l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. LE COMPLEXE : Le Président planifie, supervise et gère les activités du Groupe de la Banque. Sous la direction des Conseils d’administration, le Président pilote les affaires de la Banque africaine de développement et du Fonds africain de développement, et gère les opérations et activités conformément aux accords portant création de la Banque africaine de développement et du Fonds africain de développement. Le Président supervise plusieurs départements et unités, notamment le Cabinet du président (PRST.0), le Département de l’évaluation indépendante du développement (BDEV), le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption (PIAC), l’Unité de la vérification de la conformité et médiation (BCRM), le Secrétariat du conseil d’appel des sanctions (BSAB), le Tribunal administratif (BATR), le Bureau de l’auditeur général (PAGL), la Direction de la gestion des risques du groupe (PGRF), le Conseil juridique général et services juridiques (PGCL), le Département de la communication et des relations extérieures (PCER), le Bureau de l’intégrité du personnel et de l’éthique (PETH) et le Bureau du secrétaire général et Secrétariat général (PSEG). LE DÉPARTEMENT QUI RECRUTE : Le Département de l’intégrité et de la lutte contre la corruption (PIAC) relève du Président et, suivant le cas, du Conseil d’administration. Sa vocation principale est de mener librement des enquêtes sur les allégations de corruption, de fraude et de mauvaise conduite/faute professionnelle ou sur les soupçons de cette nature. Il enquête sur les allégations d’inconduite de la part des membres du personnel de la Banque, ainsi que les allégations de fraude et de corruption et de pratiques répréhensibles dans le cadre des activités, des programmes et des projets financés par le Groupe de la Banque. Dans la conduite des enquêtes, PIAC observe les normes les plus élevées de compétence et d’intégrité professionnelles. PIAC élabore également des mesures préventives afin de réduire, par anticipation, les risques d’inconduite, de fraude, ou de corruption dans le cadre des opérations du Groupe de la Banque. Le Directeur, PIAC, est chargé de gérer le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption et de s’assurer qu’il joue son rôle de chef de file des actions du Groupe de la Banque pour détecter les cas de violation des normes d’intégrité institutionnelle, y compris les cas de fraude, de corruption et de comportement contraire à l’éthique. Le Directeur veille au respect des normes d’excellence et entretient de solides relations de partenariat au sein du Groupe de la Banque. Le poste vise également à garantir la confidentialité lors des enquêtes sur toutes les allégations de corruption et d’inconduite concernant les membres du personnel et à fournir à la Direction des évaluations indépendantes et objectives. PRINCIPALES FONCTIONS : La fonction principale du titulaire de ce poste est de planifier, d’organiser et de diriger le travail du Département de l’intégrité et de la lutte contre la corruption, chargé de la prévention de la fraude et de la corruption et des enquêtes sur les allégations d’inconduite du personnel et sur les projets et opérations financés par le Groupe de la Banque, y compris les passations de marchés. Cette responsabilité couvre les tâches spécifiques suivantes : 1. Gérer le personnel du Département : déterminer les besoins du Département en ressources humaines et professionnelles ; développer et gérer un groupe de personnel qualifié et une structure organisationnelle chargés de mener des actions de prévention et des enquêtes efficientes et efficaces sur l’ensemble des programmes et activités internes de la Banque ; assurer la coordination des activités et la coopération entre les différentes divisions ; promouvoir le travail d’équipe au sein du département ; veiller à ce que le travail soit accompli de la manière la plus rentable et efficiente ; examiner et approuver les évaluations de performance annuelles et conseiller le personnel sur les questions de performance, de formation et d’évolution de carrière et formuler des recommandations sur les rétributions et actions disciplinaires, le cas échéant ; traiter les plaintes importantes des employés ; rédiger/examiner les descriptions de poste au sein du département pour s’assurer qu’elles sont à jour et qu’elles reflètent le travail requis par l’organisation. 2. Définir et promouvoir la vision, les buts, les stratégies de développement, les normes de responsabilité et les principaux domaines de résultats de PIAC en appui aux objectifs du Groupe de la Banque, en conformité avec les politiques en vigueur, afin de veiller à l’utilisation de ses fonds propres et des fonds qui lui sont confiés, aux fins prévues. 3. Planifier, élaborer et développer des opérations efficaces pour PIAC et établir des directives relatives à la performance et à la responsabilisation, afin de veiller à la cohérence des décisions prises. 4. Adopter les pratiques optimales internationales en matière de détection, d’enquête et de prévention d’actes d’inconduite du personnel, de la fraude et de la corruption. À cette fin, élaborer les procédures régissant le processus d’enquête et l’application de sanctions et autres mesures à mettre en œuvre en référence aux conclusions de l’enquête. 5. Élaborer des stratégies institutionnelles, en coopération avec les unités compétentes du Groupe de la Banque, telles que CHHR, le Bureau de l’éthique, le Département juridique, la Vice-présidence chargée des services institutionnels, le Département des politiques et ressources opérationnelles, le Département des résultats et du contrôle de la qualité et le Département des acquisitions et des services fiduciaires et les plateformes régionales et bureaux pays de la Banque, pour la prévention, la détection et la dissuasion d’actes d’inconduite du personnel, de la fraude et de la corruption dans le cadre des stratégies globales de gouvernance et de lutte contre la corruption du Groupe de la Banque, notamment la sensibilisation aux effets néfastes de la fraude et de la corruption dans les opérations de la Banque. 6. Piloter des programmes de vulgarisation, assurer la formation et la diffusion des enseignements tirés des résultats des enquêtes, à l’intention du personnel ainsi que des clients du Groupe de la Banque et d’autres parties externes concernées. 7. Recruter, former, conseiller, encadrer et assurer la gestion générale d’une équipe pluridisciplinaire conformément aux exigences opérationnelles de PIAC. 8. Préparer les budgets opérationnels et salariaux et gérer et surveiller efficacement les dépenses relatives au budget et aux ressources allouées à PIAC. 9. Veiller à l’examen rapide et approprié, conformément aux normes établies, de toutes les allégations et déterminer la viabilité des enquêtes. 10. Représenter le Groupe de la Banque dans les forums nationaux et internationaux axés sur les actes d’inconduite sur le lieu de travail, la lutte contre la corruption et la fraude, et collaborer avec d’autres organisations, notamment les institutions multilatérales de développement et d’autres entités ayant le même mandat que PIAC, et élaborer de bonnes pratiques avec des institutions comparables, afin d’établir des bases de référence pour l’amélioration des processus internes. 11. Collaborer avec les bureaux du Conseiller juridique général, du Chargé de l’éthique et du Médiateur et les autres unités et départements concernés, et organiser des ateliers interactifs avec eux. 12. Collaborer et organiser des réunions interactives avec le bureau de l’Auditeur général concernant les défaillances détectées en matière de contrôle lors des activités d’enquête. 13. Rencontrer, au besoin, le Président et préparer des rapports trimestriels et annuels pour informer le Bureau du Président et le Conseil d’administration des mesures appropriées à prendre, suite aux conclusions des enquêtes et aux actions préventives. 14. Exécuter toute autre tâche que le Président et le Conseil pourraient raisonnablement lui demander. CRITÈRES DE SÉLECTION : 1. Être titulaire au moins d’un Master 2 en Droit, Justice et Enquête Criminelles, Criminologie ou dans des disciplines connexes. Avoir de l’expérience dans le règlement de litiges. L’admission au barreau dans au moins une juridiction est une condition préalable. 2. Présenter des antécédents attestant d’au moins (10) années d’expérience étendue avec des responsabilités croissantes, dont sept (7) à un poste de direction, dans le domaine du droit, de la lutte contre la corruption et/ou de la gouvernance et dans l’application de pratiques optimales dans les services d’enquête judiciaire et de prévention au sein de grands organismes complexes exerçant d’importantes activités en Afrique, y compris des entités gouvernementales intervenant dans ces mêmes domaines. 3. Avoir un degré élevé d’intégrité, des valeurs morales et jouir d’un grand respect et d’une grande considération du fait de ses compétences, de son expertise et de son indépendance. 4. Faire preuve d’un haut niveau de discrétion et de confidentialité. 5. Avoir de solides aptitudes en communication. 6. Avoir des aptitudes à résoudre des problèmes. 7. Être en mesure de travailler en équipe et de maintenir de bonnes relations. Compétences techniques : 1. Avoir une connaissance approfondie des normes, politiques et mécanismes internationaux visant à atténuer efficacement le risque de fraude et de corruption et à promouvoir la transparence et l’obligation de rendre compte. 2. Avoir une connaissance approfondie des pratiques, procédures et principes d’enquête. 3. Avoir une bonne compréhension des techniques de police scientifique, en particulier dans les domaines liés à la fraude financière, ainsi qu’à la fraude dans les acquisitions et les opérations. 4. Avoir de solides aptitudes à gérer les talents. 5. Démontrer de solides capacités d’analyse, de prise de décisions importantes et être capable de concevoir, formuler et mettre en œuvre des politiques et des programmes. 6. Avoir un esprit stratégique, de solides aptitudes à analyser les actions du point de vue des parties prenantes et à traduire la pensée stratégique en plan d’action convaincant. 7. Être capable d’établir des partenariats avec un large éventail de clients et d’obtenir des résultats qui répondent aux besoins et aux intérêts à long terme des clients, au sein et en dehors de l’institution. 8. Avoir une bonne compréhension des questions de gouvernance et de la lutte contre la corruption. 9. Avoir de solides aptitudes en communication écrite, orale et interpersonnelle, y compris la capacité de rédiger des documents de politique et de présenter des arguments logiques, bien conçus et techniquement fiables, d’une manière convaincante. 10. Démontrer une aptitude à établir des relations efficaces et une forte orientation client (antécédents éprouvés en matière de réactivité envers les clients). Compétences managériales/Leadership : Faire preuve d’intégrité et avoir de solides compétences interpersonnelles, ainsi que la capacité de diriger une équipe, de créer un climat de confiance et faire montre d’équité. 1. Avoir la capacité de communiquer et de rédiger de manière efficace en anglais ou en français. 2. Maîtriser les logiciels courants utilisés à la Banque (MS Word, Excel, PowerPoint). Seul(e)s les candidat(e)s répondant à toutes les exigences du poste et retenu(e)s pour une évaluation plus approfondie seront contacté(e)s. Les candidat(e)s devront soumettre un curriculum vitae (CV) complet et tout autre document complémentaire pouvant être requis. Le Président de la Banque africaine de développement se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé. La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances. Les candidatures féminines sont vivement encouragées. http://www.afdb.org Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) ne perçoit aucun frais ou contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt des candidatures, étude des CV, entretien d’embauche, traitement final des candidatures). En outre, le Groupe de la Banque ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Le Groupe de la Banque africaine de développement décline toute responsabilité de publications frauduleuses d’offres d’emploi en son nom ou, de manière générale, d’utilisation frauduleuse de son nom de quelque manière que ce soit. DIRECTOR INTEGRITY AND ANTI-CORRUPTION
2021-02-25 13:24:51
full-time
Côte d'Ivoire

| Banque-Finance-Assurance
TITRE DU POSTE :   DIRECTEUR/DIRECTRICE DU DÉPARTEMENT DES STATISTIQUES
COMPLEXE :   CHEF ÉCONOMISTE/ VICE-PRÉSIDENCE GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE ET GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP)
DÉPARTEMENT :   STATISTIQUES (ECST)
GRADE :   EL5
SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE :   CHEF ÉCONOMISTE/ VICE-PRÉSIDENCE CHARGÉE DE LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE ET GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP)
LIEU D’AFFECTATION :   ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE
INFORMATION SUR LE POSTE :   CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou une capture d’écran indiquant le problème à : HR Direct HRDirect@AFDB.ORG
SAP N° :   50092395
DATE DE CLÔTURE :   19 MARS 2021 (à 23h59 GMT)
Pour postuler: https://www.afdb.org/fr/vacancies/directeur/directrice-du-departement-des-statistiques-ecst-42265
LA BANQUE : Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 81 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le Programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique nécessaire aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines , dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique, ont été identifiés, à savoir : l’énergie, l’agroindustrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera avec succès la mise en œuvre de cette vision. LE COMPLEXE : Le Chef-économiste et Vice-président de la gouvernance économique et la gestion des connaissances est le porte-parole de la Banque pour les questions à caractère économique et le Vice-président du Complexe de la gouvernance économique et de la gestion des connaissances. La Vice-présidence de la gouvernance économique et la gestion des connaissances a pour rôle : i) d’assurer le leadership et la visibilité de la Banque dans les domaines de l’économie, des finances, de la gouvernance financière et du développement socioéconomique ; de coordonner la production de travaux d’analyse qui éclaireront les politiques opérationnelles ; et ii) de mettre systématiquement l’accent sur le rôle essentiel du savoir, de l’expérience et des enseignements tirés, et sur leur impact tangible sur la transformation durable et inclusive de l’économie en Afrique. ECVP inspirera, génèrera et fournira un appui direct au Président et à la haute Direction de la Banque sur un large éventail de questions techniques et de gestion dans les vastes domaines de l’économie, des finances, de la gouvernance des finances publiques, de la gestion et de l’économie sociale. LE DÉPARTEMENT QUI RECRUTE : Le Département des statistiques est responsable des activités de la Banque dans le domaine des statistiques. Celles-ci s’articulent autour de deux grands axes : a.     la contribution à un développement effectif des capacités et des systèmes statistiques dans les pays africains pour la mise à disposition de données fiables et en temps opportun utiles à la mesure des résultats de développement, en vue de la réalisation des High 5 de la Banque et des Objectifs de développement durable en Afrique b.     l’intégration de la mesure des résultats dans les opérations de la Banque afin d’assurer leur efficacité et de soutenir les services stratégiques, financiers et de recherche de la Banque Le Département assume également les responsabilités suivantes : a.     Fournir un soutien technique et financier aux pays africains dans un large éventail de domaines statistiques en mettant l’accent sur les activités régionales et sous-régionales, où les pays peuvent bénéficier de l’utilisation de méthodologies et d’approches communes convenues au niveau international, réalisant de ce fait des économies d’échelle. b.     Répondre aux besoins en données nécessaires à l’efficacité opérationnelle de la Banque et au cadre de mesure des résultats, ainsi qu’aux travaux axés sur la recherche, les politiques et les finances. LE POSTE : Le Directeur/la Directrice du Département des statistiques (ECST) assume les responsabilités suivantes : a.     Diriger l’équipe des statistiques de la Banque pour soutenir le développement efficace des capacités et des systèmes statistiques dans les pays africains afin de fournir des données fiables et en temps voulu pour favoriser la mesure des résultats de développement dans le cadre des High 5 et des ODD à l’échelle de l’Afrique. b.     Gérer l’équipe des statistiques de la Banque pour aider à intégrer la mesure des résultats dans les opérations de la Banque afin d’assurer leur efficacité opérationnelle ainsi que pour soutenir la recherche, les politiques et les services financiers de la Banque. c.     Fournir le leadership nécessaire pour établir et renforcer les partenariats internes et externes afin d’assurer un soutien coordonné et efficace au développement des statistiques dans les pays africains. d.     Soutenir la transformation des agences statistiques qui ne dépendent plus exclusivement des enquêtes statistiques traditionnelles, mais qui conçoivent, mettent en œuvre et analysent les enquêtes téléphoniques et les grandes données en général. PRINCIPALES FONCTIONS : Sous la supervision générale du Chef économiste et Vice-président chargé de la gouvernance économique et de la gestion des connaissances, le Directeur/la Directrice remplira les fonctions suivantes : ·       Planifier, organiser, gérer et contrôler les activités du département a.     Diriger le département, notamment en fixant des objectifs, en recrutant du personnel de haut niveau et en assurant le leadership nécessaire pour offrir des produits statistiques de haute qualité ; b.     Assurer un leadership intellectuel et stratégique dans le développement des statistiques comme un processus continu dans les PMR ; c.     Gérer les ressources humaines et financières du département ; d.     Nouer des partenariats avec les parties prenantes internes et externes et s’engager aux plus hauts niveaux pour coordonner les activités statistiques de la Banque afin de permettre une évaluation et un suivi cohérents des objectifs stratégiques de la Banque. e.     Fournir des services efficaces et de haute qualité pour atteindre les objectifs fixés. f.      Développer et étoffer de manière significative le programme de la Banque en matière de statistiques. g.     Initier et introduire les changements nécessaires pour que les activités du département répondent aux besoins actuels et nouveaux en matière de données. ·       Planifier, gérer et conseiller des approches actualisées de collecte, de diffusion et d’utilisation des données afin de guider la recherche appliquée sur les questions de développement en Afrique. Cela implique notamment les tâches suivantes : a.     Promouvoir la cohérence méthodologique par l’harmonisation des statistiques et l’utilisation de métadonnées actualisées pour faciliter la comparaison entre pays des principaux agrégats, en collaboration avec d’autres partenaires de développement et en liaison avec les départements des opérations de la Banque. b.     Mettre à disposition et promouvoir les outils de diffusion des données nécessaires dans tous les PMR et assurer leur maintien en vue de permettre le partage en temps réel des données sur le développement afin de fournir des informations sur les objectifs de développement durable (ODD) (Agenda 2030), l’Agenda 2063, les High 5 et une série d’autres initiatives nationales de développement dans les pays. c.     Établir et entretenir des relations avec d’autres partenaires de développement engagés dans la production de données afin d’éclairer la prise de décision en temps utile. ·       Représenter la Banque lors de conférences, séminaires et ateliers internationaux et régionaux. ·       Effectuer d’autres tâches à la demande du Chef économiste et Vice-président chargé de la gouvernance économique et de la gestion des connaissances et de la Haute direction CRITÈRES DE SÉLECTION (compétences, expérience, connaissances) : 1.     Être titulaire au minimum d’un Master 2 en Statistiques, Mathématiques, Economie ou dans une autre discipline pertinente. Un doctorat (PhD) serait un atout important. 2.     Justifier d’au moins dix (10) années d’expérience approfondie et progressive dans le domaine des statistiques et/ou de la gestion des données dans une organisation similaire, dont cinq (5) années à un niveau de direction. 3.     Posséder des connaissances et une expérience des programmes utilisant des techniques de données importantes dans le contexte du développement et avoir une expérience de la transformation des agences statistiques. 4.     Être capable de créer une dynamique d’équipe interne et de favoriser l’inclusion dans un environnement multiculturel. 5.     Faire preuve d’une grande discrétion et de tact avec les clients externes de la Banque. 6.     Avoir une bonne capacité d’écoute et une capacité avérée à présenter et à faire accepter ses idées. 7.     Être capable de prendre des décisions efficaces et en temps utile. 8.     Avoir une expérience étendue et approfondie des questions de statistiques et/ou de développement économique en Afrique. 9.     Posséder de solides compétences analytiques et empiriques pour interpréter les données et éclairer la prise de décision ou l’élaboration des politiques. 10.  Être familiarisé avec le rôle des autres institutions de financement du développement pour répondre aux besoins en données concernant les ODD et les High 5 dans toute l’Afrique. 11.  Avoir une capacité à réfléchir de façon stratégique et à concevoir des plans et des programmes à long terme en harmonie avec les priorités stratégiques. 12.  Avoir de solides compétences en matière de leadership et être capable d’attirer, de motiver et de fidéliser du personnel professionnel de grande qualité. 13.  Avoir une capacité avérée à prendre des risques opérationnels de manière prudente, à concevoir des approches innovantes et à prendre des décisions efficaces et avisées en temps utile. 14.  Faire montre d’excellentes capacités à présenter et à faire accepter ses idées, avoir de bonnes qualités d’écoute, faire preuve d’un engagement à l’égard de la diversité et être capable d’initier et de gérer le changement. 15.  Avoir la capacité de nouer des partenariats avec un large éventail de clients et d’obtenir des résultats qui répondent aux besoins et aux intérêts à long terme des clients au sein et à l’extérieur de la Banque. 16.  Posséder d’excellentes compétences en communication orale et écrite en français ou en anglais, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue; 17.  Maîtriser l’utilisation des applications standard de la Suite Microsoft Office.  
Seul(e)s les candidat(e)s répondant à toutes les exigences du poste et retenu(e)s pour une évaluation plus approfondie seront contacté(e)s. Les candidat(e)s devront soumettre un curriculum vitae (CV) complet et tout autre document complémentaire pouvant être requis. Le Président de la Banque africaine de développement se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé. La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances. Les candidatures féminines sont vivement encouragées. http://www.afdb.org. Le Groupe de la Banque africaine de développement ne perçoit aucun frais ou contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt des candidatures, étude des CV, entretien d’embauche, traitement final des candidatures). En outre, le Groupe de la Banque ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Le Groupe de la Banque africaine de développement décline toute responsabilité de publications frauduleuses d’offres d’emploi en son nom ou, de manière générale, d’utilisation frauduleuse de son nom de quelque manière que ce soit Directeur du département des statistiques
2021-02-22 08:40:47
full-time
Fermer

Je me connecte