Dossier

Cet article est issu du dossier «La Gambie, un an après Jammeh»

Voir tout le sommaire
Justice

Gambie : quel sort attend Yahya Jammeh ?

Yahya Jammeh saluant ses derniers supporteurs avant de prendre l'avion pour Malabo en Guinée, le 21 janvier 2017.

Yahya Jammeh saluant ses derniers supporteurs avant de prendre l'avion pour Malabo en Guinée, le 21 janvier 2017. © Jerome Delay/AP/SIPA

Exilé en Guinée équatoriale depuis son départ de Gambie, Yahya Jammeh vit dans une villa d’État cossue de Sipopo, à une vingtaine de kilomètres de Malabo.

Accusé de nombreux crimes, il ne devrait pourtant pas faire face à des juges de sitôt. « Nous ne sommes pas encore en mesure de le juger en Gambie. Nous avons besoin de temps », concède Abubacarr Tambadou, le ministre de la Justice, qui souhaite un « procès équitable » pour l’ex-président, s’il devait avoir lieu.

En clair, le gouvernement compte attendre les conclusions de la commission Vérité, Réconciliation et Réparation – qui a deux ans pour faire la lumière sur les différents crimes commis par l’ancien régime – avant d’intenter quoi que ce soit contre l’ancien dictateur.

Union africaine

Pour l’instant, aucun mandat d’arrêt international n’est envisagé à Banjul, mais certains ministres ne cachent pas leur volonté de le voir un jour rendre des comptes. « Une fois que nous aurons rassemblé toutes les preuves de ses crimes, je me rendrai personnellement auprès des institutions compétentes, telles que l’Union africaine, pour qu’il soit jugé, dans notre pays ou ailleurs », affirme Ousainou Darboe, le chef de la diplomatie gambienne.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte