Société

Algérie : Tanina Cheriet, graine d’artiste

Réservé aux abonnés | | Par
Tanina Cheriet en concert avec son père Idir, en France à L'Olympia en février 2013.

Tanina Cheriet en concert avec son père Idir, en France à L'Olympia en février 2013. © D. Wolff-Patrick/Getty

Tanina Cheriet, la fille du chanteur algérien Idir, a accompagné son père à Alger pour son grand retour au pays après trente-neuf ans d’absence. Chanteuse comme lui, elle a marqué les esprits lors du concert de la Coupole dans la capitale le 4 janvier dernier. Elle s’affirme encore un peu plus comme une artiste à part entière.

Sur l’immense scène de la Coupole, Tanina, 29 ans, s’avance vers le micro sous le regard attendri de son papa et entonne a cappella une complainte traditionnelle venue du fond des âges. Sa voix nue et cristalline emplit toute la salle. Un frisson parcourt le public. Puis un tonnerre d’applaudissements et des salves de youyous stridents saluent la performance.

Dans la famille de Hamid Cheriet, dit Idir, un artiste peut en révéler un autre. Tanina, qui a grandi à l’ombre tutélaire d’une légende vivante de la world music qu’elle accompagne souvent dans ses tournées depuis quelques années, cumule les dons et les talents. Elle chante, danse, compose, joue de plusieurs instruments et fait du théâtre. S’affirmant davantage concert après concert, Tanina trace tout doucement son sillon et se fait un prénom.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte