Actualités

Grand format Bénin : l’État reprend la main sur les diplômes universitaires

Par  | 

Pour contrôler la qualité des formations, l’État reprend la main sur les examens. N’en déplaise aux universités privées qui ne sont pas à la hauteur.

« Enfin, nous avons des diplômes crédibles », se satisfait Théophane Ayi, responsable de l’UATM Gasa Formation, qu’il a créé il y a une vingtaine d’années, et président du Forum des grandes écoles et universités du Bénin.

« Les parents triment pour payer les frais de scolarité de leurs enfants, qui finalement restent en marge de tous les concours de la fonction publique en raison de la qualité douteuse des diplômes délivrés dans les universités privées », regrette cet informaticien qui a milité pendant de nombreuses années pour que les pouvoirs publics organisent les examens de fin de cycle.

Objectif : « Rendre crédible les diplômes »

C’est chose faite depuis la rentrée de 2016 et les réformes engagées par Marie-Odile Attanasso, la ministre de l’Enseignement supérieur « pour rendre crédibles les diplômes ».

Jugée impopulaire après avoir annoncé la fin de la gratuité des inscriptions dans les universités publiques, cette économiste de formation a été confirmée dans ses fonctions en octobre 2017. Dès sa nomination en avril 2016, la ministre a engagé un bras de fer avec les universités privées qui offrent des formations sans l’agrément des pouvoirs publics.

Seul un tiers des 146 établissements autorisés au niveau licence et master pouvaient alors prétendre à la cosignature de leurs diplômes avec l’État. La publication dans la presse d’une liste épurée était un premier avertissement pour ceux qui n’étaient pas cités et, surtout, une contre-publicité à destination des parents.

« Nous demandions depuis longtemps que le ménage soit fait », confie Théophane Ayi, dont l’organisme de formation occupe la tête de liste des établissements recommandés. La reprise en main par l’État des examens doit permettre de vérifier et de valider l’enseignement proposé par les universités privées. Une période transitoire de trois ans est prévue, le temps que ces dernières se mettent en règle pour ainsi éviter « l’impossible coût social que provoquerait la fermeture des établissements indélicats », soutient la ministre.

Autres tempêtes

Le gouvernement peut déjà se rassurer avec les résultats obtenus par les étudiants en septembre 2017, lors de la première édition de cette « réorganisation ». Sur les 2 201 inscrits en licence, 87,91 % ont décroché leur sésame !

« C’est la rigueur dans la sélection des candidats qui explique une telle réussite », tempère Dodji Amouzouvi, directeur des établissements privés d’enseignement supérieur. D’abord méfiants, les étudiants ont aujourd’hui compris le bien-­fondé de la réforme. « Ces examens facilitent la reconnaissance de nos diplômes par l’État », confirme Hervé, étudiant en informatique de gestion.

« C’est une bonne chose pour notre insertion professionnelle. Auparavant, nous ne pouvions pas postuler à un emploi public parce que l’État ne voulait pas entendre parler de nos diplômes », confirme Myriam, qui a décroché sa licence chez UATM Gasa Formation.


>>> A LIRE – Bénin : la gratuité à l’université, c’est fini


L’impétueux vent de changement qui souffle sur les universités privées annonce d’autres tempêtes, de la suppression du BTS en faveur du système licence-master-doctorat (LMD) à la création d’une agence publique chargée de veiller à la qualité des enseignements… Autant d’actions qui risquent encore d’égratigner la popularité de Marie-Odile Attanasso auprès des responsables de l’enseignement privé. Mais la ministre ne semble pas s’en émouvoir.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Togo

| Banque-Finance-Assurance
logo JA3080P084 AFRICSEARCH  

AFRICSEARCH RECRUTE POUR LA BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DES ÉTATS DE L’AFRIQUE CENTRALE (BDEAC), DANS LE CADRE DU RENFORCEMENT DE SON ÉQUIPE :

EXPERT EN PLANIFICATION ET EN STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT H/F

MISSIONS

L’Expert en Planification et en Stratégie de Développement est chargé de la planification et du développement de la banque pour assurer l’efficacité des processus de décision au travers de l’analyse et la disponibilité de l’information.

ACTIVITÉS SPÉCIFIQUES • Au titre de la Planification Stratégique • Définir, planifier, réaliser et contribuer à la mise en oeuvre et au suivi des études économiques de la Banque ; • Suivre les orientations et les programmes de développement économique des pays de la CEMAC ; • Définir des objectifs précis et opérationnels de développement de la Banque en impliquant l’ensemble des acteurs concernés ; • Piloter le programme de développement de la Banque : animation, coordination, validation, respect des échéances, etc. ; • Construire un projet consensuel en précisant les actions prévues, l’échéancier de réalisation ainsi que le plan de financement et de développement ; • Au titre des Etudes • Piloter le programme des études économiques et stratégiques à mener, en identifiant les domaines prioritaires et s’assurer qu’ils sont conformes aux priorités opérationnelles de la Banque ; • Élaborer et rédiger pour chaque pays membre de la CEMAC, des fiches économiques sous forme de fiches de synthèse économiques ; • Contribuer à la réalisation d’études d’impact économique et social des projets financés et à la formulation des stratégies d’intervention et politiques opérationnelles de la Banque ; • Instaurer un cadre de large partage avec le personnel de la Banque à travers la présentation, fiches et notes d’information à l’intention des agents sur les dossiers d’actualité à caractère économique ou d’intérêt pour la Banque. • Au titre de la Statistique : • Collecter les données statistiques relatives à la zone d’intervention de la Banque et à l’environnement économique international ; • Alimenter et de mettre à jour les bases de données micro et macroéconomiques nécessaires aux opérations de la Banque ; • Établir sur la base des projections macroéconomiques des Etats membres de la Banque centrale et des autres institutions multilatérales, des analyses macroéconomiques et de la viabilité de la dette pour chaque Etat membre ; • Contribuer à la production des publications permanentes de la Banque, notamment le Rapport annuel et le Rapport du Président à la Conférence des Chefs d’Etats de la CEMAC ; • Au titre du Suivi des Indicateurs d’Impact Socio-Economiques des Projets et des Programmes : • Définir pour chaque projet et programme financé par la Banque, les indicateurs d’impacts socio-économiques permettant de démontrer, sur la base des données chiffrées, l’impact effectif de l’intervention de la Banque sur l’économie nationale et l’amélioration du cadre de vie des populations ; QUALIFICATIONS & COMPÉTENCES • Avoir un diplôme universitaire niveau Bac + 5 dans les domaines des sciences économiques ou de l’Ingénierie Statistique économique ; • Avoir au moins sept (07) ans d’expérience à un poste d’Expert ou équivalent dans le domaine des études économiques ; • Disposer de connaissances en matière de modélisation économique ; • Connaissance du mode de fonctionnement des institutions financières internationales ; • Bonne maîtrise de l’une des quatre langues : Français, Anglais Arabe ou Espagnol. DOSSIER DE CANDIDATURE • Un CV et une demande manuscrite faisant ressortir la motivation du candidat pour le poste ; • Deux photos d’identité, format 4 x 4 ; • Un extrait de casier judiciaire datant de moins de trois mois et un certificat de nationalité ; • Des copies certifiées conformes des diplômes d’enseignement supérieur ; • Un certificat de travail attestant des emplois antérieurs et un extrait d’acte de naissance.  

Pour postuler : Les candidats peuvent postuler en ligne à l’adresse infotg@africsearch.com ou au sein du cabinet AFRICSEARCH TOGO sis à NYEKONAKPOE au 63 Boulevard du 13 janvier 81793 Lomé – TOGO. Tél. : +228 22 20 21 04. Date limite de dépôt des candidatures, le Vendredi 31 Janvier 2020 à 18h00 TU.N.B. : Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s par téléphone ou par e-mail.

Le descriptif du poste est disponible avec plus de détails sur le site web du cabinet www.africsearch.com   AFRICSEARCH
2020-01-20 15:39:02
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) de la langue française et de la diversité des cultures francophones - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:31:38
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) des Affaires politiques et de la gouvernance démocratique - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:28:59
full-time
Fermer

Je me connecte