Politique

Dix choses à savoir sur Jean-Claude Kouassi Brou, le ministre ivoirien de l’Industrie

L'ancien ministre ivoirien des Mines et de l'Industrie, Jean-Claude Brou, participe à la réunion ministérielle au Palais présidentiel d'Abidjan, Côte d'Ivoire, le 11 janvier 2017 © Cyrille BAH/Agence Anadolu/AFP

Le ministre ivoirien de l’Industrie et des Mines deviendra, le 1er mars, le président de la Commission de la Cedeao.

• Inattendu

À 64 ans, cet homme discret quitte le gouvernement et s’apprête à succéder, le 1er mars, au Béninois Marcel de Souza à la tête de l’organe exécutif de la Cedeao. Il est le premier Ivoirien à occuper ce poste – Abidjan a activement soutenu sa nomination, barrant la route à de Souza, qui semblait désireux de briguer un nouveau mandat, et à la candidature du Cap-Vert.

• Polyglotte

Il parle français, anglais et espagnol. Et connaît parfaitement les rouages des institutions financières internationales : il a travaillé treize ans au FMI et fut représentant-résident de la Banque mondiale au Tchad de 2010 à 2011.

• Économiste

Titulaire d’une maîtrise de sciences économiques de l’université de Cocody (Abidjan) et d’un doctorat en économie de l’université de Cincinnati (États-Unis), il a écrit un livre sur l’expérience des privatisations en Côte d’Ivoire (éd. L’Harmattan, 2008).

• Proche d’ADO et de Duncan

En 1991, il cumulait le poste de conseiller spécial chargé de l’économie auprès d’Alassane Ouattara, alors Premier ministre, avec celui de président du Comité de privatisation. En 1996, trois ans après que Ouattara a quitté la primature, Brou est devenu directeur de cabinet de son successeur, Daniel Kablan Duncan, jusqu’au coup d’État de 1999. Il fait son retour au gouvernement en 2012.

• Ex de la BCEAO

Comme Ouattara et Duncan, il est passé par la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest. Recruté en 2000 par Charles Konan Banny, il y est resté jusqu’en 2008.

C’est un homme consensuel et accepté de tous. C’est un fait suffisamment rare pour le souligner

• Consensuel…

Dans le sérail politique ivoirien, difficile de trouver quelqu’un pour en dire du mal. « C’est un homme consensuel et accepté de tous. C’est un fait suffisamment rare pour le souligner », explique un observateur. Fin 2017, de nombreux ministres sont venus au repas de mariage de sa fille. Tous bords confondus.

• … mais intransigeant

Ministre de l’Industrie (depuis 2012) et des Mines (depuis 2013), il peut se montrer intransigeant. Les lobbys miniers s’en sont d’ailleurs plaints.

• Natif du Sud-Comoé

Comme plusieurs personnalités (Duncan, Marcel Amon Tanoh, le ministre des Affaires étrangères, une partie de la famille de l’écrivain Bernard Dadié ou l’épouse d’Henri Konan Bédié), il est originaire du Sud-Comoé, plus précisément d’Ayamé, près d’Aboisso. Une région importante dans l’histoire du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), puisqu’en sont issues plusieurs grandes familles fondatrices du Syndicat agricole africain, qui donna naissance à l’ancien parti unique.

• Fidèle du PDCI

S’il n’en est pas l’une des personnalités les plus connues, Brou est depuis longtemps un cadre assidu du PDCI et un fidèle d’Henri Konan Bédié, son président. Membre de son bureau politique et de son secrétariat exécutif, il a joué un rôle actif dans la campagne du premier tour de la présidentielle, en 2010.


>>> A LIRE – Côte d’Ivoire – Henri Konan Bédié : « En 2020, le candidat du RHDP sera issu de mon parti »


• Jamais élu

Pressenti pour se présenter aux législatives de décembre 2016 dans la circonscription d’Aboisso, il a dû y renoncer pour laisser la place à un candidat du Rassemblement des républicains (RDR). Pas rancunier, il a même contribué à son élection.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte