Actualités

RDC : dans la jungle des facs privées

Par  | 

Ce pays compte 428 établissements de ce type. Un record en Afrique francophone. Mais sont-ils pour autant performants ? Voyage au cœur d’un système où le meilleur côtoie le pire.

Dans une cour intérieure encombrée de tables et de chaises, un groupe d’étudiants patiente à l’ombre d’un drap tendu comme un dais. Au-dessus d’eux : quatre étages biscornus décorés de colonnades colorées, maladroitement fixées par du ciment. Des escaliers aux marches inégales mènent à des « auditoriums » poussiéreux et vides, qui ne dépareraient pas dans quelque école de quartier. Au sommet du bâtiment trône un confortable bureau dont la porte est ornée d’une plaque. On se frotte les yeux, mais Oscar Nsaman-O-Lutu, le maître des lieux, se fait bel et bien appeler le recteur magnifique.

« Comme vous le constatez, nous sommes encore en travaux », lance « l’honorable professeur docteur » (74 ans). De fait, des fers à béton jaillissent dans tous les coins. « C’est que nous construisons sur le modèle de l’université du Cap », commente-t-il sans rire. L’université du Centre de promotion en management et développement (Cepromad) n’a pourtant rien à voir avec le prestigieux établissement sud-africain. On peine d’ailleurs à imaginer les 3 700 étudiants revendiqués par la direction s’entassant dans ce bâtiment fait de bric et de broc et son annexe située dans un autre quartier populaire de Kinshasa.

Des « brevets bidon »

Le « recteur magnifique » tient pourtant à montrer le sérieux de son entreprise. Il exhibe le diplôme que lui a décerné, en 1979, l’université de Syracuse, près de New York, puis un décret présidentiel de 2006 reconnaissant l’utilité de son établissement, et surtout une licence que lui a attribuée l’Europe Business Assembly, à Oxford, Royaume-Uni. L’ennui est que, selon le quotidien The Times, la spécialité de l’organisme en question est la délivrance de « brevets bidon ».

Les diplômes de l’université du Cepromad n’en sont pas moins imprimés sur du papier officiel de l’Imprimerie nationale et portent la signature de Steve Mbikayi, le ministre de l’Éducation supérieure en personne. C’est d’ailleurs le cas pour toutes les universités privées.

Le système privé congolais est en effet hybride : ses établissements jouissent d’une totale autonomie de gestion, mais la plupart des professeurs qui y exercent viennent du public et s’offrent ainsi un appréciable complément de salaire. Les diplômes qu’ils délivrent sont dûment reconnus par l’État, ce qui ne garantit pas leur sérieux. Le ministre le reconnaît volontiers : le secteur est gangrené par les établissements douteux. Dans certains cas, acquitter les frais de scolarité revient carrément à acheter un diplôme. « Hélas ! en RD Congo, on accorde souvent davantage de valeur à ces certificats qu’aux connaissances qu’ils sont censés sanctionner », déplore François Mpona-Minga, directeur général de l’Institut supérieur des techniques médicales, à Kinshasa.

Saturation des facs publiques

On l’aura compris : le business des établissements privés en RD Congo est florissant. Il faut dire que le montant total des frais de scolarité dépasse souvent – c’est le cas au Cepromad – les 1 000 dollars par étudiant et par an. Entre 2006 et 2015, le nombre d’étudiants du privé a été multiplié par trois. On recensait alors 428 établissements d’enseignement supérieur – un record en Afrique francophone. « De nouvelles demandes d’agrément arrivent tous les jours », s’agace un conseiller du ministre.

Cet essor a été grandement favorisé par la saturation des facs publiques. Comme il y a cinquante ans, la RD Congo ne compte que trois établissements de référence alors que la population a été multipliée par quatre. « Mon père voulait que j’étudie la médecine à l’université publique de Kinshasa [Unikin], témoigne Renato Nsumbu. Mais l’amphi­théâtre de 700 places accueillait parfois jusqu’à 4 000 étudiants ! Il fallait venir avec sa propre chaise et l’attacher avec une chaîne pour ne pas se la faire voler ! » Découragé, il s’est rabattu sur une université privée, l’Institut supérieur d’informatique, programmation et analyse (Isipa), qui lui permettait de travailler en parallèle.

Propagande politicienne

Steve Mbikayi, le ministre de l’Enseignement supérieur, accuse certains de ces établissements privés d’avoir été créés par des hommes politiques à des fins de propagande. « Cela leur permet de dire à leurs administrés qu’ils ont fait quelque chose pour eux, commente-t-il. Mais l’enseignement n’y est pas forcément de très bonne qualité. »

Le « recteur magnifique » du Cepromad est lui-même député de Kinshasa. Et l’ancien Premier ministre Matata Ponyo a ouvert en octobre une ambitieuse université « Mapon » (son surnom) de 12 000 m2 dans sa ville de Kindu, dans l’Est. Il ambitionne de faire de cet établissement, financé à hauteur de 6 millions de dollars par des donateurs privés, une « institution aux normes internationales » spécialisée dans les enseignements techniques (ingénierie, informatique, etc.). « Le pays ne dispose pas de ce type d’établissement, nous allons combler un vide, explique-t-il. Les grandes entreprises des télécoms ou des mines pourront y recruter des cadres congolais bien formés. » L’université Mapon a conclu avec l’École centrale des arts et métiers (Ecam), à Bruxelles, un partenariat prévoyant des échanges d’enseignants.

Des rapports « biaisés »

Car tous les établissements privés ne sont pas des arnaques. Après son cursus à l’Isipa, Matondo Nsumbu a réussi à faire reconnaître son diplôme en France, où il travaille désormais. Les Universités catholique (UCC) et protestante (UPC) sont même les plus réputées du pays. Il existe aussi des établissements privés de prestige comme l’École supérieure de management de Kinshasa (ESMK), partenaire du groupe français ESG (École supérieure de gestion) et dont les étudiants multiplient les stages dans les plus grandes entreprises du pays. Mais le coût des études – 8 000 dollars par an – y est dissuasif.

Ces établissements au-dessus de tout soupçon restent toutefois des exceptions. Les ministres concernés tentent périodiquement de remettre un peu d’ordre dans le grand bazar de l’enseignement privé, mais c’est un éternel recommencement. En 2015, Théophile Mbemba avait fermé 150 établissements d’un coup. Steve Mbikayi, son successeur, a transmis au Conseil des ministres une nouvelle liste d’une vingtaine d’établissements à fermer. « Je ne signe plus les diplômes de certaines facs de médecine, assure-t-il. Certaines ne sont même pas rattachées à une clinique universitaire. Comment prétendre former des médecins sans leur donner la possibilité de voir des patients ? »

Mais l’administration est mal armée pour ce genre de combat. Elle produit des rapports que même le ministre juge « biaisés » ! « Je tiens à aller sur le terrain pour procéder moi-même aux inspections », dit-il. Bref, l’assainissement n’est pas pour demain.


Suite à la parution de cet article, l’université du Cepromad nous a fait parvenir cette correspondance :

« La réputation de l’Université du Cepromad lui a valu la reconnaissance au niveau national comme international. Bénéficiaire d’une accréditation par décret présidentiel, les diplômes du Cepromad sont reconnus au même titre que ceux des universités publiques.

Différents prix ont été décernés au promoteur de cette université, le docteur Oscar Nsaman leader dans l’enseignement du Management en RDC. Il s’agit de « l’International Socrates Award » de la très prestigieuse université d’Oxford, de la médaille d’or du mérite de l’ordre national Lumumba-Kabila, du diplôme Post Doctoral de Haut mérite scientifique en Administration Publique et Management de l’Université de Kinshasa, du Trophée Bravo X, Oscar du Meilleur Manager RDC.

Tous ces mérites sont le fruit du travail du professeur ordinaire Oscar Nsaman-O-Lutu, reconnu comme premier congolais Docteur en Management lors du congrès des professeurs d’universités tenu à Nsele-Kinshasa en 1980.

Revenu en RDC en 1979 après avoir décroché plusieurs diplômes à l’Université de Syracuse, près de New-York aux États-Unis (MPA, MBA, PhD), le professeur ordinaire s’est lancé dans un projet ambitieux d’introduire le Management dans le système éducatif congolais. Chose faite aujourd’hui. L’université du Cepromad tient le flambeau dans ce domaine, avec ses 100 professeurs, venant pour partie de l’Université publique. Le professeur ordinaire, Oscar Nsaman a dirigé à ce jour 25 thèses de doctorat en Management.

L’université du Cepromad dispose d’immeubles solides, construits par une régie des ingénieurs de l’Institut National des Bâtiments et Travaux Publics. Mais, les travaux de finissage se poursuivent encore dans le cadre de l’agrandissement de l’Université. »

 

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Afrique

| Institutions-ONG
Chef d'équipe (AfRO) Nairobi/Dakar/Johannesburg  Vous aimeriez contribuer à un monde meilleur grâce à vos capacités à trouver des opportunités pour octroyer des subventions et défendre les intérêts de la justice économique et de l'action pour le climat au sein du Bureau régional pour l'Afrique (AfRO) ? Nous recherchons un chef d'équipe qui sera basé à Nairobi, Johannesbourg ou Dakar pour faciliter la mise en réseau des partenaires du programme de justice économique et d'action pour le climat de l'AfRO. Ce poste soutient également le personnel de l'AfRO et de la fondation africaine dans les enjeux de justice économique et d'action pour le climat sur le continent. Les Open Society Foundations (OSF) œuvrent à la construction de démocraties dynamiques et inclusives dont les gouvernements sont responsables et ouverts à la participation de tous. Nous sommes actifs dans plus de 120 pays, ce qui fait de nous le plus grand bailleur de fonds privé au monde, finançant des groupes indépendants qui œuvrent pour la justice, la gouvernance démocratique et les droits de l'homme. L'AfRO exerce ses activités à l'échelle panafricaine et internationale pour conseiller et influencer les acteurs politiques qui ont le pouvoir de faire avancer ou d'entraver le progrès d'objectifs pour une société ouverte. Nous recherchons la responsabilité et la justice, la justice économique et l'action pour le climat, et l'intégration régionale. Nous défendons des enjeux d'intérêt continental, en étroite collaboration avec d'autres membres de l'équipe basés à Dakar, Johannesbourg et Nairobi, mais aussi à Londres et New York, avec des défenseurs des politiques à Bruxelles et Washington, D.C. Pour en savoir plus, cliquez ici. En tant que chef d'équipe chez Open Society, vous devrez :
  • Fournir un leadership, des conseils stratégiques et des capacités techniques en matière de justice économique et d'action pour le climat en Afrique, en vous appropriant le développement, la mise en œuvre, ainsi que le suivi et l'évaluation de ce pilier de notre travail ;
  • Collaborer étroitement avec le personnel de l'AfRO, de la fondation africaine, d'autres entités d'OSF et des groupes d'intérêts extérieurs pour élaborer les stratégies et les plans de travail panafricains de l'AfRO sur les enjeux connexes ;
  • Générer des connaissances de pointe et mener des recherches axées sur la défense des intérêts ;
  • Établir des partenariats avec des établissements universitaires, des activistes, des artistes et des mouvements à travers toute l'Afrique, et diriger l'engagement d'OSF auprès de ces partenaires ;
  • Développer les démarches de plaidoyer et les travaux de campagne à l'extérieur (en vous adressant aux centres politiques internationaux, panafricains et régionaux), et améliorer la capacité interne pour les travaux de défense des intérêts ;
  • Promouvoir la croissance, l'efficacité et le bien-être du personnel par l'encadrement et le mentorat.
Ce que nous recherchons :
  • Un économiste expérimenté, doté d'une connaissance avérée de l'économie politique africaine et des enjeux de transformation structurelle de l'économie, ainsi qu'une solide compréhension des principaux acteurs et mouvements et, de préférence, des liens avec eux ;
  • Au moins quinze ans d'expérience à des postes à responsabilité avec une capacité avérée dans la recherche et/ou la gestion de travaux de politique économique de haut niveau, de préférence au sein d'une organisation régionale, panafricaine ou internationale ;
  • Une perspective panafricaine sur les enjeux de justice économique et d'action pour le climat, notamment : le financement du développement et les débats sur l'intégration régionale ; les normes, politiques et pratiques sur le continent ; et les droits du travail et la productivité dans le contexte de l'agriculture, du pastoralisme et de l'informalité  aux fins de subsistance ;
  • Maîtrise de l'anglais, avec de solides capacités d'analyse et de communication ;
  • Un travailleur motivé, capable de donner son autonomie à une équipe et d'assurer la coordination au sein d'un système de gestion matricielle ;
  • Engagement pour la formation continue et la croissance dans les domaines de la diversité, l'équité, l'inclusion, la lutte contre le racisme et la justice sociale ;
  • Engagement à écouter et à faire preuve d'humilité dans son travail ; des méthodes de travail respectueuses de tous ; laissant l'espace et la voix pour que tous les points de vue différents puissent s'exprimer sur notre lieu de travail.
Qualités désirables, mais pas obligatoires :
  • Un vaste répertoire de contacts avec les institutions africaines et les gouvernements africains essentiels ;
  • La maîtrise de l'arabe, du français et/ou du portugais serait un avantage.
Ce que nous proposons :
  • D'importantes opportunités d'apprentissage et de développement, avec des indemnités annuelles pour le développement professionnel et des formations sur place, et des déjeuners de travail avec des experts invités ;
  • Des avantages et des bénéfices de premier plan pour votre bien-être et pour l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Soumis à une certaine variabilité en fonction du lieu de travail, des congés généreux, des modalités de travail flexibles, une assurance maladie payée par l'employeur, un plan d'épargne retraite généreux, un congé parental payé progressif, un soutien en matière de reproduction et de planification familiale, des possibilités de congé sabbatique, et bien plus encore ;
  • Engagement à créer un lieu de travail diversifié et inclusif où tout un chacun peut se livrer pleinement dans son travail et avoir un impact positif sur le monde.
Si ce poste correspond à ce que vous recherchez, envoyez-nous votre lettre de motivation et votre CV ; nous sommes impatients de faire votre connaissance. https://osfglobal.wd5.myworkdayjobs.com/OSF/job/Nairobi/Team-Manager_JR-0001967 Open Society Foundations
2021-02-08 16:15:38
full-time
Afrique

| Institutions-ONG
EXCITING CAREER OPPORTUNITIES The International Planned Parenthood Federation (IPPF) is the world’s largest non-governmental organization working in the field of sexual and reproductive health information and services.  It has six Regional Offices worldwide. The Africa Regional office is based in Nairobi. IPPF Africa Regional Office is seeking to recruit exceptional individuals to fill the following positions in its Africa Regional office :
  1. Procurement Specialist
  2. Senior Technical Advisor - WISH1​
  3. Senior Program Specialist - ACCESS​
  4. Lead Manager - Strategic Comms, Media Relations & Digital Campaigning
  5. Specialist - Proposal Development /Writing​
  6. Specialist - Donor Relations & Partnerships Building ​
  7. Administration & HR Manager 
  8. Advocacy Specialist
  9. Specialist CSE and Youth Centred Care
  10. Peer to Peer Support Specialist Programs and Project Management
For more details about these positions, please visit our website jobs page www.ippfar.org/jobs-and-opportunities/vacancies to view the respective job descriptions and make your application. Interested individuals should submit the following documents:
  1. An application form in the IPPFARO CV format (available on the website job page); and
  2. A 1-page cover letter.
The application documents above must be emailed to  hroffice@ippfaro.org with the job position you are applying for as the subject of the email. To be considered, your application must be received by 15th February 2021. Please note that we will not consider applications that are not done in the requested format. IPPF is an equal opportunity employer. Applications are particularly encouraged from women, persons living with disabilities, candidates openly living with HIV and minorities.   IPPF has​ been made aware of various fraudulent vacancy announcements circulated via e-mail from websites falsely stating that they are issued by or in association with IPPF.  These correspondences, which may seek to obtain money from the recipients of such correspondence are fraudulent and IPPF does not charge a fee at any stage of the recruitment process (application, interview, meeting, processing, training or any other fees). IPPFAR pdf
2021-02-05 13:29:22
full-time
Afrique

| Institutions-ONG
EXCITING CAREER OPPORTUNITIES The International Planned Parenthood Federation (IPPF) is the world’s largest non-governmental organization working in the field of sexual and reproductive health information and services.  It has six Regional Offices worldwide. The Africa Regional office is based in Nairobi. IPPF Africa Regional Office is seeking to recruit exceptional individuals to fill the following positions in its Africa Regional office :
  1. Procurement Specialist
  2. Senior Technical Advisor - WISH1​
  3. Senior Program Specialist - ACCESS​
  4. Lead Manager - Strategic Comms, Media Relations & Digital Campaigning
  5. Specialist - Proposal Development /Writing​
  6. Specialist - Donor Relations & Partnerships Building ​
  7. Administration & HR Manager 
  8. Advocacy Specialist
  9. Specialist CSE and Youth Centred Care
  10. Peer to Peer Support Specialist Programs and Project Management
For more details about these positions, please visit our website jobs page www.ippfar.org/jobs-and-opportunities/vacancies to view the respective job descriptions and make your application. Interested individuals should submit the following documents:
  1. An application form in the IPPFARO CV format (available on the website job page); and
  2. A 1-page cover letter.
The application documents above must be emailed to  hroffice@ippfaro.org with the job position you are applying for as the subject of the email. To be considered, your application must be received by 15th February 2021. Please note that we will not consider applications that are not done in the requested format. IPPF is an equal opportunity employer. Applications are particularly encouraged from women, persons living with disabilities, candidates openly living with HIV and minorities.   IPPF has​ been made aware of various fraudulent vacancy announcements circulated via e-mail from websites falsely stating that they are issued by or in association with IPPF.  These correspondences, which may seek to obtain money from the recipients of such correspondence are fraudulent and IPPF does not charge a fee at any stage of the recruitment process (application, interview, meeting, processing, training or any other fees). IPPFAR pdf
2021-02-05 13:26:03
full-time
Fermer

Je me connecte